Rappel aux nobles et notables frères…/تذكير الأكارم الأجلّة بجوهر خلاف الأشياخ مع « رجال المجلّة »

 

Au Nom d’Allâh, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

Rappel aux nobles et notables frères sur l’essence du conflit des vertueux cheikhs d’Algérie avec « les rédacteurs de la revue »

تذكير الأكارم الأجلّة بجوهر خلاف الأشياخ مع "رجال المجلّة" 

Écrit en arabe et traduit en français par

 Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad

كتبه باللّغة العربيّة وترجمه إلى الفرنسيّة

أبو فهيمة عبد الرّحمن عيّاد البجائيّ

 

Toutes les louanges sont à Allâh Seul, et que la prière et le salut soient celui dont nul Prophète ne viendra après lui, cela dit :

Il y a ici un rappel et un établissement des plus importantes causes et raisons religieuses et méthodologiques, pour lesquelles les illustres machayikhs d’Algérie -puisse Allâh les préserver et les faire triompher- se sont écartés des « auteurs de la revue » (appelés « machayikhs el islâh », et dont se trouve à la tête de ces illustres cheikhs : son Éminence, le savantissime cheikh Mouhammed ‘Alî Ferkous -qu’Allâh le préserve- ; les causes et les raisons qui les ont amenés à se séparer et se démarquer des « rédacteurs de la revue el ish ». Cela même si ceux-ci prétendent mensongèrement et en usant d’ambiguïté et d’amalgame qu’ils sont innocents de ce que ces vertueux cheikhs leur reprochent. Notons que ces honorables cheikhs sont rejoints dans leur prise de position, de défense de la vérité et de la Voie des salafs, par l’écrasante majorité des machayikhs, des étudiants et des jeunes de la salafiyya dans ce cher pays, l’Algérie.

Malgré cela, « les auteurs de la revue » s’obstinent et se livrent au déni total de la vérité. Mais, comme les premiers ont dit : « La corde du mensonge est très courte » (cela veut dire que le mensonge ne dure que très peu, et finit par être dévoilé) ; et ils ont aussi dit : « Aucune louange pour le menteur n’est viable ! »

Par-là, la majorité des raisons et des causes que tu liras, noble frère dénoué de la passion, suiveur de la vérité, et abandonneur du faux, quitte à ce que ses teneurs l’ornent par la magie des propos et le fassent briller par les belles paroles, or « tout ce qui brille n’est pas or », prends-en donc garde ! donc, la plupart de ces causes sont une récapitulation de ce que nos vertueux machayikhs n’ont de cesse de déployer, soit dans leurs écrits soit dans leurs audios, excepté quelques-unes que je cite moi-même comme témoignage ou que citent mes frères.

Venons alors mon frère perspicace au rappel du fond de la discorde et des raisons en vue desquelles nos nobles machayikhs ont délaissé « les rédacteurs de la revue ».

Pour ce faire, je mentionnerai de manière générale et non exhaustive dix points principaux, que sont les suivants :

  1. Le fait d’accompagner les moukhêlifîns parmi les prédicateurs qui ont des infractions méthodologiques à l’encontre de la daawa salafiyya. Voire, il se trouve qu’ils les recommandent et les louent, tel que les suiveurs chirifiyines (de Laid Chirifi) à Tizi-Ouzou, et des ramadaniyines (Ramadani de Médine) à Bejaia. Bien plus, au sein même de la maison d’édition Dar El Fadhila où se trouve Boualem, distributeur de la maison, fanatique de Ramadani ! Et également les hanifiyînes (d’Ibn Hanifiya le hizbi, mis en garde par les savants depuis plusieurs années) dans l’ouest algérien, et ainsi de suite.
  2. La course à l’argent, par le fait d’avoir transformé la daawa salafiyya en une entreprise de charité, dans laquelle ceux qui y exercent en profitent. D’ailleurs, l’appel du halabi Taybi (que « les auteurs de la revue » défendent) dans sa présentation de la dawra « séminaire » suspecte de Laghouat où étaient présent même les soufis, et diffusée en vidéo n’en est qu’une parmi autant de preuves. Dans la présentation, on peut voir et écouter ce Taybi dire : « Et nous invitons les hommes d’argent à mettre leurs mains dans nos mains »!! S’ajoute à cela, l’audio scandaleux dans lequel A. Madi dit qu’il représente le syndicat des machayikhs, il demande leur dû financier, et il exige davantage !
  3. Leur dédain des réfutations que font nos machayikhs contre les moukhêlifînes. Tu les vois généralement contre ce fondement. Et au lieu de renforcer la position du cheikh qui met en garde, eux au contraire, ils se précipitent à faire l’éloge de la personne mise en garde. Je cite à titre d’exemple « le petit Ramadani » (d’Algérie) qui ne se gêne pas de louer Abou Ishaq El H Ou encore ses visites et ses louanges répétitives au hizbi Ibn Hanifiya, avec tout comme lui, son homologue dans la tamayyou‘ A. Madi qui incitait les étudiants et les prédicateurs à se rapprocher de ce hizbi, bien que les savants l’aient mis en garde.
  4. Le tamyî‘ (liquéfaction) de la Voie salafie en Algérie, la rendant élastique et contenant les moukhêlifîns (ihtiwê’). Ils aspirent en fait à ce que la salafiyya en Algérie contienne le maximum de gens, sous prétexte de l’intérêt de la prédication ! et de la douceur envers les moukhêlifîns, prétendent-ils ! Or, ces moukhêlifîns, il y a parmi eux qui voit mal la voie salafie, notamment le djarh et le ta‘dîl (crédit et discrédit), et tentent depuis plusieurs années à faire le tamyî‘ de la daawa salafiyya. Dans leur conception des choses, on doit tous s’entraider, même s’il se trouve parmi nous ceux qui ont des infractions méthodologiques ou religieuses. Ce qui est bien évidemment assimilé à « la règle d’or » des ikhwên « Nous nous entraidons dans ce dont nous sommes d’accord, et nous excusons les uns les autres concernant ce dont nous divergeons »!
  5. Porter atteinte en cachette aux machayikhs qui ont des positions méthodologiques claires et franches.
  6. Le fait d’accuser leurs frères savants, les dénigrer et porter même atteinte à leur justice et leur religiosité. Je ne peux citer de meilleur exemple prouvant ce fait que les audios propagés dans lesquels A. Madi et A. Ramadani insultent carrément le savantissime cheikh Ferkous, le traitant d’ignare, de lâche et de désireux convoitant la direction de la daawa salafiyya dans le monde ! et que c’est eux qui l’ont « fabriqué » !! Et aussi l’audio où A. Awisset traite le savantissime Ferkous d’ignorant des fondements du fiqh ! et de la voie salafie. Et dans aussi l’appel téléphonique où il dit qu’il n’a jamais vu de plus menteur depuis 40 ans que le cheikh Azhar Senigra et Abdelmadjid Djemaa !!
  7. Le takhdhîl (décevoir et désappointer) de nos machayikhs qui réfutent les gens de la passion et les hizbis (sectaires), tel que notre cheikh Azhar, le père éducateur Abî ‘Abd Allâh, et son frère fondamentaliste (ousôli), notre cheikh ‘Abd El Madjid Djemaa, Aboû ‘Abd Ar-Rahmên -qu’Allâh les préserve -.
  8. Le fait d’amasser les gens autour d’eux et de se faire prévaloir par les gens déviés et discrédités, afin de désemparer leurs frères, les machayikhs salafis, tel qu’ils l’ont fait, à titre d’exemple, dans leur triste et scandaleux communiqué « brâ’èt adh-dhimma », où ils ont tenté de prouver la justesse de leur position par la position de la presse algérienne, car ils ont prétendu qu’elle partage le même avis qu’eux concernant le savantissime Mouhammed Ibn Hêdî qui a désigné nos machayikhs tels la « tête de la salafiyya » en Algérie. Cela en plus de leur mobilisation de la jeunesse en Algérie, en Arabie, en France, etc. Je cite comme exemple, le soutien apporté par A. ‘Awisset aux saafiqas de France dans un communiqué qu’ils ont diffusé. Ces manipulations de leur part, n’ont d’autre objectif que d’éteindre la lumière de la vérité prônée par nos vertueux machayikhs, et d’imposer leur position qui tient du faux et la répandre partout dans le monde et avec bien entendu le soutien des saafiqas de Médine.
  9. Jouer sur les deux cordes, et adopter le double discours dans plusieurs affaires méthodologiques sensibles dans plusieurs régions du pays.
  10. Venir en aide ou prédicateurs déviés pour l’entraide prédicative, prétendent-ils. Et ce en faisant recours à la Fetwa, aux réponses aux questions, à l’orientation, et à la tenue d’assises de réconciliation et d’entraide entre les salafis et les partisans de leurs passions, tout en mettant tout le monde dans le même sac : celui qui est malade (passionné) avec celui est sain, le dévié avec le droit, le douteux avec le clair, le déchu dans son état de justice avec le juste, le menteur avec le véridique… Or, Allâh -Très-Haut soit-Il- dit ((Ô vous qui avez cru ! Craignez Allâh et soyez avec les véridiques)), et le Prophète -qu’Allâh prie sur lui et le salue- dit : « L’homme est sur la religion de son ami, que l’un de vous regarde qui il prend pour ami ! » Et il dit aussi -sur lui la prière et le salut- : « Ne prends pour ami qu’un croyant, et que ne mange ta nourriture qu’une personne pieuse ! » Ces assises suspectes opposées à la charia, mais couverte du couvert de la réconciliation et de l’entraide dans le bien et la piété, prétendent-ils ! Au cours des années, ces assises ont eu lieu à Bejaia, à Tizi-Ouzou, dans l’est, dans l’ouest et dans le Sahara. Voire elles se tenaient dans tout endroit ou des conflits surviennent entre les salafis véridiques et clairs et les khalafiyyîns insidieux et suiveurs de leurs propres intérêts. Mais Allâh -Exalté soit-Il- est Celui qui demandera des comptes, et dont aucune chose ne Lui échappe. Et malheur à celui qui trompe les gens par confiance et simplicité d’esprit et « celui qui nous trompe parce qu’il nous cite Allâh, nous nous laissons faire », tel que cela a été rapporté dans la parole du vénérable compagnon ‘Abd Allâh Ibn ‘Oumar -qu’Allâh les agrée, lui et son père-.

Tout cela en plus de beaucoup d’autres choses, qui sont connues par ceux qui ont fréquenté ou cohabité « les auteurs de la revue », notamment celui qui a fréquenté pendant de longues années le personnage qu’on trouve aujourd’hui placé à leur tête et devenu leur ainé et maître savantissime, alors qu’avant, ils ne se gênaient point de le dénigrer, de ridiculiser ses conférences, ses cours et sa science et de donner de paraboles à son encontre ! Mais, de nos jours, sous l’effet de leur fitna, ils le placent au rang du gourou à imiter et « l’information n’est point pareille au fait d’avoir pris connaissance de visu ».

Et gloire et louange à Toi, ô Allâh, j’atteste qu’il n’y a point d’adoré digne d’adoration hormis Toi, je Te demande pardon, et je me repens à Toi.

Écrit par votre frère : Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad El Bidjê’î

Au matin du lundi 9 radjab 1439

Corr. 26 mars 2018 G.

N.B. Quelques brèves informations non contenues dans la version arabe, ont été ajoutées lors de la traduction.

 

بسم الله الرّحمن الرّحيم

الحمد لله وحده، والصّلاة والسّلام على من لا نبيَّ بعده، وبعد:
فهذا تذكير وتقرير لأهمِّ الأسباب والدَّواعي الشَّرعيَّة المنهجيَّة، التي لأجلها انفصل ((مشايخ الجزائر الأعلام -حفظهم الله تعالى -ونصرهم على من عاداهم-))، وعلى رأسهم صاحب الفضيلة ((العلّامة محمد علي فركوس -حفظه الله تعالى ونصره في انتصاره لمنهج السّلف))؛ فانفصلوا وباينوا و((همّشوا)) « رجال المجلّة »، -وإن زعم هؤلاء وادّعوا (تلبيسا وتدليسا، بل وكذبا) ولا يزالون- أنّهم بريئون ممّا نقمه عليهم الأشياخ، ومع الأشياخِ جلُّ شيوخ وطلبة وشباب السّلفيّة في هذا البلد المُفدّى؛ ولكن، كما قال الأوَّل: « حبلُ الكذب قصير »، وقال آخر : »لا تدوم محمدةٌ لكاذب »! وجُلُّ الدّواعي والأسباب التي ستقرؤها أخي الكريم، المتجرّد عن الهوى، المتّبع للحقّ الأبلج، الطّارح للباطل اللّجلج -ولو زخرفه أهله بسحر البيان، ولمّعوه ببريق الكلام؛ ف »ليس كلّ ما يلمع ذهبا »فتنبّه!-؛ فجُلُّها تلخيصٌ لما توارد المشايخ على ذكره سواء في مقروء أو في مسموع، إلّا النَّزر ممّا أقدِّمه شهادة منّي ومن إخوان لي، والشّهادات قائمة؛ فهلمّ أخي اللَّبيب إلى ذكر جوهر الخلاف ودواعي مُباينة الأشياخ لأولئك:

فجوهر الخلاف الذي لأجله أدان الأشياخ القومَ وكُتبت فيهم الكتابات، وسُجِّلت فيهم الصَّوتيّات، يتمثّل -إجمالا لا حصرا- في عشر نقاط رئيسيَّة، هي كالآتي:

1. مصاحبة المخالفين للدَّعوة السَّلفيَّة، والتَّغطية عليهم، بل والتَّوصية لهم، والثَّناء عليهم؛ كجماعة الشِّريفيِّين في (تيزي وزو) والرَّمضانيِّين في (بجابة)، بل وفي عقر (دار الفضيلة)؛ حيث (بوعلامهم) المُتعصِّب لشيخه (الرّمضاني)!! والحنيفيِّين في الغرب، والحبلُ على الجرَّار..وكلُّ نفس على نفسها بصيرة! والأيام حبلى!
2. اللَّهث وراء الأموال، وتحويل الدَّعوة السَّلفيَّة إلى مؤسَّسة خيريَّة، يقتات منها العاملون فيها! وما نداء الطّيبي الحلبي الذي يدافع عنه د. ع. الخالق في تقدمته ل »شيوخ المجلة » في تلك الدورة المريبة المسجَّلة بالفيديو، حيث قال: وندعو أصحاب الأموال أن يضعوا أيدينا في أيديهم!! إلا واحد من الأدلة الكثيرة، زد إلى ذلك الصّوتيَّة الفاضحة للدّكتور ع. الخالق نفسه الَّتي يزعم فيها أنَّه بمثابة النَّقابة لأولئك المشايخ، يطلب حقَّهم المادّيّ والمزيد!
3. التَّجهُّم من الرُّدود والتَّنفير من التَّحذير.
4. التَّمييع للمنهج السَّلفي في الجزائر، وجعله مطَّاطيا احتوائيًّا؛ يرضون له أن يحوي الجميع؛ بحجَّة مصلحة الدَّعوة! والرّفق بالمخالفين! زعموا!! والمخالفون أولئك؛ منهم من مرَّت عليه السّنوات الطّوال وهو يتنكَّر للمنهج السَّلفي ويسعى في تمييعه، بل ومنهم من يعلن البراءة منه، والكلّ متعاون مع الكلّ!!
5. اللَّمز والهمز في الدُّعاة السَّلفيِّين الواضحين والتهكُّم بهم.
6. اتهام إخوانهم العلماء والطَّعن في عدالتهم وديانتهم، وعلى رأسهم العَلَمُ السَّلفي في الغرب الإسلامي، وعموم إفريقيا: الأستاذ الدُّكتور الأصولي أبي عبد المعز محمد علي فركوس -أعزه الله ونصره في انتصاره لمنهج السَّلف-.
7. التَّخاذل وتخذيل مشايخنا ممَّن يرُدُّون على أهل الأهواء والحزبيِّين، كشيخنا أزهر الجزائر، الوالد المربِّي أبي عبد الله -حفظه الله-، والشَّيخ الأصولي أبي عبد الرَّحمن عبد المجيد -حفظه الله-، ورميِهِم بالنَّقائص والنَّيل منهم؛ غدرا وتلبيسا.
8. تكتيل الدَّهماء، والتَّكثُّر بالمنحرفين والمجروحين؛ للغدر بإخوانهم المشايخ السَّلفيِّين؛ كما حدث -على سبيل المثال- في (بيانهم القبيح المزوّر للحقائق: « براءة الذمّة »)- حيث استدلُّوا على صحَّة موقفهم بالصَّحافيِّين!!، وكذا تجنيدهم الشباب في الدّاخل والخارج؛ لإطفاء النُّور المستبين، ومنازعة السَّلفيِّين في عين اليقين، وأنّى لهم ذلك؟!
9. اللَّعب على الوَتَرين، وتبنِّي ازدواجيةَ الخطاب في كثير من القضايا المنهجيَّة الحسَّاسة في مناطق عدة من البلاد..
10. مدُّ اليدِ الطُّولى للمنحرفين للتّعاون الدّعوي زعموا؛ وذلك بالفتوى والأجوبة والتّوجيه وإقامة المجالس للصّلح والتّصالح والتّعاون بين السّلفيّين وأصحاب الهوى وجمع الجميع في بوتقة واحدة: المريض والصَّحيح، والمنحرف والمستقيم، والمشبوه والواضح، وساقط العدالة والعدل، والكاذب والصّادق، والله -تبارك وتعالى- يقول ))يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ وَكُونُوا مَعَ الصَّادِقِين((، والنبيّ المصطفي -صلى الله عليه وآله وسلَّم- يقول : »المرء على دين خليله؛ فلينظر أحدكم من يُخالل! » ويقول، فداه أبي وأمّي، -صلّى الله عليه وآله وسلَّم- : »لا تصاحب إلا مؤمنا، ولا يأكل طعامك إلا تقيّ! »؛ تلك المجالس المشبوهة المنافية للشَّرع، المغطَّاةُ بغطاء الصّلح والتّعاون على البرّ والتّقوى، زعموا!! كما حدث ذلك مرارا وتكرارا في ((بجاية)) و((تيزي وزّو)) وفي الشّرق والغرب والصّحراء، بل وفي كلّ مكان ينشب فيه الخلاف بين السَّلفييِّن الصّادقين الواضحين والخَلفيِّين المُغرضين أصحاب المآرب، والله سبحانه هو الحسيب الرّقيب الذي لا تخفى عليه خافية؛ فالويل لمن يخدع النَّاس بالأمان والثِّقة، « ومن خدعنا بالله انخدعنا له » كما أُثر ذلك عن الصَّحابيّ الجليل عبد الله بن عمر -رضي الله عنهما وأرضاهما-..إلى أمور ومخالفات أخرى كثيرة، يعرفها من سبر حال القوم وعاش قريبا منهم، وعايش لسنين مديدات مَن اصطفَّ اليوم في صفِّهم، -وعلى رأسِهِم-؛ بينما كانوا بالأمس يتندرون بمحاضراته ودروسه وعلمه ويضربون له الأمثال!، ثمَّ جعلوه اليوم في هذه الفتنة المفتعلة منهم: العمدة لديهم.. »وليس الخبر كالعيان »!!

وسبحانك اللهمَّ وبحمدك، اشهد أن لا إله إلا أنت، أستغفرك وأتوب إليك.

وكتب أخوكم: أبو فهيمة عبد الرَّحمن عياد البجائي
صبيحة يوم الإثنين: 9 رجب 1439
الموافق ل: 26 مارس 2018م.

Categories Manhèdj