هَل الحَلف بِغَير الله شِرْكٌ يُخْرِجُ صَاحِبَه مِنَ المِلَّة؟

Jurer par autre qu’Allâh est-il une association qui exclue son auteur de la religion ?

فتوى عقديَّة لسماحة الشَّيخ العلَّامة

عبد العزيز بن عبد الله بن باز -رحمه الله-

ترجمها إلى اللُّغة الفرنسيَّة

أبو فهيمة عبد الرَّحمن عيَّاد

Fetwa confessionnelle de sa bienveillance le cheikh et érudit

‘Abd El ‘Azîz Ibn ‘Abd Allâh Ibn Bêz

-Qu’Allâh lui fasse miséricorde-

Traduite de l’arabe par

Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad

السؤال:

نرجو من سماحتكم التفضل بتوضيح أنواع الشرك، وهل الحلف بغير الله شرك يخرج صاحبه من الملة؟

الجواب:

الشرك نوعان: شرك أكبر وشرك أصغر، فالشرك الأكبر: صرف العبادة لغير الله أو بعضها، كدعاء الأموات والاستغاثة بهم والنذر لهم أو للجن أو للملائكة، هذا يقال له شرك أكبر، كما كانت قريش وغيرها من العرب يفعلون ذلك عند أصنامهم وأوثانهم، ومن ذلك جحد الإنسان أمرًا معلوما من الدين بالضرورة وجوبًا أو تحريمًا، فمن جحده كان كافرًا ومشركًا شركًا أكبر، كمن قال: الصلاة لا تجب على المكلفين من المسلمين، أو قال: الزكاة لا تجب على من عنده مال، أو قال: صوم رمضان لا يجب على المسلم المكلف، أو أحل ما حرمه الله كما هو معلوم من الدين بالضرورة، كأن يقول: الزنا حلال، أو شرب المسكر حلال، أو عقوق الوالدين حلال، أو السحر حلال، أو ما أشبه ذلك، فهذا يكون كافرًا ومشركًا شركًا أكبر.

القاعدة أن من صرف العبادة أو بعضها لغير الله من أصنام أو أوثان أو أموات أو غيرهم من الغائبين فإنه مشرك شركًا أكبر، وكذلك الحكم فيمن جحد ما أوجب الله، أو ما حرم الله مما هو معلوم من الدين بالضرورة مما أجمع عليه المسلمون، فهذا يكون كافرًا ومشركًا شركًا أكبر. وكل من أتى ناقضًا من نواقض الإسلام يكون مشركًا شركًا أكبر كما قلنا.

أما الشرك الأصغر فهو أنواع أيضًا: مثل الحلف بغير الله، والحلف بالنبي ﷺ وبالأمانة، وبرأس فلان، وما أشبه ذلك، فهذا شرك أصغر؛ لقوله ﷺ”من حلف بشيء دون الله فقد أشرك”[1] وهكذا الرياء، يقرأ للرياء أو يتصدق للرياء، فهذا شرك أصغر؛ لقوله ﷺ”أخوف ما أخاف على أمتي الشرك الأصغر فسئل عنه فقالالرياء”[2] ، وهكذا لو قال: ما شاء الله وشاء فلان -بالواو- أو: لولا الله وفلان، أو: هذا من الله وفلان؛ لقوله ﷺ :” لا تقولوا: ما شاء الله وشاء فلان، ولكن قولوا ما شاء الله وحده ثم شاء فلان”[3] ، ولما قال رجل: ”يا رسول الله ما شاء الله وشئت”، قال :” أجعلتني لله ندًا؟ ما شاء الله وحده”.[4] وقد يكون الشرك الأصغر شركًا أكبر إذا اعتقد صاحبه أن من حلف بغير الله أو قال: ما شاء الله وشاء فلان، فإن له التصرف في الكون، أو أن له إرادة تخرج عن إرادة الله وعن مشيئته سبحانه، أو أن له قدرة يضر وينفع من دون الله، أو اعتقد أنه يصلح أن يعبد من دون الله وأن يستغاث به، فإنه يكون بذلك مشركًا شركًا أكبر بهذا الاعتقاد.

أما إذا كان مجرد حلف بغير الله من دون اعتقاد آخر، لكن ينطق لسانه بالحلف بغير الله؛ تعظيمًا لهذا الشخص، يرى أنه نبي أو صالح، أو لأنه أبوه أو أمه وتعظيمها لذلك، أو ما أشبه ذلك، فإنه يكون من الشرك الأصغر وليس من الشرك الأكبر.[5]

Question :

Nous souhaiterions de votre bienveillance avoir l’obligeance de clarifier les types d’association (le chirk). Et est-ce que le fait de jurer par un autre qu’Allâh est une association qui exclut son auteur de la religion ?

Réponse :

L’association est de deux types : une association majeure et une association mineure. L’association majeure est de vouer l’adoration à autre qu’Allâh, ou d’en vouer une partie, tel que l’invocation des morts, l’imploration de leur secours et aussi le fait de leur adresser des vœux ou aux djinns et aux Anges. Ceci on l’appelle l’association majeure (chirk akbar), tel que faisaient Qouraych et autres parmi les Arabes auprès de leurs statues et leurs bétyles.

En fait également partie, le reniement que l’homme fait d’une chose de la religion connue de manière nécessaire. Qu’elle ait le statut d’obligation ou d’interdiction. Ainsi, quiconque la nie, sera mécréant ou associateur dune association majeure, comme par exemple le fait de dire que la prière (la salât) n’est pas obligatoire pour les moukallafîn[6] (individus religieusement responsables) parmi les musulmans, ou encore de dire que la zakêt (aumône annuelle) n’est pas obligée pour ceux qui possèdent des biens, ou de dire aussi que le jeûne de Ramadan n’est pas obligé pour le musulman moukallèf, ou le fait de rendre licite ce qu’Allâh a interdit quand cette interdiction est connue dans la religion de façon nécessaire, tel que le fait de dire que la fornication est licite, ou que les boissons enivrantes sont licites, ou que la désobéissance aux parents est licite, ou que la magie est aussi licite, et ainsi de suite. Une telle personne qui avance ces propos sera mécréante et associatrice d’une association majeure.

La règle en est que celui qui voue l’adoration ou une partie à autre qu’Allâh, tels que les statues, les bétyles, les morts ou autres parmi les absents, dans ce cas il sera un associateur d’une association majeure. Ce jugement s’applique également à celui qui nie une chose qu’Allâh a obligée ou qu’Il a interdite, parmi ce qui est connu religieusement de manière nécessaire et dont les musulmans sont unanimes. Celui-là sera alors mécréant et associateur d’une grande association. Et aussi toute personne qui aura commis un parmi les annulatifs de l’islam sera associatrice d’une association majeure, tel que nous l’avons dit.

Quant à l’association mineure, celle-ci renferme également plusieurs types, tels que le fait de jurer par autre qu’Allâh, jurer par le Prophète -qu’Allâh prie sur lui et le salue-, par el amêna (le dépôt), ou sur la tête d’untel, et ainsi de suite. Cela est donc une association mineure, vu la parole du Prophète -qu’Allâh prie sur lui et le salue- : « Quiconque jure par une chose hormis Allâh, aura donc commis une association. »[7] Et de même concernant l’ostentation (ar-riyê’). Quelqu’un lit (le Qour’ên) ou donne une aumône pour faire du riyê’, ceci est aussi une association mineure, eu égard de la parole du Prophète -qu’Allâh prie sur lui et le salue- : « La chose que je crains le plus pour ma Nation est l’association mineure ! » Et il a été questionné à son sujet et il a dit que c’est : « ar-ryê’ (l’ostentation). »[8] Et pareil aussi si quelqu’un dit : « Autant qu’Allâh et untel le veuillent », ou : « Si ce n’était Allâh et untel… », ou encore : « Ceci provient d’Allâh et d’untel… » Conformément à sa parole -qu’Allâh prie sur lui et le salue- : « Ne dites pas : ‘’Autant qu’Allâh et untel le veuillent’’, mais dites: ‘’Autant qu’Allâh seul le veuille, puis untel le veuille ’’ ! »[9]

Et quand une fois un homme a dit : « Ô Messager d’Allâh, autant qu’Allâh et toi le vouliez ! » Le Prophète lui a alors dit : « Me prends-tu pour un égal à Allâh ! Autant qu’Allâh seul le veuille ! »[10]

Or, il se peut que l’association mineure soit une association majeure, et cela quand son auteur croit que celui par lequel on jure, ou le fait de dire : « Autant qu’Allâh et untel le veuillent », que ceux-ci agissent (ont une action) dans l’univers, ou qu’ils ont une volonté en dehors de la volonté d’Allâh et Son désir -à Lui la Pureté-, ou qu’ils ont un pouvoir qui nuit et fait profiter hormis Allâh, ou de croire aussi qu’ils sont dignes d’être adorés à part Allâh et qu’on peut les implorer ; dans ce cas, cet auteur sera un associateur ayant commis une association majeure par la cause de cette croyance.

Par contre, si ce n’est qu’un simple fait de jurer par un autre qu’Allâh sans en avoir une autre croyance, mais que la langue de ce jureur prononce le serment par autre qu’Allâh, le faisant par glorification pour cette personne par laquelle il a juré, la considérant que c’est un Prophète ou un pieux, ou parce que c’est son père ou sa mère, les glorifiant pour cela, ou encore d’autres choses semblables, dans ces cas son acte fera partie de l’association mineure, et non de l’association majeure. [11]

Source (المصدر) :

https://binbaz.org.sa/fatwas/20236/%D9%87%D9%84-

 ………………………….

[1]أخرجه أحمد في مسند المكثرين من الصحابة، مسند عبدا لله بن عمر بن الخطاب رضي الله عنهما، برقم 4886.

[2]أخرجه أحمد في باقي مسند الأنصار، باب حديث محمود بن لبيد رضي الله عنه، برقم 23119.

[3]أخرجه أبو داود في كتاب الأدب، باب: لا يقال: خبثت نفسي، برقم 4980، وأحمد في باقي مسند المكثرين، حديث حذيفة بن اليمان عن النبي صلى الله عليه وسلم برقم 22754.

[4] أخرجه أحمد في مسند بني هاشم، مسند عبدا لله بن عباس رضي الله عنهما، إلا أنه قال ”عدلا” بدل ”ندا” برقم 1842.

[5]من برنامج (نور على الدرب) الشريط الأول. (مجموع فتاوى ومقالات الشيخ ابن باز 28/369).

[6]NDT. Les moukallafîn, au pl. et le moukallèf, au sing. est la personne, homme ou femme, qui devient religieusement responsable par le fait de devoir accomplir les pratiques religieuses. Les savants ont posé certaines conditions pour que le musulman ait ce statut, telles que la raison, la maturité, la capacité, etc.

[7]Hadith rapporté par Ahmed dans mousned el mouktihrîn mina as-sahâba¸le mousned de ‘Abd Allâh Ibn ‘Oumar Ibn El Khattâb -qu’Allâh les agrée-, n° 4886.

[8]Hadith rapporté par Ahmed dans le mousned el ansâr, chapitre « Le hadith de Mahmoûd Ibn Labîd -qu’Allâh l’agrée-», n° 23119.

[9]Hadith rapporté par Aboû Dêwoud dans Kitêb el adèb, chapitre « On ne dit pas : ‘’khabouthèt nefcî ‘’ », n° 4980, et par Ahmed dans bêqî mousned el moukthrîn, hadith de Houdheyfa Ibn El Yamên, d’après le Prophète -qu’Allâh prie sur lui et le salue-, n° 22754.

[10]Hadith rapporté par Ahmed dans mousned banî Hêchim, mousned ‘Abd Allâh Ibn ‘Abbês -qu’Allâh les agrée-, sauf qu’il a dit « équivalent » au lieu d’« égal », n° 1842.

[11]Tiré du programme Noûr ‘alê ad-aderb (Lumière sur le chemin), cassette 1, voir : Medjmoû‘ fatêwa wa maqâlêt ach-cheykh Ibn Bêz (Compilation des fetwas et articles du cheikh Ibn Bêz), vol. 28, p. 369.

:تحميل نسخة بي دي أف

Télécharger le PDF:

هَل الحَلِف بِغَير الله …-Jurer par autre qu’Allâh (1)