la-crainte-dallah

La crainte pieuse…

La crainte pieuse: sa vérité, son importance, ses fruits
Par son éminence, le cheikh
'Abd El Ghani Ibn El Hassane Aoussat
-Qu'Allâh le préserve!-
Traduit de l’arabe par
Abou Fahîma 'Abd Ar-Rahmên AYAD
Nouvelle édition électronique Rabî' El Awwel 1438/ Décembre 2016

 

 

Certes, la crainte pieuse (At-Teqwa) est le principal de toute chose et le global de tout bien. Elle est la finalité de la religion et la recommandation d’Allâh -qu’Il soit Très-Haut- à tous les gens, les premières générations et les dernières. Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit À Allâh appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. « Craignez Allâh ! » Voilà ce que Nous avons enjoint à ceux auxquels avant vous le Livre fut donné, tout comme à vous-mêmes﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), v. 131.

Elle est également la plus importante recommandation pour les serviteurs, et la meilleure provision pour le Jour dernier, comme elle est aussi la recommandation du Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- à sa communauté, il a dit -prière et salut d’Allâh sur lui- : « Je vous recommande la crainte pieuse, l‘écoute et l’obéissance… » [1] Ainsi il la recommandait souvent dans ses discours et ses exhortations, et quand il envoyait un commandant à la tête d’une expédition, il lui recommandait la crainte pieuse dans le plus profond de lui-même et le bien concernant les musulmans qui sont avec lui[2].

De même, les pieux prédécesseurs n’ont de cesse de se recommander mutuellement la crainte d’Allâh, tels que les califes bien guidés et les pieux commandants. Leur attachement à cette dernière était fort, ils la prônaient manifestement et en faisaient un sujet de prime abord telle une balance pour leurs paroles et leurs actes, et cela dans leurs paroles et leurs actes, dans toutes leurs assises et leurs positions.

Dans ce même rapport, « un homme parmi les prédécesseurs à écrit une lettre à un frère à lui en lui disant : je te recommande la crainte d’Allâh, car elle est la chose la plus noble que tu aies caché, la plus belle chose que tu aies montrée et la meilleure chose que tu aies gardé en provision. Qu’Allâh nous aide ainsi que toi [à la réaliser] et qu’Il nous accorde ainsi qu’à toi sa récompense » [3].

C’est pour cela que le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a recommandé à Mou‘êdh ibn Djebel -qu’Allâh l’agrée- la crainte d’Allâh. Il a fait que cette recommandation englobe toutes ses situations et ses affaires, en lui disant : « Crains Allâh où que tu sois ». C’est-à-dire, crains-Le en secret et en apparence, dans ce qui te motive et ce qui te démotive, dans ta résidence et dans ton voyage,  dans ta satisfaction et ta colère, et dans ton mal être et ton bien être. Car elle est une preuve de la méfiance contre le mal et une voie pour s’emparer du bien.

Par ailleurs, el Hêfidh ibn Radjab a cité plusieurs paroles dans son livre « Djêmi‘ el ‘Ouloûm wa El Hikem », qui montrent l’intérêt que portaient les prédécesseurs pour la crainte pieuse, et la grande importance qu’ils lui accordaient.

Sa vérité :

Parmi ce qui est rapporté[4] de leur part concernant la définition da la vérité de la crainte d’Allâh, ses caractéristiques, son fondement et sa limite, plusieurs définitions dont : le dire de ‘Oumar ibn ‘Abd el ‘Azîz -qu’Allâh lui accorde Sa miséricorde- : « La crainte d’Allâh n’est pas de jeûner le jour ni de passer la nuit en prière et d’y mélanger [d’autres actes], mais la crainte d’Allâh est de délaisser ce qu’Il a interdit et de faire ce qu’Il a rendu obligatoire ».

Aussi, la crainte d’Allâh est que le serviteur place une protection entre lui et ce qu’il craint et dont il est méfiant. Cela ne peut se réaliser qu’en pratiquant les ordres (d’Allâh) et en délaissant Ses interdictions. Et la vérité de tout cela est d’obéir à Allâh par foi et recherche [de Son agrément], concernant les commandements et les interdictions. Le serviteur pratiquera donc ce qu’Allâh lui a ordonné en croyant à Son ordre et à Sa promesse, et il délaissera ce qu’Allâh a interdit en croyant à cette interdiction et en ayant peur de Sa menace » [5].

El Hacèn el Basri -qu’Allâh lui accorde Sa miséricorde- a dit : « Ceux qui craignent Allâh ont évité ce qu’Allâh leur a interdit et pratiqué ce qu’Il leur a obligé de faire » [6].

Et aussi parmi ce qui a été dit au sujet de la crainte d’Allâh (At-Teqwa), sa vérité, ce qu’a dit Talq ibn Habîb -qu’Allâh lui fasse miséricorde- au moment de la fitna (dissension) d’ibn el Ach‘ath : « Quand la fitna survient, repoussez-la par la crainte pieuse. Ils dirent : qu’est ce que la crainte pieuse ? Il dit : que tu pratiques [les obéissances] suivant une lumière de la part d’Allâh, espérant Sa récompense, et que tu délaisses la désobéissance à Allâh suivant une lumière de la part d’Allâh et craignant le châtiment d’Allâh » [7].

Ibn el Qayyim a dit : « Cette parole est une parmi les meilleures qui ont été dites concernant la définition de la crainte pieuse »[8].

De plus, el Hâfidh Adh-Dhahabi a dit en commentant la parole de Talq : « Il (nous) a émerveillé [par sa parole] tout en étant bref. Car, il n’y a de crainte pieuse qu’avec la pratique, et il n’y a de pratique qu’avec une pondération provenant de la science et du suivi [de la Sounna]. Et tout cela ne profitera qu’avec la sincérité envers Allâh, non pas pour qu’on dise untel a délaissé les péchés par la lumière du Fiqh (Compréhension), puisqu’on doit connaître les péchés pour les éviter, et le délaissement doit être à cause de la peur d’Allâh, non pas pour qu’on lui fasse des éloges en les délaissant. Ainsi celui qui persiste dans cette recommandation réussira » [9].

Ibn el Qayyim a aussi dit: « En effet, tout acte a besoin d’un début et d’une finalité. Ainsi l’œuvre ne peut être une obéissance et un rapprochement (d’Allâh) jusqu’à ce qu’elle provienne de la foi, dont la motivation à la faire serait la foi pure et non pas l’habitude ni la passion, et ni de rechercher des éloges et du renom et d’autres choses. Mais il faut que son commencement soit la foi pure, et que sa finalité soit de rechercher la récompense d’Allâh et Son agrément qui est le fait de vouloir être récompensé » [10].

À partir de cette définition et cet éclaircissement de la vérité de la crainte pieuse, se fait voir l’immense importance de sa valeur dans la vie, et son éminence auprès du Seul Adoré ; et qu’elle est la balance qui indique la différence des gens en mérite tel que cela est cité dans le Qour’ên. C’est pourquoi son siège est le cœur qui est le plus important organe dans l’homme, et dont dépend l’amélioration de tous les autres membres et organes tellement que c’est par le bon état du cœur que tout le corps sera bon, et que par la détérioration du cœur que tout le corps se détériore, tel que cela a été mentionné dans sa parole -prière et salut d’Allâh sur lui- : « Il y a certes dans le corps une tranche de chair qui quand elle est en bon état, tout le corps sera bon ; et quand elle se détériore, tout le corps sera mauvais : cette tranche est le cœur » [11].

Une fois, le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- en parlant de la crainte pieuse a fait trois fois signe à sa poitrine [12], et cela est aussi indiqué et confirmé par Sa Parole –Très-Haut soit-Il- Et quiconque exalte les injonctions sacrées d’Allâh, s’inspire en effet de la piété des cœurs﴿ El Hadjdj (Le Pèlerinage), v. 32. Et le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a dit : « Certes Allâh ne regarde pas vos aspects et vos biens, mais il regarde vos cœurs et vos œuvres » [13]. En outre, puisque l’endroit de la crainte pieuse est le cœur, il ne peut alors savoir sa vérité qu’Allâh -Très-Haut- qui est le Connaisseurs de l’Inconnu. Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit C’est Lui qui connaît mieux ceux qui [Le] craignent﴿ An-Nedjm (L’Etoile), v. 32. En fait, la crainte pieuse est une parmi les plus importantes choses qu’on recherche et la plus noble obtention. Son auteur se situe au plus haut niveau ; et elle jouit d’une importance immense dans la vie du croyant.

Son importance :

-Le fait qu’elle soit qualifiée et nommée « la parole du Tewhîd » (unicité) et de la sincérité ; Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit Quand ceux qui ont mécru eurent mis dans leurs cœurs la fureur, [la fureur] de l’ignorance… Puis Allâh fit descendre Sa quiétude sur Son Messager ainsi que sur les croyants, et les obligea à une parole de piété, dont ils étaient les plus dignes et les plus proches. Allâh est Omniscient﴿ El Feth (La Victoire Éclatante), v. 26.

Ibn el Qayyim  a dit : « La parole relative à la crainte pieuse est celle par laquelle on craint Allâh, et le plus haut type de cette parole est de dire ‘’ il n’y a d’adoré digne d’adoration à part Allâh’’ ensuite toute parole, après celle-ci, par laquelle on craint Allâh fait partie de la parole relative à la crainte pieuse ». [14]

Et Moudjêhid ibn Djabr a dit : « La parole relative à la crainte pieuse est la sincérité » [15].

– Elle est également la balance qui distingue le mérite des gens, et l’emblème des nobles et estimables personnes. Allâh -Le Très-Haut- a dit Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allâh, est le plus pieux. Allâh est certes omniscient et Grand-Connaisseur﴿ El Houdjourât (Les Chambres), v. 13. Le contenu de ce verset t’indique que la crainte pieuse est ce qui est considéré auprès d’Allâh et Son Messager -prière et salut d’Allâh sur lui-, sans considérer l’honneur et la généalogie.

-Elle est aussi la balance des œuvres et le repère de leur bon état, la preuve de leur acceptation et le symbole de ses auteurs, Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit Allâh n’accepte que de la part des pieux﴿ El Mê’ida (La Table servie), v. 27. Ibn el Qayyim -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Le meilleur commentaire qui a été dit concernant ce verset est : Allâh n’accepte que les œuvres dont Allâh a été craint en les pratiquant, et la crainte dans l’œuvre est de la faire conformément à Son ordre, et cela se réalise avec la science. Et puisque cela est le statut de la science et son emplacement, on sait donc qu’elle est la chose la plus noble, la meilleure et la plus méritoire » [16].

– La crainte d’Allâh est aussi la recommandation des Prophètes à leurs communautés. Elle était la matière de leurs éclaircissements, et l’exigence de leurs discours car il n’y a pas de Prophète envoyé par Allâh qui n’ait recommandé la crainte d’Allâh -Le Très-Haut-, et ait insisté dans sa recommandation tellement son importance. C’est cela qu’avait recommande Noé à son peuple, Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit Lorsque Noé, leur frère, (contribule) leur dit : « ne craindrez-vous pas Allâh﴿ Ach-Chou‘arâ’ (Les Poètes), v. 106. Et c’est sur la crainte pieuse que persistait leur recommandation, Allâh -Très-Haut- a dit d’eux Et quand Hoûd, leur frère, (contribule) leur dit : « ne craindrez-vous pas [Allâh] ?﴿ Ach-Chou‘arâ’ (Les Poètes), v. 124, et Il a dit Quand Sâlih leur frère, (contribule) leur dit : « ne craindrez-vous pas [Allâh] ?) Ach-Chou‘arâ’ (Les Poètes), v. 142, et Il a dit -Très-Haut soit-Il- (Et quand leur frère Lôt leur dit : « ne craindrez-vous pas [Allâh] ?﴿ Ach-Chou‘arâ’ (Les Poètes), v. 161. Et ainsi persista la recommandation de craindre Allâh.

-Et parmi ce qui indique l’importance de la crainte pieuse, le fait qu’Allâh ait ordonné en général à Ses serviteurs de se parer d’elle, et Il a affirmé cela spécifiquement aux croyants en leur ordonnant de Le craindre véritablement. Ainsi il est des preuves à ce sujet, Sa Parole -Très-Haut soit-Il- Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc﴿ El Mou’minoûn (Les Croyants), v. 52, et Sa Parole-Très-Haut soit-Il- « Ô Mes serviteurs, craignez-Moi donc »﴿ Az-Zoumar (Les Groupes), v. 16, et Il a dit –qu’Il soit Très-Haut- Ô les croyants ! Craignez Allâh comme Il doit être craint. Et ne mourrez qu’en musulmans﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), v. 102.

– La crainte pieuse fait objet d’une recommandation extrêmement importante lorsqu’Allâh l’a recommandée à toute l’humanité. Il a dit -Très-Haut soit-Il- « craignez Allâh ! » Voilà ce que Nous avons enjoint à ceux auxquels avant vous le Livre fut donné, tout comme à vous-même﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), v. 131.

– Sa grande importance se manifeste aussi lorsqu’Allâh -Le Très-Haut- a enjoint à Ses créatures de l’adorer pour la réaliser, car la crainte d’Allâh est un fruit de l’adoration, et celle-ci est un moyen pour l’atteindre. Parmi ce qui est cité dans ce rapport, Sa Parole -Très-Haut soit-Il Ô hommes ! Adorez votre Seigneur, qui vous a créés vous et ceux qui vous ont précédés. Ainsi atteindrez-vous la piété﴿ El Baqara (La Vache), v. 21. Il y a Sa Parole également dans le verset du jeûne, qui est une des plus grandes causes de la crainte pieuse en disant Ô croyants ! On vous a prescrit As-Siyâm (le jeûne) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété﴿ El Baqara (La Vache), v. 183.

De même, Allâh -Très-Haut- a recommandé de s’appliquer à Son commandement, et de ne pas Lui désobéir, de suivre Son chemin et de ne pas s’y écarter, car c’est avec cela que le serviteur réalise la crainte pieuse, qui est l’objectif de cette recommandation lorsqu’Il dit « Et voilà Mon chemin dans toute se rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentes qui vous écartent de sa voie » Voilà ce qu’Il vous recommande. Ainsi atteindrez-vous la piété﴿ El An‘êm (Les Bestiaux), v. 153.

Ses fruits :

Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a honoré les partisans de la crainte pieuse, en leur accordant des bienfaits et des mérites abondants grâce à elle. Il a fait que ses intérêts et ses profits soient pluriels et généraux dans leur vie d’ici bas et dans l’au-delà.

Ces fruits sont innombrables et illimités, ils sont manifestes. Nous énumérons quelques  uns en guise de rappel pour ceux qui s’en rappellent :

– Son auteur, Allâh lui facilitera l’acquisition de la science bénéfique, Il lui accordera une lumière par laquelle il se guide dans les ténèbres de l’ignorance et de l’égarement, et Il lui donnera une clairvoyance et un discernement par lesquels il discernera le vrai du faux, le bien et le mal, Allâh -Le très-Haut- a dit Ô vous qui avez cru ! Craignez Allâh et croyez en Son Messager pour qu’Il vous accorde deux parts de sa miséricorde, et qu’Il vous assigne une lumière à l’aide de laquelle vous marcherez, et qu’Il vous pardonne, car Allâh est Pardonneur et Très Miséricordieux﴿ [17] El Hadîd (Le Fer), v. 28 ; et Il a dit -qu’Il soit Très-Haut- Ô vous qui croyez ! Si vous craignez Allâh, Il vous accordera la faculté de discerner (entre le bien et le mal)﴿ El Anfêl (Le Butin), v. 153.

-Allâh accorde à celui qui Le craint un soulagement de tout chagrin, une issue de toute misère, une bonne fin de toute calamité, la subsistance et la facilité des choses, Allâh -Très-Haut- a dit Et quiconque craint Allâh, Il lui donnera une issue favorable et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas﴿ [18] At-Talâq (Le Divorce), v. 2-3. Et Il a dit -Très-Haut- soit-Il-Quiconque craint Allâh, Il lui facilite les choses﴿ At-Talâq (Le Divorce), v. 4. Ar-Rabî‘ ibn Khoutheym a dit : « Il lui accorde une issue de toute étroitesse dont [souffrent] les gens ».

– Le fait d’effacer les fautes de celui qui craint Allâh, d’agrandir sa rétribution et de multiplier ses récompenses même s’il ne pratique que peu, Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit Quiconque craint Allâh, Il lui efface ses fautes et lui accorde une grande récompense﴿ At-Talâq (Le Divorce), v. 5. Ibn Kathîr a dit : « C’est-à-dire, Il enlève ce qu’il craint et lui abonde la récompense pour des petites œuvres… ».

– L’obtention de l’alliance d’Allâh -Très-Haut- qui ne s’obtient que par Son obéissance et Sa crainte -qu’Il soit Exalté-, de même qu’il obtient la bonne nouvelle (el bouchra) ici-bas et dans l’au-delà ; Allâh -Le Très-Haut- a dit En vérité, les Alliés d’Allâh seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligé -62- ceux qui croient et craignent [Allâh] -63- il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme la vie ultime﴿ Yoûnous (Jonas), v. 62-63-64. Ainsi, tout pieux est un allié d’Allâh, et celui qui délaisse la crainte pieuse ne l’est pas même s’il prétend l’être, Allâh -Très-Haut- a dit Qu’ont-ils donc pour qu’Allâh ne les châtie pas, alors qu’ils repoussent (les croyants) de la mosquée sacrée, quoi qu’ils n’en soient pas les gardiens, car ses gardiens ne sont que les pieux. Mais la plupart d’entre eux ne le sait pas﴿ El Anfêl (Le Butin), v. 34

– Avec la crainte pieuse, le serviteur obtient l’amour d’Allâh, et Allâh sera avec lui, Allâh -qu’Il soit Exalté- a dit Allâh aime les pieux﴿ At-Tewba (Le Repentir), v. 4, et Il a dit -qu’Il soit Très-Haut- Et craignez Allâh. Et sachez qu’Allâh est avec les pieux﴿ El Baqara (La Vache), v. 194 ;

– Grâce à la crainte d’Allâh, le serviteur sera sauvé du Feu le Jour de la Résurrection une fois qu’il passera au-dessus, tandis que les injustes y passeront et y seront agenouillés à cause de l’injustice. Allâh -Le Très-Haut- a dit Il n’y a personne parmi vous qui ne passera pas par [l’Enfer] : car [il s’agit là] pour ton Seigneur d’une sentence irrévocable. -71- Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés﴿ Meryem (Marie), v. 71-72.

– La crainte pieuse est aussi une cause pour que le serviteur soit parmi les héritiers du Paradis, Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit Voilà le Paradis dont Nous ferons héritiers ceux de nos serviteurs qui auront été pieux﴿ Meryem (Marie), v. 63.

– Les pieux obtiendront une issue agréable dans le bas monde et dans l’au-delà Cependant, l’heureuse fin appartient aux pieux﴿ El Qasas (Le Récit), v. 83.

Certes, les fruits de la crainte pieuse sont divers et variés, et on ne peut les dénombrer tous dans cet article. Nous avons toutefois cité quelques uns à titre d’exemple pour qu’on les prenne comme modèle à suivre, ce qui accordera aux pieux une joie ici-bas et dans l’au-delà. Et nous prions Allâh de nous attribuer la crainte pieuse dans toutes les situations.

…………………………………..

[1] Partie du hadith d’El ‘Irbâdh ibn Sêriya As-Soulami, rapporté par Abou Dêwoûd (4607), et At-Tirmidhi (2676), qui a dit « hadith bon et authentique ».

[2] Rapporté par Mouslim (1731) d’après le hadith de Boureyda -qu’Allâh l’agrée-.

[3]Consulter  Djêmi‘ el ‘Ouloûm wa el Hikem, d’ibn Radjab (158).

[4] Consulte r Djêmi‘ el ‘Ouloûm wa el Hikem,  (168- 171).

[5] Ar-Ricêla At-Taboûkiyya, d’ibn el Qayyim (43).

[6]Consulter  Djêmi‘ el ‘Ouloûm wa el Hikem, d’ibn Radjab (170).

[7]Rapporté par ibn el Moubârak dansAz-Zouhd (1054), et Hannêd ibn As-Sariy dan Az-Zouhd (522), et ibn Abi Cheyba dans el Mousannaf (32/11), et Abou Nou‘eym dans El Hilya (64/3).

[8]Ar-Ricêla At-Taboûkiyya, (45).

[9]Siyer A‘lêm An-Noubalê’, (4/601).

[10]Ar-Ricêla At-Taboûkiyya, (45).

[11]Sahîh el Boukhâri (52) et «Sahîh Mouslim » (1599).

[12] Rapporté par Mouslim (2564).

[13]Sahîh Mouslim, (2564).

[14] Consulter AdhDhaw’ el Mounîr ‘ala At-Tèfsîr, (5/403), et  Chifê’ el ‘Alîl, (p. 60).

[15]Le commentaire d’el Qortobi (16/691), et  d’après ‘Ali ibn Abi Talha, ibn ‘Abbês -qu’Allâh les agrée-  a dit : « Sa Parole -qu’Il soit Très-Haut- et les obligea à une parole de piété﴿ cela en disant l’attestation : il n’y a d’adoré digne d’être adoré à part Allâh, et elle est le sommet de toute crainte pieuse ».

[16] Mîftêh Dâr As-Sa‘êda, (1/82).

[17]Ibn el Qayyim qu’Allâh -lui fasse miséricorde- a dit concernant le commentaire de ce verset : « Avec la crainte pieuse, Allâh leur a garanti trois choses :

La première : Il leur a accordé deux parts de Sa miséricorde, une part ici-bas et une autre dans l’au-delà, et il se peut qu’Il leur multiplie la part de l’au-delà en deux parts.

La deuxième : Il leur a accordé une lumière par laquelle ils marchent dans les ténèbres.

La troisième : l’effacement de leurs péchés, et cela est l’extrême facilité. Allâh a fait de Sa crainte la cause de toute facilité, et l’abandon de la crainte pieuse est la cause de toute difficulté », consulte AdhDhaw’ el Mounîr ‘ala At-Tafsîr, (5/625)

[18]Ibn el Fêkahêni a écrit une petite épître dans la quelle il a compilé quelques paroles des exégètes concernant ce verset. Il l’a intitulée La finalité extrême en parlant du verset de la crainte pieuse.

Categories adorations Comportement