Voici ce qui s’est passé sur la scène de prédication locale (Algérie)/هذا الذي حدث في السّاحة الدّعويّة المحليّة

Voici ce qui s’est passé sur la scène de prédication locale (Algérie)
هذا الذي حدث في السّاحة الدّعويّة المحليّة
Écrit en arabe et traduit en français par

 Aboû Fahîma ‘Abd Ar-Rahmên Ayad
 كتبه باللّغة العربيّة وترجمه إلى الفرنسيّة
أبو فهيمة عبد الرّحمن عيّاد البجائيّ

Au Nom d’Allâh, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux,

Toutes les louanges appartiennent à Allâh, le Seigneur de l’univers, et que la prière et le salut soient sur le plus noble des Prophètes et Messagers, cela dit :

Plusieurs frères m’ont interrogé, et le dernier d’entre eux l’a fait hier, sur la réalité de ce qui se passe sur la scène prédicative algérienne ; et ce après qu’ils aient constaté l’acharnement furieux d’une clique de jeunes pour discréditer le savantissime cheikh Ferkous -puisse Allâh le préserver, l’assister et le prémunir contre le mal de tout être maléfique-. Au fait, ces frères questionneurs disent dans leurs messages qu’ils font partie de la masse des salafis, et qu’ils n’ont pas une connaissance complète de ce qui se passe. Ce qui, cela étant, m’a obligé à démontrer à mes frères la réalité de ce qui arrive, quitte à ce que je ne le fasse qu’en donnant une réponse la plus courte possible, et dont le style sera des plus globaux, laquelle réponse leur permettra d’avoir une parfaite conception de ce qu’il en est de la situation de prédication (daawa) en Algérie depuis maintenant deux ans. Ceci afin que la vérité leur soit éclairée, et qu’ils ne soient pas dupés par une quelconque ignorance ou inadvertance les poussant à penser que ce groupe juvénile ayant largement répandu la corruption sur terre est sur la vérité.

Voici donc ma réponse à mes frères qui m’interrogent. Je l’exhibe afin que d’autres frères se trouvant dans la même situation de manque de connaissances sur le sujet en tirent profit :

En fait, ce qui s’est passé, c’est que le cheikh savantissime Ferkous ainsi que ses frères, leur Éminence Azhar Senigra, Abdelmadjid Djemaa et Nadjib Djelouah -qu’Allâh les préserve tous-, étaient tous dans la maison d’édition Dar El Fadhila, avec également « les rédacteurs de la revue » El Islah (appelés machayikhs el Islah).

Et, l’érudit cheikh Ferkous -puisse Allâh -Très-Haut le préserver- remarquait des infractions religieuses et méthodologiques chez les « rédacteurs de la revue », ce qui bien évidemment l’amenait à les conseiller et les exhorter.

Font partie de ces infractions, à titre d’exemple et non de dénombrement, le fait de demander à des gens ayant des infractions méthodologiques de leur écrire des articles pour la revue. Et il se trouve parmi ces derniers des halabiyîns et des ramadhâniyîns. De même, ils font des dawrâtes « séminaires » avec aussi des gens moukhêlifîns (ayant des infractions religieuses et méthodologiques), tel que leur collaboration avec l’association el wancharissi. Voire ils ont même collaboré avec les soufis dans la ville de Ain Madi à Laghouat, comme cela a déjà été diffusé dans une vidéo sur la toile depuis deux ans. De plus, ces mêmes rédacteurs appelés « machayikhs el islâh » en tiraient des profits financiers par leur fréquentation avec les gens riches, sous prétexte que cela rend service à la daawa ! Ce fait est confirmé, même s’ils ont tenté de s’en désavouer, et nous avons des preuves sur cela ici à Béjaia, concernant leur ainé. Parmi aussi leurs infractions, il y a le fait de se taire au sujet de certains prédicateurs déviés, tel Ibn Hanifia dans l’ouest algérien, comme ils se sont tout aussi tus sur ar-Ramadani, malgré qu’il ait insulté les deux cheiks savantissimes Rabî‘ et ‘Oubeyd -qu’Allâh les préserve- alors qu’il était avec eux dans une réunion dans Dar El Fadhila. Il y a également leur silence envers Boualem, le distributeur de la maison, et leur refus de le licencier, lui qui est un fervent suiviste de Ramadani pour lequel il distribue les livres, et duquel il dit qu’il est son cheikh et son bien-aimé ! Pareil, il se sont tus sur Taybi, un imam et prédicateur halabi, et contribuent avec lui dans la daawa… Ajoutons à ceci leur défense de certaines personnes déviées, quand certains cheikhs tel notre cheikh Azhar -puisse Allâh le préserver- met en garde contre elles. Bien plus, face à la mise en garde, eux ils leur font des éloges et les louent !

Tout cela te démontre que leurs fréquentations ne sont pas basées sur le manhadj, mais sur des relations et des intérêts personnels, pour lesquels ils font des interprétations nulles… Mais il y a aussi leur refus d’éditer un communiqué mettant en garde contre El Halabi, qui a été jugé hérétique (innovateur) par l’érudit Rabî‘ -qu’Allâh le préserve-, et qui a dit à son sujet : « Si El Halabi n’est pas un innovateur, donc il n’y a pas d’innovateur dans le monde ! » Ils se sont ainsi refusés à la demande des machayikhs (Ferkous et ses frères) d’écrire ce communiqué.

Toutes ces infractions, en plus que d’autres encore très nombreuses tel que le fait de mettre dans la revue (El Islah) des images illustrant le Paradis et l’Enfer, et des images sur lesquelles on peut voir des antennes paraboliques, le drapeau algérien, etc. Pourtant, le cheikh érudit Ferkous -qu’Allâh le préserve- leur donnait des conseils, mais ils les refusaient…

Et il y a encore beaucoup d’autres infractions religieuses.

Quant à l’affaire du cheikh savantissime Rabî‘ -qu’Allâh le préserve-, au début il a admis la mise en garde du cheikh docteur et fondamentaliste (ousôlî) ‘Abd El Madjid Djemaa -qu’Allâh le garde-, sa mise en garde contre Hamouda, celui-ci même qui a donné feu à la mèche de la fitna, après qu’il y ait été tiré par M’rabet qui l’a fasciné. Donc le cheikh érudit Rabî‘ -qu’Allâh le garde- avait au début mis en garde contre eux, et il a demandé au cheikh ‘Abd El Madjid -qu’Allâh le préserve- de réfuter contre « les rédacteurs de la revue », et de fonder une nouvelle revue propre au cheikh Ferkous et ses frères.

Or, les saafiqas dans Médine se sont directement mêlés dans l’affaire ; et ils se sont mis à montrer à cheikh Rabî‘ -qu’Allâh Très-Haut le garde- que les « auteurs de la revue » sont injustés, et qu’ils cherchent à s’assoir avec les machayikhs, alors que cela est faux ! C’est donc cette image que les saafiqa ont développée dans la maison de cheikh Rabî‘ -qu’Allâh le garde, alors qu’en Algérie, la réalité en est toute autre.

En effet, ils n’ont de cesse d’attiser les feux de la fitna par le fait de mettre en avant M’rabet et Hamouda ainsi que la troupe juvénile, afin de monter les jeunes contre l’érudit Ferkous et ses frères machayikhs. Et par-là également, ces « rédacteurs de la revue » nient tout à fait qu’ils ont des infractions, et ils s’en désavouent complètement au lieu de s’en repentir. Cela malgré la diffusion profuse des preuves qui les condamnent d’entre les audios, les vidéos, les témoignages de gens justes, et les narrations rapportées par des personnes fiables et ainsi de suite.

Les saafiqas se sont alors donnés à mentir sur le cheikh Rabî‘, à enregistrer des audios qu’ils découpent, recoupent, copient, collent, etc. Et c’est ainsi que par leur stratagème ils ont détourné le cours des choses dans la maison du cheikh Rabî‘ -puisse Allâh le préserver-. S’ajoute à cela le fait qu’ils ont depuis le début fait en sorte de montrer au cheikh que l’affaire d’Algérie est la même que celle du cheikh savantissime et Hêfidh Mouhammed Ibn Hêdî qui les a discrédités et a mis en garde contre eux -puisse Allâh Très-Haut le préserver et le faire triompher-. Ils ont ainsi prétendu à cheikh Rabî‘ que le cheikh Ferkous ainsi que les machayikhs qui sont avec lui sont dirigés par le cheikh Mouhammed Ibn Hêdî !! Et, cette borgne menterie, les « rédacteurs de la revue » se sont empressés à l’adopter, la prendre comme argument et la diffuser, tel qu’ils ont fait dans leur sinistre communique « barâ’èt adhimma ».

Au fait, les saafiqas de Médine, leurs meneurs sont très malheureusement les confidents (bitâna) du cheikh Rabî‘ et les personnes qui s’assoient avec lui d’habitude -puisse Allâh lui faire découvrir leur réalité- ; ils entrent chez lui quand ils veulent et ne laissent le visiter que ceux qu’ils veulent ! Ils lui ont ainsi amalgamé les choses, wa Allâh el Mousta‘ên !…

Or le cheikh Ferkous est un érudit, et il est ancré dans la science et ce d’après le témoignage des gens de science partout à notre époque. Et il y a avec lui des savants et de grands machayikhs, autant en âge qu’en science. Le cheikh connaît parfaitement « les rédacteurs de la revue », qu’il a cohabités pendant plus de dix ans et « Celui qui sait est une preuve sur celui qui ne sait pas », et « Celui qui détient d’avantage de savoir est prioritaire à celui qui est moindre », et « Le concitoyen est plus informé de son homologue que celui qui n’habite pas dans le même pays », et « Le discrédit détaillé passe avant le crédit », et « La preuve est dans l’argument et non dans la parole du savant », et « Les savants, on cherche des arguments pour leurs paroles qu’on ne prend pas pour arguments », et « Nul n’est impeccable après le Messager d’Allâh -qu’Allâh prie sur lui et le salue-, et l’impeccabilité est dans le Livre et la Sounna »… Il s’agit là de règles méthodologiques salafies qui te démontrent que la vérité concernant cette affaire est du côté du cheikh érudit Ferkous et ses frères -qu’Allâh les préservent tous-. Et ils ont pourtant revendiqué au « auteurs de la revue » de se repentir, et de s’assoir avec eux ensuite, mais ces derniers se sont obstinés, ont refusé et ont fui d’avouer leurs infractions. Bien au contraire, ils ont préféré le mensonge, l’ambiguïté et l’amalgame à l’aveu et au repentir. Ils se sont également adonnés à produire des tazkiyates (recommandations) en leur faveur de la part de l’érudit Rabî‘ -qu’Allâh le préserve-, et ceci afin de faire croire aux jeunes qu’ils sont avec les savants !!

C’est ainsi qu’ils ont attisé le feu de leur fitna en poussant vers elle la clique juvénile de la fitna : M’rabet, Hamouda el Bouleydi et tous ceux qui gravitent dans leur sphère. Ils ont en effet utilisé divers et variés moyens et procédés horribles, dont personne parmi les moukhêlifîns ne les a précédés par le passé. Parmi ces procédés figurent les enregistrements secrets des interlocuteurs parmi les machayikhs, le vol du site tasfia supervisé par notre vertueux cheikh Azhar -qu’Allâh le préserve-, le fait d’avoir placé en cachette un enregistreur dans la maktaba de l’érudit Ferkous pour l’enregistrer secrètement, l’enregistrement d’audios avec les deux érudits Rabî‘ et ‘Oubeyd -puisse Allâh les préserver de leur mal-, puis les couper, et les diffuser par la suite au moment où cela les arrange et sert leur projet diabolique de discréditer le savantissime Ferkous -puisse Allâh Très-Haut le préserver-, et qu’Allâh mette en échec leur stratagème. Et il y a également parmi leurs procédés la légèreté à mentir et à tromper, le mensonge continu sans crainte d’Allâh, l’amalgame, la tromperie, l’insulte et l’offense, ainsi que d’autres méthodes terribles que je n’arrive pas à dénombrer sur le champ, mais qui sont liées toutes à la perfide règle machiavélique « La fin justifie les moyens » ; et la fin ici consiste bien entendu dans le fait de discréditer l’érudit cheikh Ferkous et ses frères, et s’emparer par la suite de la direction de la daawa salafie en Algérie !

Or, Allâh -Très-Haut- accordera le triomphe à la vérité qui l’emportera sur le faux, quitte à ce que celui-ci soit attisé par ses partisans qui l’alimentent par des détours de paroles et des stratégies vouées à la perte. Mais c’est aussi une épreuve et un examen, et Allâh raffermira sur la vérité ceux qui sont véridiques et sincères dans leur appartenance à cette Voie salafie, et ceux auxquels Allâh a voulu du bien. Quant à ceux qui ont une déviance dans le cœur, ou qui cachent en eux un désir pour le mal, ou qui préfèrent la vie d’ici-bas à celle de l’au-delà, tous ceux-là seront arrachés par les flots du faux, qu’Allâh -Très-Haut- nous en préserve ((Puis quand ils dévièrent, Allâh fit dévier leurs cœurs)).

Puisse Allâh -Exalté et Très-Haut soit-Il- nous accorder Son assistance et Sa réussite, et nous raffermir sur la Sounna jusqu’à ce que nous le retrouvions, êmîn !

Voilà ce qui m’est venu à présent à l’esprit comme réponse à ta question, cher frère, et, c’est Allâh -Exalté soit-Il- Seul qui accorde la réussite vers tout bien, et qu’Allâh te bénisse, wa assalêmou ‘aleykoum wa rahmatou-L-lâhi wa barakêtouh.

N.B. Cette réponse, je la donnais (ou du moins son essence) aux frères qui m’interrogeaient sur ce sujet, tel que je l’ai mentionné au début.

 بسم الله الرّحمن الرّحيم،

الحمد لله ربّ العالمين، والصّلاة والسّلام على أشرف الأنبياء والمرسلين، وبعد:

فلقد سألني كثير من الإخوة، وآخرهم يوم أمس، حول حقيقة ما يجري في السّاحة الدّعويّة الجزائريّة، لمّا رأوا من سعي مجموعة من الشّباب في إسقاط العلّامة فركوس -حفظه الله ورعاه ووقاه شرّ كلّ ذي شرّ-، وهؤلاء الإخوة السّائلين يقولون في رسائلهم أنّهم من عوام السّلفيّين، وليس لهم إحاطة بما يقع، فكان لزاما عليّ أن أبيّن لإخواني حقيقة ما حدث ولو بأقصر جواب وأشمل أسلوب يجعلهم يستوعبون حقيقة ما حدث، لكي يتبيّن لهم الحقّ ولا يؤتوا عن جهل أو غفلة، فيظنون انّ جماعة الغلمان الذين أكثروا الفساد في الأرض على شيء، فهذا جوابي لإخواني ممّن يسألني أخرجه إلى العلن ليستفيد منه إخواننا ممّن حاله كحال الإخوة السّائلين:

فالذي حدث هو أنّ الشّيخ العلّامة فركوس وإخوانه المشايخ أصحاب الفضيلة أزهر سنيقرة وعبد المجيد جمعة ونجيب جلواح -حفظهم الله جميعا-، كانوا كلّهم في دار الفضيلة مع رجال المجلّة، وكان الشّيخ العلّامة فركوس -حفظه الله تعالى- يلاحظ مخالفات شرعيّة ومنهجيّة في أصحاب المجلّة فيناصحهم وينهاهم، ومنها على سبيل المثال لا الحصر استكتاب المخالفين -يعني يطلبون منهم أن يشاركوا معهم في المجلّة-، وبعض أولئك حلبيّ وبعضهم رمضانيّ، وكذلك إقامة الدّورات مع بعض المخالفين والمنحرفين منهجيّا على غرار تعاملهم مع جمعيّة الونشريسي، بل حتى المشاركة مع الصّوفيّة في عين ماضي الأغواط، كما ظهر ذلك في مقاطع الفيديو التي نشرت في بداية القضيّة منذ عامين، وكذا التّأكّل بالدّعوة بمصاحبة أصحاب الأموال والاستفادة من أموالهم، بحجّة أنّ ذلك يخدم الدّعوة ! وهذا ثابت ولو أنكره من أنكره منهم، ولدينا أدلّة على هذا الأمر هنا في بجاية فيما يتعلّق بكبيرهم، وكذلك السّكوت عن بعض المنحرفين مثل ابن حنفيّة في الغرب الجزائريّ، وكذا سكتوا على الرّمضاني وتستّروا عليه رغم طعنه في السّلفيّة بحضرتهم وشتمه للشّيخين العلّامتين ربيع وعبيد -حفظهما الله تعالى- وهو بينهم أثناء اجتماعهم في دار الفضيلة، وكذلك تستّرهم على بوعلام موزّع دار الفضيلة ورفضهم إقالته، وهو رمضاني يبيع ويوزّع كتبه ويقول الرّمضاني شيخي وحبيبي ! وكذلك تسترّهم على طايبي، وهو إمام وداعية حلبيّ، ويتعاونون معه في الدّعوة.. فهذا يدلّك على أنّ مصاحباتهم ليست مبنيّة على المنهج السّلفيّ، وإنّما على الأمور الشّخصيّة والمصالح والمآرب، فيتأوّلون لها بتأويلات فاسدة.. وكذلك رفضهم إصدار بيان للتّحذير من الحلبيّ الذي بدّعه العلّامة ربيع -حفظه الله- فرفضوا طلب المشايخ في إصدار البيان.

هذا إلى مخالفات أخرى شرعيّة كثيرة كوضع الصّور الممنوعة في المجلّة (مجلّة الإصلاح)، مثل تصوير مشاهد للجنّة والنّار والهوائيّات المقعّرة والعلم الجزائريّ، والشّيخ العلّامة فركوس نصحهم ولكنّهم يرفضون النّصيحة…

وهناك أمور أخرى كثيرة جدّا. أمّا قضيّة الشّيخ العلّامة ربيع -حفظه الله-، فكان في البداية أقرّ تحذير الشّيخ الدّكتور الأصوليّ عبد المجيد جمعة -حفظه الله- من حمّودة الذي أشعل فتيل الفتنة بعدما جرّه إليها مرابط الذي غرّه، وادّعى حمّودة أنّ عقل هذا الأخير راجح (فيا لله العجب !!)، فالشّيخ العلّامة ربيع -حفظه الله- كان في البداية حذّر منهم وطلب من الشّيخ العالم عبد المجيد -حفظه الله- أن يردّوا على أصحاب المجلّة وأن ينشؤوا مجلّة جديدة خاصّة بهم، ولكنّ الصّعافقة في المدينة تدخّلوا بعدذلك في القضيّة وأخذوا يصوّرون للشّيخ العلّامة ربيع -حفظه الله تعالى- أنّ جماعة المجلّة ظُلموا وأنّهم يريدون الاجتماع، وهذا غير صحيح، فهذه هي الصّورة التي نشرها الصّعافقة في بيت الشّيخ ربيع -حفظه الله- بينما في الجزائر، فالحقيقة عكس ذلك تماما، فهم يؤجّجون نيران الفتنة بدفعهم لمرابط وحمودة وجماعة الغلمان لتجييش الشّباب ضدّ العلّامة فركوس وإخوانه، وينكروت أن تكون لهم مخالفات ويتبرّؤون منها عوضا أن يتوبوا، وهذا رغم انتشار الأدلّة التي تدينهم في كلّ مكان، من صوتيّات، وفيديوهات، وشهادات العدول، وأخبار الثّقات، وغير ذلك، فالصّعافقة أخذوا يكذبون على الشّيخ ربيع ويسجّلون ويبترون، ويقصّون ويلصقون، فغيّروا بمكائدهم مجرى الأمور في بيت الشّيخ ربيع -حفظه الله-، زد على ذلك أنّهم صوّروا للشّيخ من البداية أنّ قضيّة الجزائر هي نفسها قضيّة الشّيخ العلّامة الحافظ محمد بن هادي الذي جرّحهم وحذّر منهم -حفظه الله تعالى وانتصر له-؛ فادّعوا للشّيخ ربيع أنّ الشّيخ فركوسا ومن معه إنّما يسيّرهم الشّيخ محمد بن هادي !! وهذه الكذبة العوراء، سارع رجال المجلّة إلى تبنّيها والاحتجاج بها ونشرها، كما في بيانهم الجائر « براءة للذمّة ».

وصعافقة المدينة مع الأسف الشّديد، رؤوسهم هم بطانة الشّيخ ربيع وجلساؤه -حفظه الله وبصّره بهم-، يدخلون إليه متى شاؤوا، ولا يدخلون عليه إلّا من شاؤوا؛ فخلّطوا له الأمور والله المستعان.. ولكنّ الشّيخ فركوس علّامة وراسخ في العلم بشهادة أهل العلم في كلّ مكان في هذا الزّمان، ومعه علماء ومشايخ كبار في السّنّ والعلم؛ فهو يعرف جيّدا أصحاب المجلّة، وعايشهم لأكثر من عشر سنين و« من علِم حجّة على من لم يعلم »، و« من معه زيادة علم أولى ممّن دونه »، و« بلديّ الرّجل أعلم من غيره به »، و« والجرح المفسّر مقدّم على التّعديل »، و« الحجّة في الدّليل، وليس في قول العالم »، و« والعلماء يستدلّ لأقوالهم (يعني يُطلب لها الدّليل) ولا يتسدلّ بها »، و« لا عصمة لأحد بعد رسول الله صلّى الله عليه وآله وسلّم، والعصمة إنّما هي في الكتاب والسّنّة ».. فهذه قواعد سلفيّة تبيّن لك أنّ الحقّ في هذه القضيّة مع الشّيخ العلّامة فركوس وإخوانه -حفظهم الله جميعا-، وهم قد طالبوا جماعة المجلّة بالتّراجع والتّوبة ثم الجلوس معهم، ولكن هؤلاء أبوا ورفضوا وتهرّبوا من الاعتراف بمخالفاتهم، وآثروا الكذب والتّلبيس والتّدليس على الاعتراف، وسعوا باستصدار تزكيّات لهم من العلّامة ربيع -حفظه الله- ليوهموا للشّباب الذي لا يعرف حقيقة الأمور أنّهم مع العلماء !! فأشعلوا نار فتنتهم بدفع غلمان الفتنة مرابط وحمّودة والبليدي ومن لفّ لفّهم، فاستعملوا أساليب شتّى عفنة لم يسبقهم إليها أحد من المخالفين، كالتّسجيل خلسة، وسرقة منتدى التّصفية، ووضع مسجّل في مكتبة العلّامة فركوس لتسجيله خلسة، وتسجيل الصوتيّات مع العلّامتين ربيع وعبيد -حفظهما الله ونجّاهما من مكرهم- وقصّها وبترها، ثمّ إخراجها في غير وقتها وإنّما في الوقت الذي يخدم مشروعهم في إسقاط العلّامة فركوس -حفظه الله تعالى- لا مكّنهم الله ولا كثّرهم، وكذلك استمراء الكذب والخداع، والكذب المستمرّ دون خوف من الله، وأساليب أخرى رهيبة لا أحصيها الآن تصبّ كلّها في القاعدة المكيافيليّة الخبيثة « الغاية تبرّر الوسيلة » والغاية طبعا هو إسقاط الشّيخ العلّامة فركوس وإخوانه والاستلاء على زعامة الدّعوة السّلفيّة في الجزائر.. زعموا !

ولكنّ الله ناصر الحقّ ورافعه على الباطل، ولو تأجّج الباطل واحتجّ له أهله بزخرف من القول وسحر من البيان.. وإنّما هو ابتلاء وامتحان؛ فيثبّت الله على الحقّ من كان صادقا مخلصا في انتسابه لهذا المنهج وأراد الله سبحانه له الخير، وينجرف مع سيول الباطل والعياذ بالله تعالى من كان في قلبه زيغ، أو دسيسة سوء، أو آثر العاجلة على الآخرة (فلمّا زاغو أزاغ الله قلوبهم).

فنسال الله سبحانه وتعالى التّوفيق والسّداد والثّبات على السّنّة حتّى نلقاه سبحانه…آمين.

هذا ما حضرني أخي الحبيب على سؤالك، والله سبحانه وحده الموفّق لكلّ خير، وبارك الله فيك، والسّلام عليكم ورحمة الله وبركاته.

تنبيه: هذا الجواب كنت أرسله أو أرسل فحواه للإخوة الذين يسألونني كما تقدّم.

وكتب أبو فهيمة عبد الرّحمن عيّاد البجائيّ.

 

 

 

Categories Manhèdj