L'unicité d'Allâh dans la Thora...

L’Unicité d’Allâh dans la Thora, l’Évangile et le Qour’ên…

التَّوْحِيدُ فِي التَّوْرَاةِ وَالإِنْجِيلِ وَالقُرْآن
رِسَالَة وَجيزَة إِلى جَارِنَا النَّصْرَانِي
L'Unicité d’Allâh
dans la Thora, l'Évangile et le Qour'ên
Petite épître à l'intention de 
Notre voisin le chrétien 
Écrite par le Docteur en Théologie
‘Abd El Malik El Kouleyb
Introduite par son Éminence le cheikh
‘Abd El Ghani Aoussat
Traduction, annotation et préface de
Aboû Fahîma Abd Ar-Rahmên Ayad
Nouvelle édition électronique: Rabî' El Awwel 1438/ Décembre 20016

 

 

Au Nom d’Allâh, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

 

 

Et dis: «Louange à Allâh qui ne S’est jamais attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en la royauté et qui n’a jamais eu de protecteur de l’humiliation». Et proclame Sa grandeur!﴿

El Isrâ’ (Le Voyage Nocturne), V. 111.

 

 

Introduction du vertueux cheikh ‘Abd El Ghani Aoussat

Certes, la Louange est à Allâh, nous le louons, implorons Son Secours et Lui demandons le Pardon. Nous nous protégeons par Allâh contre le mal de nos propres âmes et contre les maux engendrés par nos mauvaises actions. Celui qu’Allâh guide, nul ne pourra l’égarer, et celui qu’Il égare nul ne pourra le guider. Et j’atteste qu’il n’y a point de dieu à part Allâh, Seul sans aucun associé, et j’atteste que Mouhammed est Son serviteur et Messager.

En vérité, Allâh -à Lui la Pureté- n’a pas créé les hommes vainement. Il ne les a pas abandonnés à leur propre perte non plus ; Allâh -Très-Haut soit-Il stipule cela en énonçant Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? Que soit Exalté Allâh, le vrai Souverain ! Pas de divinité en dehors de Lui, le Seigneur du Trône sublime !﴿ El Mou’minoûn (Les Croyants), V. 115-116.

Sans nul doute, Allâh -qu’Il soit Exalté – ne leur a pas donné existence que pour manger et boire ; se réjouir des délices de ce bas monde, et les laisser sans leur intimer des ordres ni leur interdire des choses ! Notre Seigneur -Pureté à Lui- a dit L’homme pense-il qu’on le laissera sans obligation à observer ?﴿ El Qiyêma (La Résurrection), V.36.

L’homme est plutôt sujet à recevoir autant d’injonctions que d’interdictions ; à être récompensé et châtié. Quiconque pense être libre d’agir à sa guise, aura donc eu une opinion d’Allâh autre que celle qui convient à Sa Sagesse. Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit à ce propos Béni soit Celui dans la Main de qui est la royauté, et Il est Omnipotent. Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de mettre en évidence) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur﴿ El Moulk (La Royauté), V. 1-2.

En effet, Allâh a créé Ses serviteurs pour une sagesse immense et une fin très noble ; c’est pour qu’ils Lui vouent un culte unique sans Lui donner aucun associé. Allâh -à Lui la Pureté- a dit Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent﴿ Adh-Dhêriyêt (Qui Éparpillent), V. 56.

Il leur a commandé de Lui consacrer une adoration exclusive, et ce dans leurs paroles et leurs actes, autant extérieurement (les œuvres des organes) qu’intérieurement (les œuvres du cœur) ; dans l’ensemble de leurs affaires d’ici bas et jusqu’à la mort. Allâh -Très-Haut- a dit Dis : « En vérité, ma salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort sont voués à Allâh, le Seigneur de l’Univers. À Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier des musulmans (des soumis à Allâh) »﴿ El An‘êm (Les Bestiaux), V. 162-163.

Ainsi, Allâh -Pureté à Lui-, afin de démontrer cette sagesse et d’y inviter les gens, a fait descendre les Livres célestes et envoyé tous les Messagers ; lesquels ont bel et bien expliqué ses détails et indiqué ce qui s’y oppose. Dans ce sens, Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a dit à ce sujet Nous n’avons envoyé avant toi aucun Prophète à qui nous n’ayons révélé qu’il n’y a point d’autre divinité que Moi et que c’est Moi que vous devez adorer﴿ El Anbiyê’ (Les Prophètes), V. 25 ; et Il a dit également ﴾Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire] : « Adorez Allâh et écartez-vous du Tâghoût[1] »﴿ An-Nehl (Les Abeilles), V. 36.

De ce fait, tous les Messagers ont appelé leurs peuples à une adoration qu’ils donneront uniquement à Allâh. Ils leur ont aussi interdit d’accomplir un culte à quiconque d’autre. Cela est, très certainement, la religion des Prophètes et des Envoyés. C’est pourquoi Le Très-Haut n’a cessé d’envoyer des Messagers pour instaurer ce pur culte aux gens, et cela depuis que la première Association (Chirk) a été perpétrée par le peuple de Noûh (Noé) .

Cet Honorable Messager fut adressé à sa communauté, tout en étant le premier Envoyé d’Allâh sur terre ; puis d’autres Messagers et Prophètes se sont succédés jusqu’à ce qu’Allâh ait scellé (arrêté) la Prophétie et le Message par l’Envoi de Mouhammed -prière et salut d’Allâh sur lui-.

Notre Seigneur -à Lui la Pureté- clarifie cette réalité en stipulant Nous envoyâmes Noûh (Noé) vers son peuple. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Allâh. Vous n’avez pas d’autre divinité en dehors de Lui. Ne craignez-vous donc pas ? »﴿ El Mou’minoûn (Les Croyants), V. 23. Et ainsi fut-il le prêche d’Ibrâhîm (Abraham)  pour son peuple ; -l’Exalté- dit Et Ibrâhîm, quand il dit à son peuple :  » Adorez Allâh et craignez-Le : cela est bien meilleur pour vous si vous saviez﴿ El ‘Ankaboût (L’Araignée), V. 16.

De même, ce fut cela la prédication de Moûçê (Moïse)  pour son peuple Et Moûçê leur dit : « Ô mon peuple, si vous croyez en Allâh, placez votre confiance en Lui si vous (Lui) êtes musulmans (soumis) »﴿ Yoûnous (Jonas), V. 84. ‘Îçê (Jésus) , aussi, fut chargé de la même mission Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur ». Quiconque associe à Allâh (d’autres divinités), Allâh lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 72. Mouhammed  quant à lui, il est, sans aucun doute, le dernier Prophète et Messager ; il est l’exaucement de l’invocation d’Ibrâhîm ; il est aussi l’annonce de Jésus (et tous les Prophètes ont aussi annoncé sa venue), et la vision de sa mère [2].

L’invocation d’Ibrâhîm (Abraham) estNotre Seigneur ! Envoie un des leurs comme Messager parmi eux, pour leur réciter Tes Versets, leur enseigner le Livre (le Qour’ên) et la sagesse (la Sounna), et les purifier. Car c’est Toi certes le Puissant, le Sage﴿ El Baqara (La vache), V. 129 ; alors que l’annone de Jésus est Et quand Jésus fils de Marie dit : «  Ô enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allâh [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera « Ahmed ». Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : « C’est là une magie manifeste ». »﴿ AsSaff (Le Rang), V. 6.

Le Prophète  est ainsi venu afin de confirmer et approuver le prêche du Tewhîd (l’Unicité d’Allâh) que les Prophètes ont accompli. Il lui a été révélé dans le Saint Qour’ên d’appeler les gens à la pratique des Versets précités, de même que de suivre la démarche des Messagers précédents qui ont invité leurs peuples à pratiquer un culte uniquement voué à Allâh.

Bien plus, le Qour’ên tout entier contient le précepte de l’Unicité d’Allâh (le Tewhîd), et clarifie le devoir ainsi que le mérite de l’appliquer.

Il comporte aussi une mise en garde au Chirk (Association, Polythéisme), de même que la rétribution réservée contre les gens qui le commettent.

En effet, dans Sa Révélation, Allâh -Pureté à Lui- a informé que tous les Prophètes ont prêché une adoration dévouée à Allâh Seul, -Exalté soit-Il-. Allâh -Majesté à Lui- stipule Certes, vous avez un bel exemple [à suivre] en Ibrâhîm et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allâh. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimité et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allâh, Seul »﴿ El Moumtahana (L’Éprouvée), V. 4.

Par ailleurs, il est des petites Sourates révélées dans le Qour’ên, la Sourate d’El Ikhlâs (le Monothéisme pur), laquelle est communément connue par ce nom car elle contient l’enseignement et la démonstration du culte purement réservé au Seigneur de l’Univers. Cela revient à avoir une croyance saine et exempte de toute Association faite à Allâh dans l’adoration. Allâh -qu’Il soit Très-Haut- a ditDis : « Il est Allâh, Unique. Allâh, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui. »﴿ El Ikhlâs (Le Monothéisme Pur), V. 1-4.

Et étant donné que le Tewhîd (l’Unicité d’Allâh) jouit d’une immense importance, occupe une très grande place dans cette vie (voire il est la plus importante mission), et est également le chemin qui mène au Salut après la mort, tous les Prophètes ont commencé leur prédication par lui.

De même, il est la dernière recommandation qu’ils faisaient à leurs communautés avant de mourir, tel que cela a été cité par Allâh en parlant d’Ibrâhîm et de Ye‘qoûb (Jacob) Et c’est ce qu’Abraham recommanda à ses fils, de même que Ye‘qoûb (Jacob) : « Ô mes fils, certes Allâh vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement que musulmans (soumis à Allâh) » ! Étiez-vous témoins quand la mort se présenta à Jacob et qu’il dit à ses fils : « Qu’adorez-vous après moi ?»  Ils répondirent : « Nous adorerons ton Adoré et l’Adoré de tes pères, Ibrâhîm, Ismê‘îl (Ismaël) et Ishêq (Isaac), Adoré Unique et auquel nous sommes musulmans (soumis) » ﴿ El Baqara (La Vache), V. 132-133.

Ils étaient tous sur la base d’une seule religion et d’une unique croyance. Cela même si les Législations (Charê’i‘) étaient diverses comme Allâh a ditÀ chacun de vous Nous avons assigné une Législation et une Voie à suivre﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 48 ; et comme a dit aussi le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- : « De tous les gens, je suis le plus proche de ‘Içê Ibn Meryem (Jésus fils de Marie), aussi bien ici-bas qu’à l’au-delà. Et les Prophètes sont des frères provenant d’un seul père et de mères différentes, mais leur religion est une.» Cela veut dire qu’aux fondements, leurs Législations sont convergentes, mais elles divergent dans les branches.

Ainsi, ils étaient tous en pleine constance dans leur prédication, manifestant de grands égards quant à l’appel de leurs peuples à adorer Allâh uniquement. Et, preuve à l’appui, ils ordonnaient avec fermeté de pratiquer le Tewhîd (l’Unicité d’Allâh), tout en démontrant qu’il est le sentier de la guidée et de la félicité, le chemin qui débouche sur la sécurité et la quiétude, ici-bas comme dans l’au-delà ; et qu’il est, aussi, la Clé du Paradis.

En contre partie, ils ont interdit aux gens le Chirk (l’Association), car il est la cause du malheur et du châtiment, le chemin qui guide à l’injustice et à la perdition ; certes, il entraînera ses emprunteurs à la demeure des Feux ; la Géhenne!

Allâh -à Lui la Pureté- a dit de Son Prophète Et comment aurais-je peur des associés que vous Lui donnez, alors que vous n’avez pas eu peur d’associer à Allâh des choses pour lesquelles Il ne vous a fait descendre aucune preuve ? Lequel donc des deux partis a plus droit à la sécurité ? (Dites-le) si vous savez. Ceux qui ont cru et n’ont point troublé leur foi par une Injustice quelconque (Chirk, Association), ceux-là ont la sécurité ; et ce sont les bien-guidés﴿ El An‘êm (Les Bestiaux), V.81. Et Il a dit aussi -Majesté à Lui-En effet, il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : « Si tu donnes des associés à Allâh, ton œuvre sera certes vaine ; et tu seras très certainement du nombre des perdants. »﴿ Az-Zoumar (Les Groupes), V. 65.

Voilà à quoi les Prophètes d’Allâh appelaient, à tous moments et dans diverses situations, en aisance et en difficulté, en état de force comme en état de faiblesse, en secret et en public ; et ainsi dans des circonstances variées. Sans aucun doute, celui qui observe et médite sur la biographie des Messagers s’apercevra de tout cela.

Noûh (Noé)  demeura neuf siècles et demi prêchant l’Unicité d’Allâh parmi son peuple ; et ainsi d’autres Prophètes le suivirent dans cette vénérable mission. À Moûçê (Moïse) , Allâh révéla la Thora, qui incita à la fois à l’adoration unique d’Allâh et réprima de lui donner des associés.

Nous trouvons, par exemple, cité dans l’exode 20 :2-3 ((Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.)) Et il y a aussi d’autres Textes et Livres qui invitèrent à suivre la voie de l’Unicité pure.

De même, ce fut le prêche du Messie  ; ils étaient, lui et sa mère, un des signes d’Allâh -à Lui la Majesté- en leur naissance et croissance, il est le dernier des Prophètes envoyés aux enfants d’Israël, Allâh lui fit grâce par l’attribution de Miracles éclatants. Durant sa présence parmi son peuple, il suivit la même ligne que les Messagers qui le précédèrent. Notre Seigneur, Allâh Le Tout-Puissant, lui révéla l’Évangile, un Livre céleste qui contenait un Appel, franc, pur, et direct, à la Croyance authentique !

C’en est de prendre Allâh, Seul et Unique, pour Adoré ; Lui être dévoué dans tout acte d’adoration, autant les actes du cœur que ceux des organes. Ce Livre (l’Évangile) comportait aussi des Textes qui interdisaient de donner des associés à Allâh, -Exalté soit-Il-. Ainsi, la mission de ‘Îçê (Jésus) était un prolongement de celles des Messagers qui vinrent avant lui .

Parmi les multiples Textes qui prouvent que l’Évangile fut un Livre qui prônait l’Unicité d’Allâh (le Tewhîd), nous citons : ((Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s’approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements? Jésus répondit : Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur.)) Marc 12:28-29. Et il est cité aussi ((Tu te prosterneras au Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.)) Matthieu 4:10; Luc 4:8.

Par ces dires, ‘Îçê (Jésus)  a bien démontré qu’il n’est que le serviteur d’Allâh qui lui a ordonné de transmettre cette Vérité, et de mettre en garde toute œuvre vouée à un autre que son Seigneur.

En effet, ce louable Messager a, sans le moindre doute, répondu à l’ordre de son Créateur et Adoré, en exhortant les gens au culte pur et sain, de même qu’en mettant en garde au Polythéisme et à l’Association (le Chirk) et leurs adeptes.

Cela étant, le Messie est donc affranchi et innocent de l’agissement de ceux qui le considèrent comme Dieu ou associé à Allâh. Le Qour’ên témoigne de cette vérité en énonçant Et lorsqu’Allâh dira : « Ô ‘Îçê Ibn Meryem (Jésus fils de Marie), est-ce toi qui a dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allâh ? » Il dira : » Gloire et Pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire !  Si je l’avais dit, Tu l’auras su, certes. Tu es, en vérité, le grand Connaisseur de tout ce qui est inconnu. Je ne leur avais dit que ce que Tu m’avais commandé : « Adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur ». Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es Témoin de toute chose. Si Tu les châtie, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage. » »﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 116-118.

En outre, Allâh a fait descendre le Qour’ên sur Son Messager Mouhammed ; un Livre qui confirme les Livres antérieurs et prédomine sur eux, aussi. Le Seigneur de l’Univers a dit Qu’on exalte la Bénédiction de Celui qui a fait descendre le Livre de Discernement sur Son serviteur, afin qu’il soit un avertisseur à l’Univers. Celui à qui appartient la royauté des cieux et de la terre, qui ne S’est point attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en sa royauté et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions.﴿ El Fourqân (Le Discernement), V. 1-2.

Le Messager  a invité tous les gens à observer un culte exclusif à Allâh, et à éviter l’Association (le Chirk). Il a également interdit qu’on lui fasse des éloges exagérés comme ce fut le cas avec les chrétiens envers ‘Îçê Ibn Meryem (Jésus fils de Marie) ; Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit à ce sujet Dis je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Adoré est un Adoré unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur.﴿ El Kehf (La Caverne), V. 110. Et le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a dit : « Ne me flattez pas comme ont fait les chrétiens avec ‘Îçê Ibn Meryem, car je ne suis que le serviteur d’Allâh ; dites donc : serviteur et Messager d’Allâh ! »

Cela étant dit, il est alors évident que les gens doivent obligatoirement concrétiser le Tewhîd ! Car, c’est certes la mission qu’ont accomplie les Envoyés d’Allâh : Moûçê (Moïse), ‘Îçê (Jésus) et Mouhammed, ainsi que tous les autres Prophètes -Prière et Salut d’Allâh sur eux tous-.

Il s’agit, ici, d’une voie toute blanche (claire), d’une Croyance parfaite et d’une parole bien droite ! C’est également un appel franc à tous les gens doués de raison, aux personnes honnêtes et aux lecteurs avertis et dignes de loyauté. Tout un chacun se doit de répondre à cette invitation s’ils sont, vraiment, sincères ; s’ils croient à la prédication des Messagers et suivent le chemin des Prophètes en la croyance, l’adoration purement pratiquée pour Allâh : Le Seigneur des mondes. Le Très-Haut -à Lui la Pureté- a dit Dis : « Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allâh, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allâh ». Puis, s’ils tournent le dos, dites : « Soyez témoins que nous, nous sommes musulmans (soumis à Allâh). »﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 64.

Enfin, l’épître que tu tiens entre les mains, cher lecteur, renferme une démonstration authentique, avec un style sincère et un fond aimable, prônant, ainsi, le Tewhîd (l’Unicité) qui est en vérité le droit d’Allâh sur ses serviteurs.

Nous remercions donc le cher frère, ‘Abd El Malik El Kouleyb, l’auteur de ce livre, ainsi que le professeur Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên El Bidjê’î, qui l’a traduit en français afin que beaucoup de gens puissent tirer profit de son contenu qui est certes bénéfique ; et s’instruire en lisant ces très bonnes connaissances et ces textes globaux qui leur feront éviter la déviance.

Nous le remercions alors pour ses efforts dans la sélection des épîtres et leur traduction avec les meilleurs styles et procédés. Et, c’est à Allâh que nous demandons de nous accorder droiture, intégrité, piété et succès ici-bas et au Jour du retour vers Lui, êmîn !

Qu’Allâh Prie et Salue Mouhammed, sa Famille et ses Compagnons, et Louanges à Allâh, Le Seigneur de l’Univers.

Préface

Louange à Allâh, Le Seigneur des mondes ; et que la Prière et le Salut soient sur le plus noble des Messagers : Mouhammed Ibn ‘Abd-i-l-Lêh, le Prophète illettré, le maître des enfants d’Adam.

Allâh -Pureté à Lui- a dit Et Nous avions apporté le Livre à Moûçê (Moïse) afin que son peuple soit bien guidé. Et Nous fîmes du fils de Meryem (Marie), ainsi que de sa mère, un prodige ; et Nous donnâmes à tous deux asile sur une colline bien stable et dotée d’une source. Ô Messagers ! Mangez de ce qui est permis et agréable et faites du bien. Car Je sais parfaitement ce que vous faites. Cette Nation, la vôtre, est une seule Nation, tandis que Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc﴿ El Mou’minoûn (Les Croyants), V. 51 ; et Il a dit aussi -Très-Haut soit-Il- Certes, cette Nation qui est la vôtre est une Nation unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc﴿ El Anbiyê’ (Les Prophètes), V. 92.

L’illustre érudit, le cheikh Rabî‘ El Medkhalî -qu’Allâh le garde- a dit : « Le sens voulu ici par le terme Nation (Oumma) est la religion. En effet, la religion [des Prophètes] est une. C’est l’islam qui recouvre l’exclusivité du culte pour Allâh, l’Unique, le Seul en droit d’être Adoré.  Toutes les créatures sont Ses serviteurs, et parmi ces derniers il y a les nobles Messagers, dont on trouve les doués de Résolution, à savoir Mouhammed, Ibrâhîm (Abraham), Moûçê (Moïse), ‘Îçê (Jésus), et Noûh (Noé). Sont tous Ses serviteurs ; Il les a créés afin de L’adorer et d’inviter les gens à cette adoration, car Il est Le Seigneur, Le Créateur, et L’Adoré.

De toutes Ses créatures, aucune ne Lui est associée dans cet Univers, même pas dans un atome, ni dans la création, ni dans la subsistance ; ni dans la revivification et ni dans la mort, ou dans n’importe quelle autre chose qu’Il s’est particulièrement attribuée parmi les Attributs de la Seigneurie et de l’Adoration, de même que les Attributs de Sa Perfection et les Qualificatifs de Sa Majesté. Dis: « Il est Allâh, Unique. Allâh, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré et n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui »﴿ El Ikhlâs (Le Monothéisme Pur), V. 1-4. (…) Ainsi, chaque personne qui prétend qu’Allâh a un enfant ne dit que mensonge. Que ce soit les Arabes qui dirent que les Anges sont les filles d’Allâh, ou les Bouddhistes et les Brahmanes qui disent la même chose du Bouddha et de Brahmâ ou encore les chrétiens qui prétendent que ‘Îçê (Jésus) est le fils d’Allâh[3], ou qu’il est Allâh lui-même ! Ou qu’il est le troisième de trois dieux (la Trinité) ! [4]

Tout cela n’est que mensonge et fourberie à l’égard d’Allâh. En vérité, chacun de ces partisans accuse l’autre de menteur ; aucun groupe n’adhère [à la croyance] de son adversaire ; et ainsi s’écroulent tous les mensonges et les faussetés, du fait que ces obédiences s’entre-démentent.

De plus, le Qour’ên, l’islam et les musulmans les dénient également. Enfin, la raison et la saine nature renient, elles aussi, ces fausses prétentions.» [5]

Cela dit, notre Seigneur -Béni et Très-Haut soit-Il- n’a envoyé Ses Messagers ni fait descendre Ses Livres sublimes que pour un seul et unique but : Lui consacrer un culte pur dont aucun autre n’est en droit de recevoir ; pas une quelconque forme d’adoration ; pas un infime geste ou intention à quiconque à part Allâh, -Le Tout-Puissant-.

Les savants de la Sounna classent les multiples et variés actes d’adoration en deux grandes catégories qui sont l’adoration du cœur ou de l’intérieur, et l’adoration des organes ou de l’extérieur. De la première catégorie, parmi tant d’autres actes, nous retenons ce qui suit : l’amour d’Allâh, la crainte, l’espérance, la résipiscence [el inêba], la confiance [at-tawakkoul], la bonne opinion envers Allâh [housn adhdhann], l’humilité [adh-dhoull], etc. Tandis que de la deuxième catégorie, je cite la salât, l’invocation, le hedjdj, la zakêt, le rappel d’Allâh, le conseil, le fait

d’ordonner le bien et d’interdire le mal, l’obéissance aux parents, la piété filiale, ainsi que toutes les formes de bienfaisance que le musulman pratique avec ses différents organes.

De nombreux versets explicitent la volonté d’Allâh d’avoir créé l’Univers, tout entier, dont Sa Parole -qu’Il soit Très-Haut-Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils m’adorent﴿ AdhDhêriyêt (Qui éparpillent), V.56, et Sa Parole Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allâh, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la Salât et d’acquitter la Zakêt. Et voilà la religion de droiture﴿. El Bayyina (La Preuve Évidente), V. 5.

Par ailleurs, Allâh a relié entre l’ordre de L’adorer et l’Envoi des Prophètes en précisant que l’Unicité (le Tewhîd) est l’essence même de l’adoration Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager [pour leur dire] : «Adorez Allâh et écartez-vous du Tâghoût» ﴿ An-Nehl (Les Abeilles), V. 36.

Commentant ce verset, l’imam Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : «… Ainsi, le Très-Haut n’a cessé d’envoyer les Messagers avec [cet ordre] depuis que l’Association est advenue chez les enfants d’Adam, dans le peuple de Noûh (Noé) auquel il fut envoyé. Il est le premier Messager qu’Allâh destina aux habitants de la Terre. [Ensuite les Messagers se succédèrent] jusqu’à ce que [leur chaîne] a été clôturée par Mouhammed , dont la mission est générale à tous les humains et les djinns, à l’Orient comme à l’Occident. Tous [ces Messagers] étaient concernés par la Parole -d’Allâh Pureté à Lui- Et Nous n’avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n’ayons révélé : «Point d’adoré en dehors de Moi. Adorez-Moi donc. » ﴿ » [6] El Anbiyê’ (Les Prophètes), V. 25.

L’honorable cheikh ‘Abd El Ghani Aoussat -qu’Allâh le préserve- a dit : «… Allâh a créé l’être humain sur Terre pour L’adorer. Puis Il l’a testé et éprouvé afin de voir s’il Lui vouera un culte selon ce qu’Il lui a commandé et de la manière qu’Il a voulue ou, au contraire, se déviera-t-il du droit chemin.

Dans le but que l’homme accomplisse une adoration conforme et correcte, Allâh -Exalté soit-Il- a envoyé Ses Messagers et révélé Ses Livres.

Ainsi, chaque Prophète confirmait la religion (l’Unicité) des Messagers qui l’ont précédé, jusqu’à ce que le tour de ‘Îçê (Jésus)  soit venu, succédant à Moûçê (Moïse) . ‘Îçê a confirmé aux enfants d’Israël qu’il est le Messager d’Allâh qu’Il a fait parvenir à eux, afin d’éclairer la vérité  révélée avant lui dans la Thora, et pour leur annoncer la venue d’un autre Messager après lui dont le nom sera Ahmed. [Le Très-Haut a rappelé tous ces propos de ‘Îçê (Jésus) en annonçant] Je suis vraiment le Messager d’Allâh [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera «Ahmed» ﴿ AsSaff (Le Rang), V. 6. Et le nom «Ahmed», est un des noms du Prophète …» Le cheikh explique ensuite et démontre comment les juifs et les chrétiens ont changé et interpolé les textes sacrés, rejetant, par là, le fait d’admettre l’authenticité de l’islam [7].

En vérité, le Prophète  est, plus d’une fois, cité dans la Thora et l’Évangile ; bien plus, ses louables et nobles compagnons, eux aussi, y sont évoqués.

De plus, même si les chrétiens nient catégoriquement le fait que le Messager  soit évoqué dans leur Livre, la réalité, cependant, est là pour prouver que cette négation ne tient pas.

En effet, les Textes religieux témoignent de ce qui en est contraire. La raison saine, elle aussi, ne pourra que réfuter cette négation. Il s’agit d’un fait admissible, voire, très crédible qu’un Prophète antérieur annonce la venue ultérieure d’un autre Prophète.

Ceci n’est pas exclu de l’ensemble des prédictions dont chaque Messager a eu l’occasion de révéler à ses disciples.

De toutes les manières, un croyant, à proprement parler, tient aux TEXTES révélés plus qu’à toute autre chose. Notre Seigneur a dit, et, sans le moindre doute, Son Dire est Vérité ﴾Mouhammed est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et leur image dans l’Évangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs.﴿ El Feth (La Victoire Éclatante), V. 29. 

Cela étant dit, dans ce livre, l’auteur relate des faits historiques, rappelle des dates-jalons, des noms de personnages et de villes qui constituent le noyau du christianisme et de la chrétienté, fait appel aux Saintes Écritures, mais aux aussi Nobles Versets du Qour’ên. Il déploie de fiables données informatives afin de prouver la réalité de cette religion depuis l’élévation (au ciel) du Messie -que le salut soit sur lui-. Il évoque, en outre, les agissements de Paul (Saul), de Constantin le Grand, les décrets des patriarches et des évêques, leurs conciles à travers lesquels le Message divin fut bafoué !

Qui n’a jamais entendu parler de la Trinité ? La scandaleuse contradiction qui fait retentir à l’oreille de tout sain de raison, la nullité de cette croyance des trois en un : Dieu, le Fils et le Saint Esprit !!! Ainsi que d’autres « convictions » paradoxales qui, en vérité, ne peuvent être rien d’autre que l’entreprise des faussaires.

Je prie mon Seigneur d’attribuer la plus bonne récompense à l’auteur : ‘Abd El Malik ‘Alî El Kouleyb de s’être employé à exposer la vérité et la guidée que nous souhaitons, sincèrement, à tous les chrétiens. Comme je remercie aussi notre vertueux Cheikh ‘Abd El Ghani Aoussat de m’avoir proposé de traduire ce très beau livre et de l’avoir introduit.

De même, je n’omets pas de spécifier ma reconnaissance la plus sincère à mes deux chers frères : Kamêl Aboû ‘Abd Ar-Rahmên El Djazê’iri pour ses minutieuses recherches des équivalences interlinguales des noms propres, Écriture sainte, etc. ; et Ahmed Abou ‘Abd Ar-Rahmên El Faransi pour son soutien moral et ses encouragements, malheureusement, devenus rares à notre époque.  Je ne peux les récompenser qu’en leur disant  Djazêkoum Allâhou Khayran !

Seigneur ! Fais que ce travail soit entièrement voué à Ta Noble Face ; ô Seigneur, rends-le utile et profitable à tous les lecteurs, particulièrement les chrétiens, êmîn !

Ô Allâh ! Nous T’implorons de guider ces nations chrétiennes à Ton droit chemin, Tu es certes Omnipotent et Miséricordieux.

Écrit par :

Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad

Béjaia, au crépuscule du lundi 30 Dhou-l-Qi‘da 1428

Correspondant au 10 décembre 2007 G.

Au Nom d'Allâh, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux
À l'intention de notre voisin le chrétien…
Que la paix soit sur quiconque suit la guidée !

Voici des pages dont le contenu est bénéfique et très précieux. Elles portent science et recommandations pures. Je prie Allâh -qu’Il soit Béni et Très-Haut- d’illuminer ton cœur par elles, et, d’en ôter le voile de tes yeux afin que tu croies que le Seigneur est vraiment Allâh dont il n’y a aucun adoré en dehors de Lui. Le Seigneur de l’Univers qui détient la royauté des cieux et de la terre. Il ne s’est jamais attribué d’enfant, et Il n’a point d’associé dans Sa glorieuse royauté.

Aussi, je supplie réellement Allâh -Majesté à Lui- qu’Il te guide au vrai islam qui te conduira à la jouissance éternelle : la demeure de ceux qui craignent pieusement Allâh. Qu’Il éloigne ton visage de l’Enfer qui est préparé aux mécréants, grâce à l’islam. Le Jour où, Allâh dont la puissance est énorme, ressuscitera les premiers et les derniers, et les rétribuera pour leurs œuvres Un groupe dans le Paradis et un groupe dans la fournaise﴿. Ach-Choûrâ (La Consultation), V. 7.

Ô notre voisin ! Allâh -Glorifié soit-Il- est cité dans la Thora, l’Évangile et le Qour’ên qu’Il est le Seigneur Unique, dont nul seigneur ni divinité à part Lui. Les Prophètes qu’Allâh -Pureté à Lui- a envoyés ainsi que les Messagers ont appelé les gens à la foi en l’unicité d’Allâh et à pratiquer une adoration exclusivement vouée à Lui. Ils les ont aussi mis en garde contre le fait de Lui désobéir -Béni et Très-Haut soit-Il- Ainsi, les bienheureux parmi les gens du Paradis ont pris chemin vers Lui et cru à l’inconnaissable [El Gheyb], et ont aussi attesté de la véracité des Envoyés. Tandis que les damnés parmi les gens de l’Enfer ont refusé Sa guidée.

Je t’ai donc écrit cette épître afin que tu discernes, avec clairvoyance, le bon chemin duquel la majorité des humains s’est déviée comme les idolâtres, parmi les adeptes de l’hindouisme et les bouddhistes et consorts. Ceux-là même qui ont mécru en Allâh -le Majestueux, le Noble- qui les a créés et leur a donné la subsistance. Ils ont nié Sa rencontre et se sont mis, à l’image de quelqu’un qui ne raisonne pas, à se prosterner à des bétyles (statues) qui ne les entendent point quand ils les invoquent ! Ils ne leur profitent en rien comme ils ne peuvent leur nuire !

Ou comme les juifs qui ont été chargés de la Thora mais qui ne l’ont pas appliquée ; et qui ont violé leur pacte avec leur Seigneur, le Fort, le Puissant qui leur a fait faveur et les a sauvés de l’injustice de Pharaon et les a aussi sortis, grâce à des miracles éblouissants, de la terre de l’asservissement. Les juifs qui ont renié tous les Messages succédant au judaïsme, qui ont inventé une calomnie monstrueuse contre Meryem (Marie) -que le Salut d’Allâh soit sur elle-, et qui ont assassiné beaucoup d’Alliés d’Allâh -le Très-Haut-, au point que le Messie  ait dit dans la ville sainte : ((Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés)) Matthieu 23 : 37.

Ils ont aussi démenti le Messie  et mécru à l’Evangile qu’Allâh -Très-Haut soit-Il- a fait descendre sur lui. Pis, ils ont tenté de le tuer, mais ils ont crucifié quelqu’un d’autre qui lui ressemblait ; [ils ont fait tout cela] alors qu’il est le Messager du Seigneur des mondes.

Ou encore comme les chrétiens qui ont exagéré dans la religion, l’ont interpolé, et ont délaissé le Tewhîd (l’Unicité d’Allâh) légiféré dans le Livre Sacré : ((Je suis l’Éternel [8], et il n’y en a point d’autre, Hors moi il n’y a point de Dieu)) Esaïe 45:5. Ils ont dit : Le Messie est plutôt un Seigneur, il est le fils d’Allâh  -Très-Haut -, et c’est un dieu.

Ils ont également dit que le Saint Esprit -Salut d’Allâh sur lui- est aussi un Seigneur ! De même, ils ont dit qu’Allâh -le Majestueux Adoré qui a tout créé et que nul n’est égal à Lui- est le troisième des trois dieux ! Pureté à Allâh ; Il est certes Très-Haut, et transcende ce qu’ils Lui associent !

Ô notre voisin ! Ces nations ont tenu aux pratiques de leurs ancêtres. Le fanatisme les a emportées au point de ne plus pouvoir distinguer entre le vrai et le faux, entre les ténèbres et la lumière. Sinon, comment se fait-il que les idoles soient adorées ? Comment peut-on élever les pierres au rang d’Allâh, l’Unique, le Dominateur suprême ? Pourquoi faire la distinction entre les Prophètes d’Allâh -Très-Haut-? Comment se fait-il que l’on renie les Livres d’Allâh -Pureté à Lui- ? Et pourquoi a-t-on divinisé les Anges et les humains alors qu’ils sont des serviteurs d’Allâh, Le Seigneur de l’Univers ?

Ô voisin ! Prêcher le Tewhîd (l’Unicité) n’est pas une mission qui est proprement restreinte à la religion musulmane. Car la description d’Allâh en tant qu’Unique est révélée dans la Thora, dans l’Évangile et dans le Qour’ên aussi. Et, sans aucun doute, le Messie  se désavoue entièrement de la Trinité que les chrétiens ont inventée. En fait, c’est Paul qui l’inventa pour la première fois lorsqu’il prétendit auprès des Chrétiens en 38 apr. J. que le Messie  est le fils d’Allâh ! Ainsi, un groupe d’entre eux le suivit et lui voua une obéissance totale.

Ensuite vint Constantin le Grand qui astreignit tous les chrétiens après le concile (assemblée) de Nicée en l’an 320 à diviniser le Messie -que le Salut d’Allâh soit sur lui-. Puis vint Théodose qui rassembla le concile de Constantinople en 381 apr. J. dans lequel ceux qui y assistèrent décidèrent de diviniser le Saint Esprit -que le Salut soit sur Lui-.

Ô notre voisin ! Allâh -Bénédiction et Pureté à Lui- a clos les Messages qu’Il a envoyés aux gens six siècles après l’élévation du Messie  (au ciel), et ce, par la révélation du Noble Qour’ên à Son serviteur et Messager Mouhammed  (vers l’an 610 apr. J.). Allâh l’a envoyé à toutes les nations en tant qu’annonciateur des bonnes nouvelles et des avertissements, afin de les faire sortir des Ténèbres à la Lumière [9] ; de les conduire sur le droit chemin qu’ont suivi et prêché tous les Prophètes et Messagers précédents, de même que les croyants qui l’ont emprunté.

Allâh -Majesté à Lui- a décrété que le Paradis sera pour ceux qui ont cru en Son Unicité ; à ceux qui se sont soumis (suivi l’islam), et ont fait de bonnes œuvres purement consacrées à Lui. En outre, Il a fait que l’Enfer sera pour ceux qui Lui donnent des associés, Le renient et persistent à démentir et à nier la foi.

Voisin ! Je t’écris cette épître par obéissance à l’ordre d’Allâh -qu’Il soit Béni et Très-Haut- qui dit Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront﴿. Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 104.

Il a dit aussi -Pureté à Lui- Et dis : «La vérité émane de votre Seigneur» Quiconque le veut, qu’il croie, et quiconque le veut qu’il mécroie. »﴿ [10] El Kehf (La Caverne), V. 29 ; Il a dit également -Béni soit-Il- Et avertis-les du Jour du regret, quand tout sera réglé ; alors qu’ils sont [dans ce monde] inattentifs et qu’ils ne croient pas. C’est Nous, en vérité, qui hériterons la terre et tout ce qui s’y trouve, et c’est à Nous qu’ils seront ramenés.﴿ Meryem (Marie), V. 39-40.

Cette épître que tu tiens entre les mains contient aussi des Paroles d’Allâh -qu’Il soit Béni et Très-Haut- qui avertissent d’un douloureux châtiment, ainsi que d’autres qui sont une invitation à son énorme bien et à un délice éternel. Crains donc Allâh, ô notre voisin… très certainement, Allâh est dur en punition.

Les Messages célestes (divins)

Allâh -Majesté à Lui- a envoyé Noûh (Noé) -sur lui le Salut- à sa communauté que le diable a égarée du droit chemin et lui a embelli l’adoration des idoles. Noûh l’a alors appelée à réserver le culte à Allâh Seul -Très-Haut soit-Il-, et lui a interdit d’adorer ses statues inertes, mais elle l’a ridiculisé et démenti. Ainsi, Allâh -Majestueux et Tout-Puissant- a envoyé contre elle le déluge et l’a complètement noyée, excepté Noûh et ceux qui étaient avec lui dans l’arche. Ceux-là ont cru à l’unicité d’Allâh, Le Seigneur des mondes.

Après cela sont venues les autres communautés qui ont mécru, elles aussi, parmi ‘Êd, Thamoûd, le peuple de Lôt, et autres. Chacune d’elles a eu une position d’égarement, d’obstination et d’orgueil vis-à-vis de son Prophète. À chaque fois qu’un Messager vient à eux ils le démentent. En conséquence, Allâh secourait Ses Messagers et faisait périr les incroyants.

Le Tewhîd (l’Unicité) dans la Thora

Vers 1491 av. J. Allâh -Majesté à Lui- a révélé la Thora à Moûçê (Moïse)  ; elle contenait guidée et lumière (vérité). Il a ordonné à son peuple de L’adorer seul -Exalté soit-Il-, et lui a interdit d’adorer les bétyles que divinisaient les nations païennes qui l’entouraient. Cela parce qu’Allâh est leur Seigneur, le seul Adoré qui est capable de tout, le Majestueux ; nul seigneur ni divinité hormis Lui.

((Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.)) L’exode20 :2-3.

((Et vous ne prononcerez point le nom d’autres dieux : qu’on ne l’entende point sortir de votre bouche.)) L’exode 23: 13.

((Tu as été rendu témoin de ces choses, afin que tu reconnaisses que l’Éternel est Dieu, qu’il n’y en a point d’autre.)) Deutéronome 4:35.  

((Écoute, Israël ! l’Éternel, notre Dieu, est le seul l’Éternel.)) Deutéronome 6:4.

Ensuite, après Moûçê (Moïse) , Yoûchè‘ Ibn Noûn (Josué, fils de Nun) -sur lui le Salut- a pris la direction des enfants d’Israël et les a conduits à la Terre sainte. Allâh -Majesté à Lui- lui a immobilisé le soleil jusqu’à ce qu’il ait fini de l’ouvrir (la Terre sainte), puis il l’a partagée entre eux. Allâh a fait des enfants d’Israël des rois après qu’ils étaient de faibles esclaves en Égypte. À cette époque-là, ils avaient la croyance qu’Allâh, Le Seigneur des mondes, est Unique.

((Afin que tous les peuples de la terre reconnaissent que l’Éternel est Dieu, qu’il n’y en a point d’autre !)) Les Rois I,   8:60.

((Je suis le premier et je suis le dernier, et hors moi il n’y a point de Dieu.)) Esaïe 44 :6.

((Je suis l’Éternel  [11], et il n’y en a point d’autre, hors moi il n’y a point de Dieu)) Esaïe 45:5.

Le Tewhîd (l’Unicité) dans l’Évangile

Ensuite, -Allâh Majesté à Lui- a envoyé le Messie -que le Salut soit sur lui- en tant que Messager pour les enfants d’Israël. Il leur a apporté d’éblouissants miracles par lesquels Allâh -Pureté à Lui- l’a soutenu. Il lui a aussi révélé l’Évangile, l’a aidé par le Saint-Esprit -que le salut soit sur lui-. Il guérissait l’aveugle-né et le lépreux, formait de la glaise comme la figure d’un oiseau puis soufflait dedans et cela devenait un oiseau, et il ressuscitait les morts. Tout cela par la permission d’Allâh, Le Seigneur des mondes.

Le Messie -Salut sur lui- a appelé les gens à adorer uniquement Allâh -Le Très-Haut-.Il L’a décrit comme étant le seul Adoré digne d’adoration, qu’Il est un Seigneur Unique, et qu’on ne se prosterne ni on n’adore personne si ce n’est Lui -Exalté soit-Il-.

Durant sa mission parmi son peuple, le Messie -sur lui le Salut- a stipulé qu’il n’a été envoyé qu’aux enfants d’Israël, et non aux autres communautés. Il n’a jamais invité les israéliens à l’adorer ni à se prosterner devant lui. Il leur a plutôt ordonné de vouer un culte exclusif à Allâh -Pureté à Lui-, car, c’est bien Lui Le Seigneur des mondes, l’Adoré des premiers et des derniers. Ses recommandations ainsi que ses propos contenus dans les Évangiles explicitent bien cela : ((Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël.)) Matthieu 15:24.

((Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s’approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ? Jésus répondit : Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur.)) Marc 12:28-29.

((Tu te prosterneras [12] au Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.)) Matthieu 4:10; Luc 4:8.

((Toi, le seul vrai Dieu.)) Jean 17:4.

De plus, celui qui étudie les quatre Évangiles verra qu’ils attestent que le Messie – que le salut soit sur lui- n’était ni un Dieu ni un Seigneur. Il n’était qu’un Messager et un des Prophètes envoyés aux enfants d’Israël. Allâh -Très-Haut soit-Il- lui a accordé la mission de les inciter au repentir et de les guider vers le chemin du salut. Parmi ses propos -que le salut soit sur lui- qui montrent ceci : ((Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ [13])) Jean 17:3.

((Celui qui m’a envoyé est avec moi)) Jean 8:29

Par ailleurs, les habitants de la ville de Naïn ont témoigné que le Messie n’est qu’un humain, et ce, lorsqu’ils ont vu qu’il ressuscitait les morts, par la permission d’Allâh -le Très-Haut-, comme ils ont su aussi qu’il est un des vénérables Prophètes des enfants d’Israël. Il a dit au fils de la veuve qui était mort : ((Jeune homme, je te le dis, lève-toi ! Et le mort s’assit, et se mit à parler. Jésus le rendit à sa mère. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu, disant : Un grand prophète a paru parmi nous, et Dieu a visité son peuple.)) Luc 7:14-16

Médite bien cela, ô voisin ! Ils ont attesté qu’il est un Prophète et non un dieu. Oui ! Il est certes un vénérable Prophète, un Messager loyal. Bonheur à celui qui ne trébuche pas à son sujet.

Paul (Saul) invite les gens à diviniser le Messie -que le salut soit sur lui-

Quelques années après que ‘Îçê (Jésus) fut élevé au ciel, est venu le Juif Saoul (5-67 après J.), qui s’est converti au christianisme et qui, quelques temps après, s’est renommé Paul.

En vérité, Paul a fait naître de très graves pratiques dans la religion chrétienne. Les sources chrétiennes agréées (les épîtres annexées aux Évangiles) témoignent de ces faits. Il a autorisé de boire le vin, de manger le porc dont la chaire est impure. Il a également interdit la circoncision et s’est donné à appeler, dans les congrégations chrétiennes, à une croyance contraire à l’Unicité, alors qu’il n’a eu aucune preuve ni de la Thora ni de l’Évangile, et sans qu’il ait eu un précédent (qui ait parlé de cette croyance avant lui).

En effet, il a commencé depuis l’an 38 à proclamer que Jésus est un dieu le considérant comme le fils d’Allâh -Pureté à lui-, et qu’il est descendu sur terre afin de se sacrifier et être crucifié en guise de rémission des péchés de l’humanité. (Voir : les actes des Apôtres 9 :20).

Par ailleurs, les lettres de Paul soulignent que la majorité des gens l’ont refusé, lui, et ses enseignements, qui vont à l’encontre de l’Unicité d’Allâh, comme ils ont aussi rejeté voire, formellement condamné son hérésie. Lui-même confirmé cela par ses dires : ((Tu sais que tous ceux qui sont en Asie m’ont abandonné)) Timothée 1:15.

((Dans ma première défense, personne ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné.)) Timothée 4:16

Il est également important de préciser que ceux qui ont accepté l’appel de Paul qui prônait l’Association, sont en fait les Européens païens. Car le polythéisme ainsi que le fait de sacrifier les humains sont des pratiques qui faisaient partie des bases des religions païennes qu’ils professaient, contrairement aux chrétiens de l’Orient (l’Asie).

Le concile de Nicée décrète que le Messie -que le Salut soit sur lui- est un Dieu

Une grande polémique éclata entre les chrétiens engagés d’une part, et Paul et ses adeptes d’autre part. Celle-ci perdura plusieurs siècles après la mise à mort de Paul ; et quand Constantin le Grand s’est converti au christianisme (280-337), au début du quatrième siècle de l’ère chrétienne, il a organisé la congrégation de Nicée en 325, afin d’étudier les croyances chrétiennes prédominant à l’époque ; événement qui a mis les partisans de Paul en conflit avec la majorité des adeptes de l’arianisme unie dont le chef était l’Alexandrin Arius. Constantin a donc soutenu les partisans de Paule, et il a obligé tous les chrétiens à suivre ses préceptes qui incitent à croire à la divinité du Messie -paix sur lui-, qu’il est le fils d’Allâh -qu’Il soit Très-Haut-, descendu sur terre pour s’offrir en sacrifice et être crucifié contre l’expiation des péchés de l’humanité !

Il a aussi ordonné à l’assemblée de brûler les livres qui s’opposaient à ses décisions, enquêtait sur les endroits où ils étaient gardés et il interdisait aux gens de les lire. Voilà ci-dessous un extrait du décret du concile de Nicée : «Nous croyons en Dieu l’unique, le Père. Le seigneur de toute chose, le créateur du visible et de l’invisible. De même qu’au Fils, l’unique, Yaçoû‘ El Macîh [14] (Jésus le Messie), l’ainé de toutes les créatures, né de son Père avant que les mondes ne soient créés, et il est incréé. Dieu véritable d’un Dieu véritable, il provient de l’essence-même de son Père qui avec sa main les mondes furent parachevés. Il a tout créé pour nous et pour les gens. Afin de nous délivrer, il est descendu du ciel, a pris corps à partir du Saint-Esprit puis est pris en grossesse, ensuite il est né de Meryem la chaste (la sainte Marie) et a été crucifié aux temps de Pilate. Ensuite il a été enterré puis ressuscité au troisième jour, et est monté au ciel et s’est assis à la droite de son Père.»

La prédominance de l’arianisme après le concile de Nicée

Malgré la décision du concile de Nicée qui a déclaré la nullité de la doctrine d’Arius, l’arianisme n’a cependant pas disparu. Lorsque Constantin a su la puissance de ses adversaires et découvert la grande expansion de l’arianisme dans l’Orient, et qu’il a même pénétré dans les cercles du palais en plus de l’adhésion d’un grand nombre de gouverneurs, il a donc changé de position à son égard et a imposé à l’église d’accorder la rémission à Arius et de l’admettre dans son enceinte [15].

Ensuite, quand Constantinios, fils de Constantin s’est retiré avec le règne de la partie orientale de l’Empire Byzantin, il a assuré la défense de l’arianisme, contrairement à son frère Constance qui gouvernait la partie occidentale. Celui-ci a pris en considération la doctrine adoptée par le concile de Nicée.

Mais celui-ci n’a pas tardé à trouver la mort en 350, lors d’un combat mortel advenu entre lui et l’usurpateur Majnitios. Ainsi, Constantinios a pris entièrement le règne après qu’il ait écrasé Majnitios en l’an 351. Et étant donné qu’il était un adepte des plus attachés à l’arianisme, il a lancé une large attaque contre le paganisme ; il a ordonné de fermer les sanctuaires et d’interdire aux gens de les fréquenter, comme il a également prohibé d’offrir des sacrifices, partout dans l’Empire.

Il a aussi menacé les opposants par la confiscation de leurs propriétés, et de les condamner à mort. Et lorsqu’il a visité Rome, il a ordonné d’enlever la statue du dieu de triomphe qui se trouvait dans la salle de l’assemblée du Sénat romain.

Sachant que la politique arienne adoptée par Constantinios l’a amené à avoir des contacts avec les adjuvants de la doctrine triomphée par le concile de Nicée, particulièrement avec Ithnasios, qui était l’évêque d’Alexandrie, les deux conciles tenus respectivement à Sirmione et Rimini en 359 ont reconnu l’arianisme en tant que religion officielle de l’État [16].

Ensuite en 361, Julien l’apostat est monté au règne. Il était païen et ennemi juré de la nouvelle religion. Mais il ne durera pas très longtemps, car il a été tué dans un de ses combats contre les Perses en 363. Après lui, Jovien a pris le pouvoir pendant une année puis a été succédé par ses deux frères Valentinien (364-375), et Valens (364-378). Ces derniers ont partagé en deux le règne sur l’Empire dont le premier s’est occupé de la partie occidentale, tout en étant un partisan de la doctrine de Nicée, tandis que le second (Valens), qui était fanatique pour l’arianisme, a gouverné la partie orientale. Cela étant, la divergence religieuse entre les deux frères a approfondi davantage la fissure entre les deux partitions impériales.

Et au moment où Valens était en plein combat contre les Perses, les Goths occidentaux et orientaux se sont alliés, ils ont lancé des expéditions acharnées et se sont introduits dans Thrace. Alerté, Valens s’est précipité à rentrer du front perse vers Constantinople et s’est directement dirigé vers Edirne (Andrinople) pour faire face à l’ennemi. C’est ainsi qu’a eu lieu la bataille historique sur la terre d’Edirne, le 9 Août 378, dans laquelle l’armée impériale a reçue une défaite écrasante valant ainsi la mort à l’Empereur (Valens).

Après la mort de ce dernier, l’arianisme s’est effondré, car son successeur Théodose a déclaré l’avoir renié dès qu’il est entré à Constantinople. Il a embrassé la doctrine nicéenne comme religion.

Le Concile de Constantinople décrète la Trinité

Les partisans de Paul ne se sont pas seulement contentés de diviniser le Messie -sur lui le salut-. Durant l’assemblée tenue à Constantinople en 381, ils ont procédé à la divination de l’Ange rapproché (Djibrîl : Gabriel), qui est le Saint-Esprit ; et par là ils sont parvenus à concevoir la Trinité.

L’arrêté suivant récapitule leur croyance : «Nous croyons en un Dieu unique ; le Créateur du ciel et de la terre, en un seigneur unique : Jésus, fils de Dieu, le seul né du Père pré-éternellement ; lumière sur lumière, un vrai dieu de la part d’un vrai dieu ; il est né et il est incréé ; il est égal au Père en l’essence. Et nous croyons au Saint-Esprit : le seigneur revivificateur, qui provient du Père et du fils, qui est avec le Père et le fils ; on leur prosterne et les glorifie. »[17]

À cause de cette croyance, ô notre voisin, les patriarches ainsi que les évêques qui se sont rassemblés à Nicée et à Constantinople ont contrarié l’Unicité d’Allâh mentionnée dans leurs livres. Ils ont accordé un enfant à Allâh -Pureté à Lui-, par mensonge et imposture. Ils ont également considéré Allâh, L’Unique, Le Dominateur suprême, comme le troisième des trois dieux. Pureté à Allâh ! Il s’élève certes au-dessus de ce qu’ils Lui associent.

Et voilà qu’ils se sont égarés et ont à leur tour égaré beaucoup de gens. Ils se sont déviés du sentier que tous les Envoyés et Prophètes précédents ont emprunté. Ceux-ci ont cru à l’Unicité d’Allâh, le Seigneur des mondes. Hélas! Comment se sont-ils distraits de suivre la guidée ?! La guidée retracée dans leurs livres, qui confirme qu’Allâh -Exalté soit-Il- est le seul Seigneur. Nul adoré à part Lui : ((Je suis le premier et je suis le dernier, et hors moi il n’y a point de Dieu.)) Esaïe 44 :6.

((Je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre, hors moi il n’y a point de Dieu)) Ésaïe 45:5.

La religion est ainsi devenue confuse pour tous les hommes ; le Diable les a dévoyés de l’obéissance à Allâh -Béni et Exalté soit-Il-. Il a embelli aux juifs de tuer les Prophètes et aux chrétiens l’idolâtrie et la Trinité ; tandis que le reste des humains étaient des païens ; ils adoraient ce que leurs mains sculptaient ! Ils ne croyaient ni en Allâh ni au retour vers Lui.

Le Message de l’islam

Après plus de deux siècles marqués par les ténèbres de la mécréance, qui ont entièrement couvert la Terre suite au concile de Constantinople, Allâh -Pureté et Bénédiction à Lui- a élu, en l’an 610, Mouhammed , le Prophète illettré. Il lui a révélé Son Livre arabe sublime (Le Saint Qour’ên), et l’a envoyé avec la religion musulmane à tous les humains, en tant qu’annonciateur des bonnes nouvelles et avertisseur, pour les faire sortir de l’obscurantisme à la lumière par la permission de leur Seigneur, et de les guider au droit chemin.

Allâh -Majesté à Lui- a dit Qu’on exalte la Bénédiction de Celui qui a fait descendre le Livre de Discernement sur Son serviteur, afin qu’Il soit avertisseur à l’univers. Celui à qui appartient la royauté des cieux et de la terre, qui ne S’est point attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en Sa royauté et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions﴿ El Fourqân (Le Discernement), V. 1-2.

Et Il a dit aussi -à Lui la Majesté-Mouhammed n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le Messager d’Allâh et le dernier des Prophètes﴿ El Ahzêb (Les Coalisés), V. 40 ; Il a également dit ﴾il n’est pour vous qu’un avertisseur annonçant un dur châtiment﴿ Saba’ (Saba) V. 46.

Et le Messager d’Allâh -sur lui le salut- a dit : «Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a point de divinité digne d’être adorée à part Allâh, et que Mouhammed est le Messager d’Allâh, et qu’ils accomplissent la salât et acquittent la zakêt. S’ils appliqueront cela, ils auront donc préservé, de droit, leur sang ainsi que leurs biens. Et le compte (de leur intention) incombe à Allâh» [18]. Et il a dit aussi  : «Je suis envoyé devant l’Heure par l’épée,  jusqu’à ce qu’Allâh -Très-Haut- soit adoré sans associé ; ma subsistance est placée dans l’ombre de ma lance ; l’avilissement et la mesquinerie sont infligés à quiconque s’oppose à mon ordre». Rapporté par Ahmed [19].

Peu de temps après, une série de batailles accablantes a commencé entre le Messager  et les musulmans qui étaient avec lui d’une part, et les puissants mécréants arabes d’autre part.

À ces moments, Allâh -Bénédiction et Majesté à Lui- faisait descendre -alors que l’islam était encore étranger sur terre et ses partisans étaient une faible minorité- des versets du Noble Qour’ên, qui raffermissaient les croyants et les incitaient à la belle patience, et leur annonçaient une promesse divine ferme que la victoire, la suprématie sur les mécréants, et le règne sur terre seront pour eux.

En effet, tout cela s’est réalisé et en peu de temps. Gloire à Allâh ! Le Déterminateur des prédestinées, L’Omniscient des choses inconnues.

Allâh -Majesté à Lui- a ditAllâh a prescrit : « Assurément, Je triompherai, Moi ainsi que Mes Messagers. » En vérité Allâh est Fort et Puissant﴿ El Moudjêdala (La Discussion), V. 21. Et Il a dit -Pureté à Lui- Ils veulent éteindre de leurs bouches la lumière d’Allâh, alors qu’Allâh parachèvera Sa lumière en dépit de l’aversion des mécréants. C’est Lui qui a envoyé Son Messager avec la guidée et la Religion de Vérité pour la placer au-dessus de toute autre religion, en dépit de l’aversion des associateurs﴿ AsSaff (Le Rang), V. 8-9.

Il a dit également -Très-Haut soit-Il- En effet, Notre Parole a déjà été donnée à Nos serviteurs les Messagers, que se sont eux qui seront secourus, et que Nos soldats auront le dessus﴿ AsSâffêt (Les Rangés), V. 171-173.

Il a dit aussi  -Majesté à Lui- Nous secourons, certes, Nos Messagers et ceux qui croient, dans la vie présente tout comme au jour où les témoins [les Anges gardiens] se dresseront (le Jour du Jugement), au jour où l’excuse des injustes ne leur sera pas utile, par contre, il y aura pour eux la malédiction et la pire demeure. En effet, Nous avons apporté à Moïse la guidée, et fait hérité aux enfants d’Israël le Livre, une guidée et un rappel aux gens doués d’intelligence. Endure donc, car la promesse d’Allâh est vérité, implore le pardon pour ton péché et célèbre la gloire et la louange de ton Seigneur, soir et matin.﴿ Ghâfir (Le Pardonneur), V. 51-55.

Il a également dit -à Lui la Pureté- Allâh a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres de leur donner la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnera force et suprématie à leur religion qu’Il a agréée pour eux. Il leur changera leur ancienne peur en sécurité. Ils M’adorent et ne M’associent rien et ceux qui mécroient par la suite, ce sont ceux-là les pervers.﴿ An-Noûr (La Lumière), V. 55.

Allâh -Béni et Très-Haut soit-Il- a été Véridique dans tout ce qu’Il a promis et inscrit. Car, peu de temps après la descente de ces versets, Allâh Le Très Fort, Le Puissant a parachevé Sa lumière, et a secouru Son serviteur et Messager, ainsi que Ses soldats qui étaient auparavant affaiblis. Il leur a accordé la victoire sur les nombreuses armées mécréantes.

Ainsi, la religion de l’Unicité s’est généralisée et elle a eu la supériorité sur toutes les autres. La Parole d’Allâh a été aussi élevée très haut pendant l’époque des Compagnons qui ont reçu directement Sa Parole Allâh a promis à ceux d’entre vous qui ont cru…﴿ Allâh -qu’Il soit Très-Haut- leur a fait hériter la terre et leur a donné la succession. Béni soit Allâh, Le Très Connaisseur des choses inconnues.

L’Unicité dans l’adoration

Dans le Noble Qour’ên, Allâh -à Lui la Majesté- s’adresse à tous les humains. Il les invite à croire en Lui -qu’Il soit Très-Haut-, en Ses Anges, à Ses Livres, en Ses Messagers ainsi qu’au Jour Dernier. Il les appelle à L’adorer seul -qu’Il soit Glorifié-. Certes, Il est L’Adoré des premiers et des derniers. Le Seigneur auquel tout le monde doit obligatoirement donner le culte.

Allâh -Pureté et Bénédiction à Lui- a dit En vérité, votre seul Adoré est Allâh, en dehors de qui il n’y a point de divinité. De Sa science Il embrasse tout﴿ Tâha, V. 98, et Il a dit également Votre Seigneur, c’est Allâh, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi sur le Trône. Il couvre le jour de la nuit qui suit celui-ci sans arrêt. (Il a créé) le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. La création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Toute gloire à Allâh, Seigneur de l’Univers.﴿ El A‘râf, V. 54.

Il a dit aussi -Majesté à Lui- Dis : «Il est Allâh, Unique. Allâh, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à Lui.» ﴿ El Ikhlâs (Le Monothéisme Pur), V. 1-4.

Il a aussi dit Il n’y a rien qui Lui ressemble ; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant.﴿ Ach-Choûrâ (La Consultation), V. 11 ; Il a dit égalementEt dis : «Louange à Allâh qui ne s’est jamais attribué d’enfant, qui n’a point d’associé en la royauté et qui n’a jamais eu de protecteur de l’humiliation ». Et proclame Sa grandeur.﴿ El Isrâ’ (Le Voyage Nocturne), V. 111 ; et Il a dit aussi Dis : «Je ne suis qu’un avertisseur. Point de divinité à part Allâh, l’Unique, le Dominateur Suprême, Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, le Puissant, le Grand Pardonneur﴿ Sâd, V. 65-66.

Et Il a également dit Dis : «Je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Adoré est un Adoré unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur»﴿ El Kehf (La Caverne),  V. 110.

Enfin, Allâh -Majesté à Lui- a dit Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. Je ne cherche pas d’eux une subsistance ; et Je ne veux pas qu’ils Me nourrissent. En vérité, c’est Allâh qui est le Grand Pourvoyeur, le Détenteur de la force, l’Inébranlable﴿ AdDêriyêt (Qui éparpillent), V. 56-58.

Mise en garde au polythéisme

L’ordre d’adorer Allâh -Béni et Exalté soit-Il- seul, est clairement prescrit dans le Noble Qour’ên. De même, la mise en garde d’adorer d’autres divinités avec Lui -qu’Il soit Glorifié- est, elle aussi, formellement mentionnée. Car l’Association est un péché énorme et impardonnable. Seul Allâh -Majesté et Pureté à Lui- est le Créateur de toute chose, de même qu’Il en est le Possesseur et le Seigneur. Nulle divinité en dehors de Lui dans les cieux et la terre -Glorifié soit-Il. Lui seul mérite l’adoration ; Il est Indépendant dans la création, la subsistance, la revivification et la mort.

Le Jour de la Résurrection, Allâh ressuscitera les créatures et leur demandera des comptes sur leurs œuvres qu’Il a dénombrées pour eux. Ainsi, Il châtiera qui Il veut et pardonnera à qui Il veut. Point de divinité à part Lui, et point de Seigneur à part Lui.

Allâh -Très-Haut- a dit Adorez Allâh et ne Lui donnez aucun associé!﴿ An-Nicê’ (Les femmes), V. 36. Et Il a dit aussiAllâh dit : «Ne prenez pas deux divinités. Il n’est qu’un Adoré unique. Donc, ne craignez que Moi.»﴿ An-Nehl (Les Abeilles), V. 51 ; et Il a dit aussi -Pureté à Lui- N’assigne donc pas à Allâh d’autre divinité, sinon tu seras jeté dans l’Enfer, blâmé et repoussé﴿ El Isrâ’ (Le Voyage Nocturne), V. 39 ; et Il a dit N’invoque donc pas une autre divinité avec Allâh, sinon tu seras du nombre des châtiés﴿ Ach-Chou‘arâ’ (Les Poètes), V. 213 ; et Il a dit aussi -Majesté à Lui- Certes Allâh ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allâh quelque associé, commet un énorme péché.﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 48 ; et Il a dit Car quiconque associe à Allâh, c’est comme s’il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond.﴿ El Hedjdj (Le Pèlerinage), V. 31.

Allâh a aussi dit Si tu voyais les injustes lorsqu’ils seront dans les affres de la mort, et que les Anges leur tendront les mains (disant) : «Laissez sortir vos âmes. Aujourd’hui vous allez être récompensés par le châtiment de l’humiliation pour ce que vous disiez sur Allâh d’autre que la vérité, et parce que vous vous détourniez orgueilleusement de Ses enseignements.»﴿ El An‘êm (Les Bestiaux), V. 93.

Et Il a dit Celui qui a mécru, que sa mécréance ne t’afflige pas : vers Nous sera le retour et Nous les informeront de ce qu’ils faisaient. Allâh connaît bien le contenu des poitrines. Nous leur donnons de la jouissance pour peu de temps ; ensuite Nous les forcerons vers un dur châtiment.﴿ Louqmên, V. 23-24.

Le Très-Haut a dit également Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : «En vérité, Allâh est le Messie, fils de Marie.» Alors que le Messie a dit : «Ô enfants d’Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur.» Quiconque associe à Allâh (d’autres divinités), Allâh lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 73.

De plus, Allâh -Pureté à Lui- a informé de la mécréance et de l’égarement du peuple de Noûh (Noé), de ‘Êd et de Thamoûd, ainsi que d’autres parmi les premières générations. Elles ont adoré d’autres divinités en dehors d’Allâh -Exalté soit-Il. À chaque peuple, Allâh -Le Tout-Puissant- a envoyé un grand nombre de Prophètes et de Messagers, lui annonçant de bonnes nouvelles et l’avertissant du châtiment divin. Ils appelaient leurs communautés à l’adoration exclusive d’Allâh -Béni et Très-Haut soit-Il-. Ils les ont également mises en garde contre le polythéisme et l’idolâtrie.

Or, ces mécréants ont démenti Ses Prophètes et les ont ridiculisés, tout en persistant dans leur Association. Ce qui, par conséquent, a suscité le courroux d’Allâh -Le Tout-Puissant- contre eux et Sa malédiction. Allâh les a alors pris par un châtiment douloureux, par lequel Il les a tous exterminés, excepté Ses Messagers ainsi que les pieux croyants qui étaient avec eux.

Allâh -Très-Haut- a dit Et Nous n’avons envoyé avant toi aucun Messager à qui Nous n’ayons révélé : «Point de divinité en dehors de Moi. Adorez-Moi donc.»﴿ El Anbiyê’ (Les Prophètes), V. 25 ; et Il a dit également Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager [pour leur dire] : «Adorez Allâh et écartez-vous du Tâghoût». Alors Allâh en guida certains, mais il y en eut qui ont été destinés à l’égarement. Parcourez donc la terre, et regardez quelle fut la fin de ceux qui traitaient [Nos Messagers] de menteurs.﴿ An-Nehl (Les Abeilles), V. 36.

Le Très-Haut a dit aussi Et s’ils te traitent de menteur, [sache que] le peuple de Noûh, les ‘Êd, les Thamoûd avant eux, ont aussi crié au mensonge (à l’égard de leurs Messagers), de même que le peuple d’Ibrâhîm, le peuple de Lôt et les gens de Medyen. Et Moûçê (Moïse) fut traité de menteur. Puis, J’ai donné un répit aux mécréants ; ensuite Je les ai saisis. Et quelle fut Ma réprobation ! Que de cités, donc, avons-Nous fait périr, parce qu’elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : que de puits désertés ! Que de palais édifiés (et désertés aussi) !﴿ El Hedjdj (Le Pèlerinage), V. 42-45.

Et Il a dit Nous saisîmes donc chacun pour son péché : il y en eut sur qui Nous envoyâmes un ouragan ; il y en eut que le Cri saisit ; il y en eut que Nous fîmes engloutir par la terre ; et il y en eut que Nous noyâmes. Cependant, Allâh n’est pas tel à leur faire du tort ; mais ils ont fait du tort à eux-mêmes. Ceux qui ont pris des protecteurs en dehors d’Allâh ressemblent à l’araignée qui s’est donnée maison. Or la maison la plus fragile est celle de l’araignée. Si seulement ils savent ! Allâh connaît toute chose qu’ils invoquent en dehors de Lui. Et c’est Lui Le Tout-Puissant, le Sage.﴿ El ‘Ankaboût (L’Araignée), 40-42.

Ô notre voisin ! La vraie unicité (Tewhîd), c’est de croire qu’Allâh -Béni et Exalté soit-Il- est le Vrai Adoré ; le seul à mériter tout acte d’adoration. Il est, certes, Celui qui a créé les créatures et leur a accordé la subsistance. Puis Il les fera mourir et les ressuscitera le Jour de la Résurrection ; et enfin, Il les rétribuera pour les œuvres qu’ils auraient accomplies. C’est pour cela que le musulman purifie son adoration pour Allâh -Tout-Puissant-.

Ainsi, il Lui réserve, pour Lui seul, tous les cultes qu’Il a légiférés -Glorifié soit-Il-. Le musulman ne consacre aucun acte à un autre qu’Allâh. Pour Lui seul les prières, la peur, l’espérance, la confiance, l’amour, la crainte, l’humilité, l’imploration du secours, le sacrifice et le vœu ; de même que la salât, la zakêt, le jeûne, le hedjdj et le djihad, ainsi que les autres types d’adoration qu’Allâh a ordonné de pratiquer, et ce avec soumission totale à Lui -Exalté soit-Il-, amour pour Lui -que Son Nom soit Béni- et humiliation pour Sa Grandeur -Majesté à Lui-.

La réalité du Chirk (polythéisme, Association), est le fait que les gens prennent d’autres adorés en même temps qu’Allâh -Majesté à Lui-. Ils les aiment au même titre qu’Allâh. De même, ils croient qu’ils intercèdent, qu’ils nuisent et qu’ils profitent aussi.

C’est ainsi qu’étaient les mécréants arabes, ainsi que ceux qui, de nos jours, cheminent leur itinéraire parmi les adorateurs des tombes qui se sont égarés, ont suivi leurs passions et exagéré dans leur alliance pour la famille du Prophète , de même que d’autres parmi les fondateurs des voies soufies égarées. Ils leur ont accordé beaucoup de pratiques qui sont un droit exclusif d’Allâh -Le Très-Haut-, notamment le fait de les vénérer, d’édifier des mosquées sur leurs tombes, de les invoquer et d’implorer leur secours ! Ils font tout cela en ayant, encore, la conviction complète que ces morts [20] entendent les prières, réalisent les vœux et dissipent les détresses ! Voilà la grande Association [Ach-Chirk El Akbar].

En effet, se détourner de l’invocation d’Allâh -Pureté à Lui- et invoquer les morts, espérer en eux et les craindre, tous ces actes, sont une adoration pour eux et une mécréance à l’encontre d’Allâh, le Suprême, le Grand !

En vérité, Allâh -le Majestueux- a informé de l’inexistence, dans les cieux et la terre, d’un autre adoré à part Lui -qu’Il soit Béni et Exalté-. Il a aussi démontré que ceux que ces gens invoquent à part Lui, sont en fait des morts qui n’entendent pas les invocations. Voire, même s’ils les entendaient, ils ne pourront point les exaucer.

Allâh a également informé que ces prières destinées à eux sont, sans aucun doute, une association à Allâh, Le Seigneur de l’Univers !

Le Tout-Puissant a dit C’est à Allâh qu’appartient, ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Que suivent donc ceux qui invoquent, en dehors d’Allâh, [des divinités] qu’ils Lui associent ? Ils ne suivent que la conjecture et ne font que mentir.﴿ Yoûnous (Jonas), V. 66.

Il a dit aussi -qu’Il soit Très-Haut- C’est Allâh qui vous a créés et vous a nourris. Ensuite, Il vous fera mourir, puis Il vous donnera vie. Y en a-t-il, parmi vos associés, qui fasse quoi que ce soit de tout cela ? Gloire à Lui ! Il transcende ce qu’on Lui associe.﴿ Ar-Roûm (Les Romains), V. 40 ; et Il a aussi dit -Pureté à Lui-Ceux que vous invoquez en dehors d’Allâh sont des serviteurs comme vous﴿ El A‘râf, V. 194.

Le Très-Haut a dit également Et ceux qu’ils invoquent en dehors d’Allâh ne créent rien, et ils sont eux-mêmes créés. Ils sont morts, et non pas vivants, et ils ne savent pas quand ils seront ressuscités﴿ An-Nehl (Les Abeilles), V. 20-21 ; et Il a dit aussi -qu’Il soit Béni et Très-Haut-Tel est Allâh, votre Seigneur : à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres, de la pellicule d’un noyau de datte. Si vous les invoquez, ils n’entendent pas votre invocation ; et même s’ils entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le Jour du Jugement ils vont nier votre association. Nul ne peut te donner des nouvelles comme Celui qui est parfaitement informé.﴿tir (Le Créateur), V. 13-14.

L’islam ou l’Enfer

Allâh -Le Tout-Puissant- a ordonné à tous les humains de Lui obéir ainsi qu’à Son serviteur et Messager, l’ultime Prophète, Mouhammed . Il les a mis en garde contre la mécréance, le reniement et l’orgueil. Car, la religion musulmane est en fait le dernier Message d’Allâh -Pureté et Bénédiction à Lui-, qu’Il a adressé à ses serviteurs. Celui qui s’y soumet (devient musulman), sera donc du nombre de ceux qui réussiront le Jour de la Résurrection ; tandis que celui qui refuse l’islam sera parmi les gens de l’Enfer.

Allâh -Le Très-Haut- dit Ô gens ! Le Messager vous a apporté la vérité de la part de votre Seigneur. Ayez la foi, donc, cela vous sera meilleur. Et si vous ne croyez pas (qu’importe !), c’est à Allâh qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Allâh est Omniscient et Sage.﴿ An-Nisê’ (Les Femmes), V.170.

Il a dit aussi -Majesté à Lui-Dis : «Ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allâh, à qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allâh, en Son Messager, le Prophète illettré qui croit en Allâh et à Ses Paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés.»﴿ El A‘râf, V. 158.

Le Tout-Puissant a dit en outre Certes, la religion acceptée d’Allâh est l’islam﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 19 ; et Il a dit Et quiconque désire une religion autre que l’islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 85.

Et Il a dit aussi -Majesté à Lui- Ceux qui disent : «Notre Seigneur est Allâh.», et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux. «N’ayez pas peur et ne soyez pas affligés ; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. Nous sommes vos protecteurs dans la vie présente et dans l’au-delà ; et vous y aurez ce que vos âmes désireront et ce que vous réclamerez, un lieu d’accueil de la part d’un Très Grand Pardonneur, d’un Très Miséricordieux.» Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allâh, fait bonne œuvre et dit : «Je suis du nombre des musulmans.» ?﴿ Fossilat (Les Versets Détaillés), V. 30-33.

Il a dit également Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s’en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n’entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l’aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels. L’Enfer leur servira de lit et, comme couverture, ils auront des voiles de ténèbres. Ainsi rétribuons-Nous les injustes﴿ El A‘râf, V. 40-41.

Enfin, Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit Si tu voyais, lorsque les Anges arrachent les âmes aux mécréants ! Ils les frappent sur leurs visages et leurs derrières, (en disant): «Goûtez au châtiment du Feu. Cela pour ce que vos mains ont accompli.» Et Allâh n’est point injuste envers les serviteurs﴿ El Anfêl (Le Butin), V. 50-51.

Le Messie -sur lui le Salut- tel qu’il est cité dans le Noble Qour’ên

Allâh -Le Tout-Puissant- a mentionné, dans le Noble Qour’ên, qu’Il a élu Meryem (Marie) de la progéniture de Dêwoûd (David) -sur lui le Salut-. Il a aussi évoqué qu’elle était une femme pieuse qui craignait Allâh, qu’elle s’attachait à l’adoration dans le sanctuaire à la charge du Prophète des enfants d’Israël d’alors : Zakariyya (Zacharie) -que le Salut soit sur lui-; et Il a aussi informé comment Ses bénédictions descendaient à tout moment sur elles. Le Très-Haut a dit Son Seigneur l’agrée alors du bon agrément, la fît croître en belle croissance. Et en confia la garde à Zakariyya[21]. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire [El Mihrâb], il trouvait près d’elle de la nourriture. Il dit : «Ô Meryem, d’où te vient cette nourriture?»- Elle dit : «Cela me vient d’Allâh Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 37.

Allâh -Pureté à Lui- a aussi cité comment les Anges lui ont parlé et annoncé qu’Allâh l’a élue au-dessus des femmes des mondes. De même, Ils lui ont donné la bonne nouvelle qu’il y aura d’elle un vénérable Messager, dont l’existence sera par une parole de la part d’Allâh -Pureté à Lui-. Cela veut dire qu’Allâh dira : «sois», et il est. Comme ils l’ont aussi informée de son nom ainsi que de sa place auprès d’Allâh, le Seigneur des mondes.

Le Très-Haut a dit (Rappelle-toi) quand les Anges dirent : «Ô Meryem (Marie), certes Allâh t’a élue et purifiée ; et Il t’a élue au-dessus des femmes des mondes. Ô Meryem, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent». Ce sont là des nouvelles de l’Inconnaissable que Nous te révélons. Car tu n’étais pas là lorsqu’ils jetaient leurs calames pour décider qui se chargerait de Meryem ! Tu  n’étais pas là non plus lorsqu’ils se disputaient ! Quand les Anges dirent: «Ô Meryem, voilà qu’Allâh t’annonce une parole de Sa part: son nom sera « El Macîh ‘Îçê », fils de Meryem (Marie), illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés d’Allâh». Il parlera aux gens, dans le berceau, et en son âge mûr et il sera du nombre des gens de bien». Elle dit : «Seigneur ! Comment aurais-je un enfant, alors qu’aucun homme ne m’a touchée ? »«C’est ainsi ! » Dit-Il. Allâh crée ce qu’Il veut. Quand Il décide d’une chose, Il lui dit seulement «Sois » ; et elle est aussitôt.﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 42-47.

Allâh -que Son Nom soit Béni- a indiqué que c’est Lui qui a envoyé le Saint Esprit (l’Ange Djibrîl : Gabriel -que le salut soit sur lui) à Meryem, que celui-ci a soufflé dans la poche de son aube (tunique), et que le souffle avait descendu et pénétré dans l’honorable, pur et chaste utérus (de Meryem) ; et ainsi elle a porté de son enfant par la permission d’Allâh, -Très-Haut et Tout-Puissant.

Allâh -Pureté à Lui- a aussi évoqué ce qui est arrivé à Meryem (après l’insufflation), jusqu’à son retour auprès de son peuple, ramenant avec elle son nouveau-né ; la réaction réprobatrice de son peuple contre elle, ainsi que le fait qu’Allâh -Tout-Puissant- ait fait parler le Messie -Salut sur lui- alors qu’il était dans son berceau. Allâh a fait cela par miracle qu’Il lui a accordé, de même qu’en guise d’innocenter sa mère et de confirmer qu’il est le serviteur et le Messager d’Allâh, qu’il est un humain comme tous les autres ; il vit comme eux, meurt comme eux, puis, il sera, le Jour de la Résurrection, ressuscité comme eux aussi.

Allâh -Le Tout-Puissant- a dit Rappelle aussi l’histoire de Meryem, telle qu’il est fait mention dans le Livre (le Qour’ên), lorsqu’elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Djibrîl), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : «Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point]». Il dit : «Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur». Elle dit : «Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée?» Il dit : «Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée». Elle devint donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier et elle dit : «Hélas pour moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !» Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, [lui disant :] «Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis [lui :] Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout-Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain». Puis elle vint auprès des siens en le portant [le bébé]. Ils dirent : «Ô Meryem, tu as fait une chose monstrueuse ! Sœur de Hâroûn, ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée». Elle fait alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent : «Comment parlions-nous à un bébé au berceau?» Mais (le bébé) dit : «Je suis vraiment le serviteur d’Allâh. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète. Où que je sois, Il m’a rendu béni ; et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la zakêt ; et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant».﴿ Meryem (Marie), V. 16-33.

Ensuite, dans un autre passage du Noble Qour’ên, Allâh informe des éblouissants miracles que le Messie -sur lui le Salut- a manifestés, par la permission d’Allâh -Très-Haut soit-Il- Et il sera Messager aux enfants d’Israël, [et leur dira]: «En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau, puis je souffle dedans : et, par la permission d’Allâh, cela devient un oiseau. Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission d’Allâh. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants ! Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui vous était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Allâh donc, et obéissez-moi. Allâh est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc : voilà le chemin droit.»!﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 49-51.

Puis, exemptant Son Être Sacré de la progéniture, Allâh -Tout-Puissant- informe que quand Il veut une chose, Il ne fait pas plus que de l’ordonner, et voilà qu’elle est exactement comme Il la désire !

En outre, Il menace par le dur châtiment, le Jour de la Résurrection, quiconque mécroit, et ment sur Lui -qu’Il soit Très-Haut- en Lui affiliant un fils. Il dit Tel est ‘Îçê (Jésus), fils de Meryem (Marie) : parole de vérité, dont ils doutent. Il ne convient pas à Allâh de s’attribuer un fils, Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : «Sois !» et elle est. «Certes, Allâh est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-Le donc. Voilà un droit chemin». [Par la suite,] les sectes divergèrent entre elles. Alors, malheur aux mécréants lors de la vue d’un Jour terrible ! Comme ils entendront et verront bien le Jour où ils viendront à Nous ! Mais aujourd’hui, les injustes sont dans un égarement évident. Et avertis-les du Jour du regret, quand tout sera réglé; alors qu’ils [sont dans ce monde] inattentifs et qu’ils ne croient pas. C’est Nous, en vérité, qui hériterons la terre et tout ce qui s’y trouve, et c’est à Nous qu’ils seront ramenés.﴿ Meryem (Marie), V. 34-40.

Par ailleurs, Allâh -Béni et Exalté soit-Il- a cité comment les enfants d’Israël ont divergé au sujet du Messie -que le salut soit sur lui-. Les juifs, d’une part, et les chrétiens, de l’autre part.

Les juifs, voyant ses immenses Miracles, l’ont accusé de magie, l’ont dénigré et ont mécru à l’Évangile qu’Allâh a fait descendre sur lui. Ils ont aussi diffamé sa mère, la maîtresse Meryem, la véridique, la sainte Vierge ; ils l’ont accusée, mensongèrement et calomnieusement, d’avoir forniqué ! De plus, ils ont encerclé la maison dans laquelle se trouvait le Messie -que le salut soit sur lui- afin de le tuer. Mais Allâh -Pureté à Lui- a mis ses traits (physionomiques) exacts sur quelqu’un d’autre que les juifs ont pris à sa place, et l’ont crucifié (croyant que c’est Jésus).

Ainsi, Allâh, l’Immense en Sa Puissance, -que Son Nom soit Béni- a sauvé Son serviteur et Messager, le Messie -sur lui le Salut- ; Il S’est grandement mis en colère, et a ainsi maudit les juifs qu’Il a condamnés de mécréance, et leur a préparé le châtiment de l’Enfer.

Le Tout-Puissant a dit Et quand Jésus, fils de Marie, dit: «Ô enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allâh [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom est « Ahmed »». Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : «C’est là une magie manifeste ﴿ AsSaff (Le Rang), V. 6. Il a dit aussi ﴾Je te protégeais contre les enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d’entre eux qui ne croyaient pas dirent : «Ceci n’est que de la magie évidente».﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 110.

Il a dit également -Très-Haut soit-Il- (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux révélations d’Allâh, leur meurtre injustifié des Prophètes, et leur parole : «Nos cœurs sont enveloppés.» En réalité, c’est Allâh qui a scellé leurs cœurs à cause de leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu. Et à cause de leur mécréance et de l’énorme calomnie qu’ils prononcent contre Marie, et à cause de leur parole : «Nous avons tué le Messie, ‘Îçê, fils de Meryem (Jésus fils de Marie), le Messager d’Allâh.» Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié ; mais ce n’était qu’un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué, mais Allâh l’a élevé vers Lui. Et Allâh est Puissant et Sage. Il n’y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n’aura pas foi en lui avant sa mort. Et le Jour de la Résurrection, il sera témoin contre eux. C’est à cause des iniquités des juifs que Nous leur avons rendu illicites les bonnes nourritures qui leur étaient licites, et aussi à cause de ce qu’ils obstruent le sentier d’Allâh, (à eux-mêmes et) à beaucoup de monde, et à cause de ce qu’ils prennent des intérêts usuraires -qui leur étaient pourtant interdits- et parce qu’ils mangent illégalement les biens des gens. À ceux d’entre eux qui sont mécréants Nous avons préparé un châtiment douloureux.﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 155-161.

Quant aux chrétiens, Allâh -Majesté à Lui- a mentionné qu’ils se sont déviés de la voie de l’Unicité que tous les Prophètes et Envoyés antérieurs ont empruntée et prêchée.

Tout au contraire, les chrétiens se sont penchés sur l’Association à Allâh -le Tout-Puissant-. Ils ont dit [et ils le disent toujours]: «le Messie -que le salut soit sur lui- est notre Seigneur», et qu’il est le fils d’Allâh -le Très-Haut-, et qu’il est un dieu né d’un dieu, et qu’il est incréé! Ensuite, ils ont pris l’Ange rapproché (d’Allâh), le Saint Esprit Djibrîl (Gabriel) -que le salut soit sur lui- pour un Seigneur aussi. Et ils considèrent Allâh le Suprême, le Vénérable qui a tout créé et dont rien ne lui est égal comme étant le troisième de trois dieux ! Qu’Allâh soit Purifié et Très-Haut par rapport à ce qu’ils Lui associent.

L’Islam et les gens du Livre (Les juifs et les chrétiens)

Allâh -Majesté à Lui- a appelé les gens du Livre à l’islam. Il leur a interdit l’exagération (dans la religion) et la Trinité, comme Il leur a aussi montré que le Messie -que la paix soit sur lui- n’est autre qu’un parmi Ses serviteurs, de même que les Anges rapprochés ; que leur Adoré qui est également l’Adoré de toutes les créatures est Allâh -Béni et Très-Haut soit-Il-. Aucun associé ni enfant à Lui. En outre, Allâh -l’Exalté- a démontré qu’Il a envoyé Mouhammed  en tant que miséricorde pour eux, et afin qu’il leur éclaire la vraie voie à suivre. Ainsi seraient-ils peut-être guidés.

Confirmant tout cela, Allâh –Tout-Puissant- a dit Ô gens du Livre ! Notre Messager (Mouhammed) est venu pour vous éclairez après une interruption des Messagers afin que vous ne disiez pas : «Il ne nous est venu ni annonciateur ni avertisseur». Voilà, certes, que vous est venu un annonciateur et un avertisseur. Et Allâh est Omnipotent﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 19. Et Il a dit aussi -à Lui la Majesté- Ô gens du Livre, n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allâh que la vérité. Le Messie ‘Îçê (Jésus), fils de Meryem, n’est qu’un Messager d’Allâh, Sa Parole qu’Il envoya à Meryem, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allâh et en Ses Messagers. Et ne dites pas «Trois». Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allâh n’est qu’un Adoré unique. Il est trop Glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, et Allâh suffit comme protecteur. Jamais le Messie ne trouve indigne d’être un serviteur d’Allâh, ni les Anges rapprochés [de Lui]. Et ceux qui trouvent indigne de L’adorer et s’enflent d’orgueil, Il les rassemblera tous vers Lui. Quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, Il leur accordera leurs pleines récompenses et y ajoutera le surcroît de Sa grâce. Et quant à ceux qui ont eu la morgue et se sont enflés d’orgueil, Il les châtiera d’un châtiment douloureux. Et ils ne trouveront, pour eux, en dehors d’Allâh, ni allié ni secoureur﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 171-173.

Par ailleurs, Allâh -Pureté à Lui- a mentionné les ancêtres des gens du Livre, qui se sont égarés et ont exagéré dans la religion après l’élévation du Messie -que la paix soit sur lui-. En effet, ces derniers l’ont considéré comme un Adoré (Dieu), comme étant le fils d’Allâh (de Dieu), et comme le Seigneur. À cause de tout cela, Allâh les a qualifiés d’ignorants, de transgresseurs, et de menteurs.

Le Très-Haut a dit Louange à Allâh qui a fait descendre sur Son serviteur (Mouhammed), le Livre (le Qour’ên), et n’y a point introduit de tortuosité (ambiguïté) ! [Un Livre] d’une parfaite droiture pour avertir d’une sévère punition venant de Sa part, et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes œuvres qu’il y aura pour eux une belle récompense, où ils demeureront éternellement, et pour avertir ceux qui disent : «Allâh (Dieu) s’est attribué un enfant.», ni eux ni leurs ancêtres n’en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches ! Ce qu’ils disent n’est que mensonge.﴿  El Kehf (La Caverne), V. 1-5.

Il a dit aussi -à Lui la Majesté- Nous leur avons plutôt apporté la vérité et ils sont assurément des menteurs. Allâh ne s’est point attribué d’enfant et il n’existe point de divinité avec Lui ; sinon, chaque divinité s’en irait avec ce qu’elle a créé, et certaines seraient supérieures aux autres. (Gloire et Pureté) à Allâh ! Il est Supérieur à tout ce qu’ils décrivent. [Il est] Connaisseur de toute chose visible et invisible ! Il est bien au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent !﴿ El Mou’minoûn (Les Croyants), V. 90-92.

Il a dit également Il (le Messie) n’était qu’un serviteur que Nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemple aux enfants d’Israël.﴿ Az-Zoukhrouf (L’Ornement), V. 59 ; et Il dit﴾ Pour Allâh,  ‘Îçê (Jésus) est comme Adam qu’Il créa de poussière, puis Il dit : «Sois» ; et il fut.﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 59.

Ibn Kathîr -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : «Celui qui a créé Adam sans père ni mère est certes Capable de faire de même avec ‘Îçê (Jésus). S’il était possible de prétendre que ‘Îçê est le fils d’Allâh, parce qu’il a été créé sans père, alors, la même prétention sera primordiale concernant Adam (puisqu’il n’a ni père ni mère). Mais on sait de façon consensuelle que celle-ci même est une prétention nulle. Ce qui fait que la première, s’agissant de ‘Îçê, soit plus nulle encore ».

Jugeant monstrueuse l’insolence des chrétiens qui ont affilié un enfant à Allâh (alors qu’Il est certes au-dessus de leur Association), Allâh -Exalté et Très-Haut- dit Et ils ont dit : «Le Tout-Miséricordieux s’est attribué un enfant !» Vous avancez certes là une chose abominable ! Peu s’en faut que les cieux ne s’entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, du fait qu’ils ont attribué un enfant au Tout-Miséricordieux, alors qu’il ne convient nullement au Tout-Miséricordieux d’avoir un enfant! Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout-Miséricordieux, [sans exception], en serviteurs. Il les a certes dénombrés et bien comptés. Et au Jour de la Résurrection, chacun d’eux se rendra seul auprès de Lui.﴿ Meryem (Marie), V. 88-95.

Et Il a dit aussi Les juifs disent: « ‘Ouzayr est le fils d’Allâh» et les Chrétiens disent: «Le Messie est le fils d’Allâh». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent les dires des mécréants avant eux. Qu’Allâh les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie fils de Meryem, comme Seigneurs en dehors d’Allâh, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Adoré unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent.﴿ At-Tewba (Le Repentir), V. 30-31.

Aussi, afin d’interdire aux dernières générations chrétiennes d’exagérer dans la religion, Allâh -Majesté à Lui- a cité l’état des premiers chrétiens, qui ont inventé la Trinité, tout en démontrant qu’ils ont suivi leur passion et se sont déviés du droit chemin, de même qu’ils ont égaré, avec eux, beaucoup de gens Dis: « Adorez-vous, au lieu d’Allâh, ce qui n’a le pouvoir de vous faire ni le mal ni le bien ? » Or c’est Allâh qui est l’Audient et l’Omniscient. Dis : «Ô gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit»﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 76-77.

En outre, Allâh -qu’Il soit Béni et Très-Haut- a mentionné les gens du Livre qui ont vécu à l’époque du Prophète  ; Il a fait l’éloge de ceux qui se sont convertis à l’islam rien qu’en ayant écouté le Noble Qour’ên et parlé avec le Messager . Dans ce sens, le Tout-Puissant énonce Dis : «Croyez-y ou n’y croyez pas. Ceux à qui la connaissance a été donnée avant cela, lorsqu’on le (le Qour’ên) leur récite, tombent, prosternés, le menton contre terre, et disent : » Gloire à notre Seigneur ! La promesse de notre Seigneur est assurément accomplie ». Et ils tombent sur leur menton, pleurant, et cela augmente leur humilité.»﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 107-109.

Il dit également -Pureté à Lui-Ceux à qui, avant lui [le Qour’ên], Nous avons apporté le Livre, y croient. Et quand on le leur récite, ils disent : «Nous y croyons. Ceci est bien la vérité émanant de notre Seigneur. Déjà avant son arrivée, nous étions musulmans (soumis à Allâh)». Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense pour leur endurance, pour avoir répondu au mal par le bien, et pour avoir dépensé de ce que Nous leur avons attribué ; et quand ils entendent des futilités, ils s’en détournent et disent : «À nous nos actions et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne recherchons pas les ignorants». Tu (Mouhammed) ne guides pas celui que tu aimes : mais c’est Allâh qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés.﴿ El Qasas (Le Récit), V. 52-56.

Il a aussi dit -Majesté à Lui- Et (Allâh) dit : «Je ferai que Mon châtiment atteigne qui Je veux. Et Ma miséricorde embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui (Me) craignent, acquittent la Zakêt, et ont foi en Nos signes, ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Évangile. Il leur ordonne le convenable, et leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croient en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui (le Qour’ên) ; ceux-là seront les gagnants.»﴿ El A‘râf, V. 156-157.

Le jugement de mécréance incombe aux chrétiens

Allâh -Tout-Puissant- a jugé, dans le Noble Qour’ên, de la mécréance des chrétiens qui croient à la Trinité ; Il les a mis en garde contre le châtiment douloureux de l’au-delà ; Il les a aussi invité à la repentance et à demander Son Pardon -Pureté à Lui-. Car, Il est sans doute très Pardonneur et Miséricordieux ; point de divinité à part Lui et point de Seigneur en dehors de Lui.

Allâh -Très-Haut soit-Il- dit Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : «En vérité, Allâh c’est le Messie, fils de Meryem Alors que le Messie a dit : «Ô enfants d’Israël, adorez Allâh, mon Seigneur et votre Seigneur». Quiconque associe à Allâh (d’autres divinités,) Allâh lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : «En vérité, Allâh est le troisième de trois.» Alors qu’il n’y a d’adoré qu’un Adoré unique ! Et s’ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les mécréants d’entre eux. Ne vont-ils donc pas se repentir à Allâh et implorer Son pardon ? Car Allâh est certes Pardonneur et Miséricordieux. Le Messie, fils de Meryem, n’était qu’un Messager. Des Messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Regarde comme Nous leur expliquons les preuves et puis regarde comme ils se détournent.﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 72-75.

Et afin de motiver les gens du Livre à embrasser l’islam, Allâh -Le Tout Puissant- a promis une récompense doublée à celui qui d’entre eux devient musulman ; Il dit -Très-Haut soit-Il- Voilà ceux qui recevront deux fois leur récompense.﴿ El Qasas (Le Récit), V. 54.

De même, le Messager d’Allâh -prière et salut lui- dit : «Trois personnes recevront deux fois leur récompense : un homme parmi les gens du Livre qui aura cru en son Prophète puis croira en moi par la suite…» Unanimement jugé authentique [22].

Par ailleurs, en vue d’inviter les gens du Livre à l’islam, de les mettre en garde contre le fait de le refuser, et de les avertir, aussi, de la conséquence du chirk (Association) -le péché impardonnable-, Allâh -Béni et Exalté- a dit Ô vous à qui on a donné le Livre, croyez à ce que Nous avons fait descendre, en confirmation de ce que vous aviez déjà, avant que Nous effacions des visages et les retournions sens devant derrière, ou que Nous les maudissons comme Nous avons maudits les gens du Sabbat. Car le commandement d’Allâh est toujours exécuté. Certes Allâh ne pardonne pas qu’on Lui donne quelque associé. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allâh quelque associé, commet un énorme péché.﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 47-48.

En outre, Allâh -Majesté à Lui- informe de la fin des mécréants, parmi les gens du Livre et les autres polythéistes, et qu’au Jour de la Résurrection, ils seront voués au Feu de la Géhenne. Tandis que les pieux croyants seront dans les Jardins des délices Les infidèles parmi les gens du Livres, ainsi que les Associateurs iront au Feu de l’Enfer, pour y résider éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires. Quant à ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres ce sont les meilleurs de toute la création. Leur récompense auprès d’Allâh sera les Jardins de séjour, sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Allâh les agréé et ils L’agréent. Telle sera la récompense de celui qui craint son Seigneur.﴿ El Bayyina (La Preuve Évidente), V. 6-8.

Aussi, il a été rapporté avec des chaînes narratives authentiques, que le Messager d’Allâh -sur lui le salut- a dit : « Par Celui qui détient l’âme de Mouhammed dans Sa Main, pas un homme de cette nation, qu’il soit juif ou chrétien, qui n’aura entendu parler à mon sujet, puis mourra sans avoir cru à mon Message sans qu’il ne soit du nombre des gens voués au Feu » [23].

Et il a dit aussi  : « Par Celui qui détient mon âme en Sa Main ! Si Moûçê (Moïse) -que le salut soit sur lui- était encore vivant, il ne pourra faire autre chose que de me suivre » [24]. Le Messager d’Allâh -prière et salut sur lui- a également informé que : « Le Jour de la Résurrection, quelqu’un appellera : ‘’Que chaque peuple se dirige vers [les idoles] qu’il adorait !’’ Ainsi les partisans de la croix (les chrétiens) seront avec leur croix, les partisans des bétyles seront avec leurs bétyles, et les partisans de chaque divinité seront avec leurs divinités ; puis on apportera l’Enfer qui sera exposé comme un mirage dans lequel ils tomberont. Et on dira aux chrétiens : ‘’Qu’adoriez-vous ?’’ ‘’Nous adorions le Messie, fils d’Allâh, diront-ils.’’ Ainsi on leur dira : ‘’Vous avez menti ! Allâh n’a ni femme ni enfant !’’ Puis ils tomberont dans l’Enfer ». Unanimement reconnu authentique [25].

Conclusion

Après cela, notre voisin, as-tu constaté comme est si grande la différence entre les musulmans qui croient à l’Unicité d’Allâh, le Seigneur des mondes, qui suivent Mouhammed , le dernier des Prophètes et des Envoyés, et croient au sublime Qour’ên, et les autres gens parmi les païens qui n’espèrent ni en Allâh -le Très-Haut-, ni au Jour dernier ; ils adorent des idoles qui n’entendent et ne voient point ; elles ne profitent point non plus !

Ou les juifs qui ont démenti les Messagers d’Allâh -Pureté à Lui-, qui ont renié l’Évangile et le Qour’ên ; ou comme les chrétiens qui ont contrevenu à la voie de l’Unicité et ont agit contrairement aux ordres d’Allâh, l’Unique, qui sont dans leur Livre Saint. Ces ordres stipulent, avec franchise, qu’Allâh -Majesté à Lui- est Unique ; ils invitent à l’adorer seul -Exalté soit-Il-, et ils répriment l’Association, aussi.

Allâh -Très-Haut-, dans le Glorieux Qour’ên qu’Il a fait descendre après l’Évangile, a condamné le fait que l’on prenne d’autres adorés à part Lui, ou de lui attribuer un enfant. Il a démontré que le Messie  n’est que Son Serviteur et Son Messager, que les chrétiens qui le considèrent tel le fils d’Allâh (Dieu), tel un Seigneur, et tel un Dieu se sont en fait égarés et sont tombés dans la mécréance ; qu’ils sont les pires de toutes les créatures. Le Tout-Puissant a dit Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : «En vérité, Allâh est le troisième de trois.»﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 73 ; et Il a dit Les infidèles parmi les gens du Livres, ainsi que les Associateurs iront au Feu de l’Enfer, pour y résider éternellement. De toute la création, ce sont eux les pires.﴿ El Bayyina (La Preuve Évidente), V. 6 ; Il a dit aussi «Vous deux, jetez dans l’Enfer tout mécréant endurci et rebelle, acharné à empêcher le bien, transgresseur, douteur ; celui qui plaçait à coté d’Allâh un autre adoré. Jetez-le donc dans le dur châtiment»﴿  Qâf, V. 24-26.

Allâh qu’Il soit -Béni et Très-Haut- a également prouvé aux chrétiens, ainsi qu’à tout le monde, que l’islam avec lequel Il a envoyé Son serviteur et Messager, le dernier de Ses Prophètes : Mouhammed  est, véritablement, l’unique religion agréée auprès de Lui. Ainsi, ceux qui auront réagit positivement envers Allâh, en embrassant l’islam et pratiquant bonne œuvre, seront donc dans le Délice éternel, dans le Paradis ; tandis que ceux qui refusent l’islam, sont eux les mécréants : ceux-là seront du nombre des gens de l’Enfer, dans lequel ils résideront à jamais.

Le Tout-Puissant a dit La meilleure [fin] est pour ceux qui répondent à [l’appel] de leur Seigneur. Et quant à ceux qui ne Lui répondent pas, s’ils avaient tout ce qui est sur la terre, et autant encore, ils l’offriraient en rançon. Ceux-là auront le détestable rendement de compte, et l’Enfer sera leur refuge. Quel détestable lit de repos !﴿ Ar-Ra‘d (Le Tonnerre), V. 18 ; Il a dit aussi -Pureté à Lui- Et quiconque désire une religion autre que l’islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants﴿ Êl ‘Imrân (La Famille d’Imran), V. 85.

Ô notre voisin ! Je suis plein de pitié pour toi, je suis également conseiller et attentif à ta réussite. Mais, je crains aussi que le châtiment d’un Jour terrible t’atteigne ! Le Jour où les gens se dresseront pour le Seigneur de l’Univers ; le Jour où biens et progéniture ne seront d’aucune utilité, sauf celui qui vient à Allâh avec un cœur sain. Crains Allâh, donc, ô notre voisin ! Et prends garde à l’orgueil et la passion, de même qu’à l’exagération, l’atermoiement et la longue espérance (qui empêche de se repentir) ; prends garde au Feu, embrasse l’islam, tu seras sauvé, et  aie crainte en Allâh… Certes, Allâh est dur en punition.

Ton voisin qui te souhaite la guidée :

‘Abd El Malik Ali Ibrâhîm El Kouleyb

Le Koweït, le 18 Rabî‘  El Êkhir 1422

Correspondant au 9 juillet 2001 G.

…………………………….

[1]Le Tâghoût signifie toute chose par laquelle l’homme dépasse ses limites, tel que ce que l’on adore, que l’on suit ou à laquelle on obéit en dehors d’Allâh.

[2]«Le Prophète  a dit : « Je suis auprès d’Allâh le dernier des Prophètes alors qu’Adam était encore étendu sur la terre, et je vais vous informer comment se déroulèrent les prémices de ma Prophétie : je suis le résultat de l’invocation de mon père Abraham, je suis également l’annonce de Jésus et la vision de ma mère (le jour où je suis né, lorsqu’elle vit une lumière éclairant les palais de la grande Syrie (le Chêm) ». Rapporté par Ahmed, Ibn Hibbên et El Hêkim, et authentifié par El Albênî dans Michkêt El Maçâbîh. Aboû Fahîma.

[3]Il est de la Miséricorde d’Allâh et de Ses Bienfaits, que seuls les Arabes musulmans ont délaissé cette fausse croyance de Lui attribuer la progéniture ; et cela grâce à la religion de la Vérité et de l’Unicité : l’islam. Loué soit Allâh ! A.F.

[4]Le cher lecteur verra dans le détail tous ces points.

[5]Makênet ‘Îçê ‘Aleyhi As-Selêm Fî-l-Islêm (Le statut de ‘Îçê -que le salut soit sur lui- en islam), l’éminent savant, Dr Rabî‘ Ibn Hêdî El Medkhalî -qu’Allâh le préserve-.

[6]Consulter Tefsîr El Qour’ên El ‘Adhîm (Le commentaire du Saint-Qour’ên), d’Ibn Kathîr, 2ème volume.

[7]Dahdh Choubouhêt An-Nasrâniyya (Annulation des idées spécieuse du christianisme), Ch. ‘Abd El Ghani Aoussat. Très intéressant cours que je recommande aux gens qui maîtrisent la langue kabyle, ainsi qu’un autre intitulé Mouslim lê Nasrânî (Je suis musulman et non pas chrétien).

[8]Dans la version biblique arabe est mentionné Ar-Rabb, qui veut dire le Seigneur. Le mot Éternel est l’équivalent d’El Abadî. Ainsi, Éternel et Seigneur ne renvoient pas au même sens. Cela corrobore les remarques portant sur les problèmes de traduction dont quelques uns sont mis en exergue dans le présent ouvrage. Des incorrections de ce genre sont souvent fréquentes dans les différentes versions bibliques. A.F.

[9]Lire à ce sujet notre article « La Lumière de l’islam, et les Ténèbres de la mécréance et de l’association », disponible sur: http://kabyliesounna.com/?p=387 A.F.

[10]Cela ne veut pas dire que les gens ont le choix de croire ou pas. La preuve, la fin dudit Verset explique le début. Le voici dans son intégralitéEt dis : «La vérité émane de votre Seigneur, quiconque le veut, qu’il croie, et quiconque le veut qu’il mécroie. » Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cernent. Et s’ils implorent à boire on les abreuvera d’une eau comme du métal fondu brûlant les visages. Quelle mauvaise boisson et quelle détestable demeure !﴿ Le cheikh As-Se‘dî -qu’Allâh lui fasse miséricorde- a dit : « Il n’y pas dans Sa Parole Quiconque le veut, qu’il croie, et quiconque le veut qu’il mécroie﴿ une autorisation d’opter pour un des deux choix. C’en est plutôt une menace et une promesse de châtier celui qui choisira la mécréance, une fois qu’on lui aura bien expliqué (le sujet de la foi) ». Voir le commentaire du Qour’ên du cheikh As-Se‘dî. Par ailleurs, le Qour’ên tout entier explicite cette législation divine de croire à l’islam. Une législation qui est aux antipodes des prétentions des athées et leurs suppôts parmi les laïcs et les hypocrites, à savoir qu’on est libre de choisir sa profession de foi ! Ils appellent à cela en variant les expressions suivant le contexte et les situations de communication, afin de mieux faire passer cette intox. En effet, parfois ils disent liberté de penser, parfois tolérance, parfois diversité… Le lecteur perspicace comprendra de toute évidence qu’il s’agit, encore, d’une supercherie. Allâh l’Omniscient dit la Vérité Il en est parmi les juifs qui détournent les mots de leurs sens﴿ An-Nicê’ (Les Femmes), V. 46 ; et Il a aussi dit Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et avons endurcis leurs cœurs : ils détournent les paroles de leurs sens…﴿ El Mê’ida (La Table Servie), V. 13. Enfin, si quelqu’un objectera en disant pourquoi donc l’auteur n’a pas cité le verset entièrement ? La réponse à cela sera en deux points :

1- Le livre tout entier exprime que l’on ne peut refuser la croyance musulmane, d’autant plus que l’auteur y a même explicité cela par un titre clair et net : L’islam ou l’Enfer.

2- Dans ledit paragraphe, le second verset éclaire le premier. A.F.

[11]Relire la note 8.

[12]Dans la version biblique française est cité : tu adoreras. J’ai préféré retenir l’expression utilisée dans le texte arabe, c’est-à-dire, Tu te prosterneras pour trois raisons : 1- rester fidèle au texte arabe. 2- ce genre de problèmes existe dans la Bible même d’une version à l’autre. 3- elle offre une information de plus : la prosternation (soudjoûd) existe dans la religion chrétienne, contrairement aux nombreux bancs, sièges de la non-prosternation, rangés dans les églises. A.F.

[13]Note importante : Il est cité dans la version biblique arabe Jésus-Messie au lieu de Jésus-Christ. Il importe ici de signaler que le nom Jésus n’existait pas du vivant du Messie. Autrement dit, le Messie n’a jamais été nommé Jésus ni avoir été appelé par ce nom lorsqu’il était vivant parmi son peuple. Les textes orignaux hébreux, araméens et grecs ne contiennent pas ce nom.

En outre, le mot Christ est un nom appartenant à une parenté lexicale ayant le sens de crucifier. Voyons ce qu’en disent certains dictionnaires français de référence : Le Larousse encyclopédique en couleur, Paris, 1995 mentionne : « 1. Le Christ : Jésus (v. partie n. pr.). 2. Représentation du Christ, notamment Sur la croix ; crucifix. Un christ d’ivoire. » Le Robert, dictionnaire historique de langue française, Paris, 1998, à l’article « Jésus », mentionne : « Le mot apparaît d’abord dans des emplois se référant au Fils de Dieu, mort sur la croix. » Ensuite il donne différentes utilisations diachroniques (qui ont apparu à travers le temps). Le Hachette encyclopédique 2000, quant à lui, explique ce mot par ces termes : « 1. Celui qui est l’oint du Seigneur- le Christ : Jésus de Nazareth 2. Figure de Jésus crucifié. Un christ d’ivoire. Synonyme. Crucifix. » Notons que le Larousse et le Hachette s’accordent à donner comme synonyme de Christ, et de Jésus aussi, le mot Crucifix. Cela prouve ce que j’avais fait remarquer au départ. Au fait, la première définition confirmée par le Hachette montre clairement la modification qui a été opérée sur la Bible (particulièrement la version française). Car l’expression l’oint du Seigneur diverge catégoriquement avec le fait de dire crucifix ! Comment cela ? Parce que oindre veut dire rendu sacré par l’onction : rituel dogmatique connu chez les chrétiens. Tandis que le mot crucifix veut dire appliquer le supplice de mort à quelqu’un en le clouant à une croix. Comment se fait-il donc que ces dictionnaires utilisent, pour synonymes, des mots qui n’ont en fait aucun lien de sens entre eux ? En termes de lexico-sémantique, il n’y a pas de sèmes partagés et même, non plus, d’isotopie (pour reprendre la conceptualisation du linguiste russe d’expression française, A.J. Greimas) entre les deux lexies oindre et crucifix, car il n’y a pas de relation d’identité entre elles, ce qui fait qu’elles soient dépourvues de relation d’équivalence sémantique, voire elles n’appartiennent même pas aux mêmes champs lexical et sémantique. Alors comment dire que les deux termes sont synonymes ?! Voilà pourquoi cela nous amène à dire que le fait religieux chrétien a influencé négativement le fait linguistique dans le processus lexicologique des ces deux occurrences oindre et crucifix, par le fait de les avoir catégorisées comme synonymes.

Il s’agit ici d’un embarras de taille dans la terminologie chrétienne. Car non seulement les écritures bibliques françaises ont été interpolées, mais une partie considérable du lexique religieux français souffre de graves problèmes. Enfin, je conseille mes frères musulmans de ne pas appeler le Messager d’Allâh ‘Îçê  par le nom de Christ, puisque cela renferme un moyen, même si implicitement, d’attester qu’il a été crucifié, c’est-à-dire mis à mort sur la croix ! Contrairement à tous les chrétiens, nous, musulmans, savons que le Messie  n’a pas été tué ; c’est une croyance islamique appartenant aux fondements de l’islam. Donc, ne disons pas par nos langues ce que nos cœurs (convictions) rejettent de façon catégorique. Lire pour davantage d’éclaircissements la note 14, ci-dessous. A.F.

[14]Je saisi ce très important passage afin de dévoiler aux lecteurs, chrétiens et autres, quelques réalités capitales qui, hélas, demeurent méconnues de la majorité des chrétiens, à l’Occident comme à l’Orient. Mais je me contenterai de les résumer ici, le contexte étant bref, ne permettant pas d’aller dans le détail des choses. Or, une étude en sera consacrée ultérieurement si Allâh le veut. Donc, il faudrait savoir que les chrétiens à notre époque, et depuis des siècles en arrière, suivent une religion qui leur est présentée avec une langue qui n’est aucunement celle de sa révélation ! Autrement dit, la langue française (et anglaise aussi) n’a jamais été, même pas à une fraction de seconde, une langue par laquelle Le Créateur, Allâh -Majesté à Lui- s’est adressé aux humains. Une vérité si lourde et combien révélatrice explique, entre autres choses, les énormes difficultés du christianisme et des chrétiens. Les chrétiens ne lisent pas la Parole du Créateur, ils lisent celle des traducteurs. Un élément crucial qui signifie toutes les imperfections liées au langage humain (sans oublier les lacunes propres à la langue française en matière de religion, en plus du phénomène de la laïcisation qui l’a énormément appauvrie), d’où les erreurs de traduction, les fausses interprétations, les modifications voulues ou pas, les omissions, les confusions, les ambigüités, les non-équivalences de sens, les interférences… et ainsi l’on pourrait signaler d’innombrables problèmes langagiers que connaît le sujet parlant. De nos jours, les chrétiens qui lisent le latin (de même que certaines autres langues dans lesquelles est inscrite la « révélation » biblique) sont en disparition progressive au même titre que la langue qu’ils lisent. Elle est morte depuis déjà des siècles. Une autre vérité que j’offre gracieusement à tout chrétien, ou autre, qui recherche la vérité : la langue arabe est pratiquement la seule langue de Révélation qui reste sur terre. Elle a bien coexisté avec les anciennes langues dans lesquelles les hommes reçurent les Messages divins, mais elle est la seule à pouvoir survivre au fil des siècles qui courent. N’y a-t-il pas là un droit légitime de se poser les questions suivantes : Sont-ils les vrais enseignements du christianisme ceux auxquels je suis en train de croire ? Car, la bible que j’ai chez moi n’est qu’une traduction ! Ce sont les dires d’une créature comme moi, ce n’est pas la Parole originale, celle de mon Seigneur ! Le fait que l’islam et le Qour’ên vont de pair avec la langue arabe, et pour jamais, n’est pas une preuve de l’authenticité de l’islam ? Tant de questions qui ouvrent les portes à la vraie guidée : la guidée divine et non pas la guidée satanique. Voilà pourquoi nous lisons dans la bible traduite en français le nom Jésus : nom propre traduit, alors que les noms propres sont intraduisibles ! Le Messie n’a jamais entendu un jour de sa vie quelqu’un l’appeler Jésus ! Se permettre de traduire un nom intraduisible prouve qu’on se permettra également, et cela a été fait, de traduire d’autres choses plus graves encore !

Enfin, les lecteurs voulant apprendre la vérité sur ces questions sont invités à consulter les travaux du Dr Ahmed Didat -qu’Allâh lui fasse miséricorde-. Et, Allâh -Très-Haut- guide qui Il veut.

Rem. Le lecteur averti ne manquera pas de remarquer que le décret susmentionné est bourré de contradictions diverses. A.F.

[15]Mouqâranet El Edyên (La comparaison des religions), 2/121, les encyclopédies à l’article « concile de Nicée, la croyance nicéenne ».

[16]Ad-Dewla-l-Bizantiyya (L’État Byzantin), p. 33.

[17]El Mewçoû‘a El ‘Arabiyya El Mouyassara, Mêdat Thêloûth (l’Encyclopédie arabe simplifiée, à l’article Trinité).

[18]Consulter El Feth 1/83, Mouslim 1/53. De droit veut dire : le droit du sang, à savoir le talion et le droit des biens qui est l’aumône.

[19]El Mousned 2/50, et Sahîh El Djêmi‘, 2831.

[20]Pour ce sujet, lire l’excellent ouvrage de son éminence, l’ancien président du Haut Conseil Islamique d’Algérie, le Cheikh Ahmed Hammânî, qu’Allâh lui fasse miséricorde, Le jugement religieux sur les festins et offrandes réalisés autour des tombe, sur:  http://kabyliesounna.com/?p=274

[21]Zakariyya est le père de Yahyâ (Jean-Baptiste). A.F.

[22]El Feth 7/301, et Mouslim 1/134.

[23]Rapporté par Mouslim : 1/134.

[24]Rapporté par Ahmed dans son Mousned : 3/382. Voir aussi Irwê’ El Ghalîl, hadith 1589.

[25]El Feth 17/198, et Mouslim 1/167.

 

Categories croyance