Propos sur le mérite de rechercher la science

Pour lire la version arabe : https://kabyliesounna.com/كلمات-في-فضل-طلب-العلم/

La Louange est Allâh qui a créé l’homme et lui a appris ce qu’il ne connaissait pas. Et que la Prière et le Salut soient sur le meilleur homme qui a transmis la science et enseigné les gens : Mouhammed ibn cAbd Allâh ; ainsi que sur les membres purifiés de sa famille, les détenteurs des sciences et des sagesses ; de même que sur l’ensemble de ses compagnons bénis, les possesseurs des vertus, des hauts égards et des fortes volontés.

En effet, notre Seigneur -à Lui la Toute Puissance- s’est adressé à eux en affirmant leur bienfaisance et leur foi, et en louant leur recommandation du bien et leur interdiction du mal en disant : Vous êtes la meilleure Nation qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le bien, interdisez le mal et croyez en Allâh﴿ Êl cImrân (La Famille d’Imran), v. 110.

Cela dit, il est certes des meilleures tâches que les personnes sagaces et pieuses tâchent d’acquérir, et pour lesquelles les savants vertueux passent leur vie à les diffuser et les propager : la science islamique fondée sur le Livre et la Sounna, et d’après la compréhension des pieux prédécesseurs de cette Nation.

À ce sujet, plusieurs versets évidents et précis ont été révélés. De même, de multiples hadiths authentiques clairs et francs y ont été rapportés. Des Textes qui affirment le mérite et l’honneur de la science et de ses partisans, du nombre des doués de compréhension dans la religion. Une science qui les a éclairés dans leur cheminement vers le Seigneur des mondes, et qui invitent les musulmans à la rechercher, la pratiquer et la répandre, aussi.

Ainsi, mettant en exergue l’insigne mérite du savoir et des savants, Allâh -Exalté et Très-Haut soit-Il- a dit :Dis : « sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ? »﴿ Az-Zoumar (Les Groupes), v. 09 ; et Il a dit aussi Telles sont les paraboles que nous citons aux gens ; cependant, seuls les savants les comprennent﴿ El cAnkaboût (L’Araignée), v. 43 ; et Il a dit également :Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent véritablement Allâh﴿tir (Le Créateur), v. 28 ; et Il a aussi  dit : Et au-dessus de tout homme détenant la science, il y a un savant plus docte que lui﴿ Yoûçouf (Joseph), v. 76.

De plus, le Prophète  a dit : « Celui qui emprunte un chemin afin de rechercher une science, Allâh le dirigera vers un des chemins du Paradis ; et, certes, les Anges baissent leurs ailes par agrément pour celui qui recherche la science. Certainement, le savant, les créatures des cieux et des terres implorent à son profit le pardon, même les poissons au fond de l’eau. Et le mérite du savant par rapport à l’adorateur est pareil au mérite de la pleine lune sur le reste des astres. Certes, les savants sont les héritiers des Prophètes ; et les Prophètes n’ont certainement laissé en héritage ni dirham ni dinar, mais ils ont légué la Science : celui qui en prend possession (l’apprend), aura pris un bien abondant ». Hadith rapporté par Abou Dêwoud, ibn Mêdja, Ahmed et d’autres et authentifié par El Albênî dans Sahîh Abî Dêwoud.

Déduisant le mérite des savants de ce hadith, l’érudit Ibn Djamêca -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Ce degré et ce statut te suffisent pour dénoter la gloire, la fierté, l’honneur et la noble réputation [des savants]. Car sans aucun doute, autant qu’il n’est point de grade supérieur à celui de la Prophétie, il n’est également pas d’honneur au-dessus de l’honneur de l’héritier de ce grade (cela veut dire la science) ».

En outre, il a dit au sujet de la recherche du savoir et du profit que l’étudiant tire des invocations que les Anges et autres lui font : « Et sache aussi qu’il n’est pas de grade supérieur à celui des gens pour qui les Anges et autres s’occupent de demander le pardon d’Allâh, de leur faire des prières et baissent leurs ailes pour eux. Et puisque les gens rivalisent à se faire profiter des prières des hommes pieux ou que l’on croit l’être, qu’en est-il alors des prières des Anges ?… ».

En vérité, cela devrait attiser les esprits et renforcer les volontés pour aller de l’avant dans la recherche du savoir.

Alors, qu’on se hâte d’acquérir la science, d’étudier l’islam et l’apprendre. Car sans aucun doute, celui qui connaît n’est point pareil à celui qui ne connaît pas. Et plus l’homme accroît son niveau de connaissance, plus il se débarrasse de l’ignorance dans laquelle il est né. Et il se rapproche davantage de son Seigneur -à Lui Pureté- autant que son ignorance le quitte.

Ainsi, il sera digne de recevoir les bienfaits d’Allâh, Ses faveurs et Ses grâces. Allâh -Très-Haut- a dit :Allâh élèvera en degrés ceux d’entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu la science﴿ El Moudjêdala (La Discussion), v. 11.

C’est en fait en raison de tous ces motifs, louables et distingués, et ces visées, nobles, que ces propos ont été émis. Ils sont courts, certes, mais leur objectif et leur apport sont extrêmement importants. Cette importance se manifeste notamment à travers les différents arguments évoqués. Ceux-là même qui viennent également rappeler à nos frères musulmans, les jeunes tout particulièrement, l’ampleur du savoir religieux, et le mérite de la science et son bienfait. Espérons-nous qu’ils parviendront tout aussi à les motiver et éveiller leurs esprits, afin d’apprendre et de rechercher la science.

Car, c’est par la science bénéfique et sa pratique, que notre Nation sera la meilleure nation que les peuples ont eu l’occasion de connaître. Allâh -qu’Il soit Béni- a dit :Vous êtes la meilleure Nation qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le bien, interdisez le mal et croyez en Allâh﴿ Êl cImrân (La Famille d’Imran), v. 110.  

Nous demandons à Allâh -Béni et Très-Haut-, par ses Noms les meilleurs et Ses Attributs les plus hauts, de rendre ces propos très profitables. Et nous Le prions –Exalté soit-Il- de nous assister, ainsi que nos frères, pour acquérir la science, la pratiquer et y inviter les gens, êmîn, et notre dernière invocation est Louange à Allâh, Le Seigneur de l’univers.

 

Aboû Fahîma Abd Ar-Rahmên Ayad

Béjaia, le 19 Mouharram 1432 H.

25/12/2010 G.

Publié sur : https://kabyliesounna.com/propos-sur-le-merite-de-rechercher-la-science/

Télécharger le PDF:

Propos sur le mérite de rechercher la science