qouren

Le Qour’ên, Livre de la guidée

Le Qour'ên, Livre de la guidée
Par l'honorable cheikh
Dr 'Abd Ar-Razzêq EL BADR 
Traduit de l'arabe par
Aboû Fahîma 'Abd Ar-Rahmên AYAD

http://al-badr.net/

 

Au Nom d’Allâh, le tout-Miséricordieux, le très-Miséricordieux

 

Louange à Allâh, le Seigneur de l’univers. Et j’atteste que nul n’est digne d’être adoré hormis Allâh, Seul, sans aucun associé. Et j’atteste que Mouhammed est Son serviteur et Messager; qu’Allâh prie sur lui et le salue, ainsi que sa famille, et tous ses compagnons. Ô Allâh, apprends-nous ce qui nous sera utile, fais-nous profiter par ce que Tu nous a appris et accrois nos connaissances; améliore toute nos affaires, et ne nous remets point à nous-mêmes, ne serait-ce qu’en un laps de clin d’œil! Ô Allâh! Fais-nous profiter par le Qour’ên et élève-nous par lui; fais que nous soyons des Gens du Qour’ên, du nombre de Tes alliés et bien-aimés, et fais que le Qour’ên soit telle une averse revivifiant nos cœurs, un éclairage pour nos poitrines et une dissipation de nos tristesses et nos soucis! Ô Allâh, rappelle-nous en ce qu’on aura oublié, apprends-nous en ce qu’ on aura ignoré, et accorde-nous sa récitation aux heures de la nuit et aux extrémités du jour, de la façon avec laquelle Tu nous agréera!

Le Qour’ên, honorable assistance!, est le Livre de la félicité, du succès et de la guidée. Nulle guidée, ni félicité et ni succès ne pourront être atteints qu’avec ce Qour’ên Certes, ce Qour’ên guide vers ce qu’il y a de plus droit, et il annonce aux croyants qui font de bonnes œuvres qu’ils auront une grande récompense﴿ El Isrâ’ (Le Voyage Nocturne), v. 9;  un Livre béni que Nous avons fait descendre vers Toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent!﴿ Sâd, v. 29; Rappelle donc, par le Qour’ên celui qui craint Ma menace.﴿ Qâf, v. 45; Nous faisons descendre du Qour’ên, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes.﴿ El Isrâ’ (Le Voyage Nocturne), v. 82; une guérison de ce qui est dans les poitrines﴿ Yoûnous (Jonas), v. 57; Puis, si jamais une guidée vous vient de Ma part, quiconque suit Ma guidée ne s’égarera ni ne sera malheureux.﴿ Tâha, v. 123; Tâha. Nous n’avons point fait descendre sur toi le Qour’ên pour que tu sois malheureux﴿ Tâha, v. 1-2. Cela veut dire: Nous ne l’avons fait descendre sur toi que pour que tu sois heureux.

Le Qour’ên, honorable assistance, est la Révélation d’Allâh qu’Il a fait descendre -qu’Il soit Magnifié dans Sa Transcendance- Ce Qour’ên, c’est le Seigneur de l’univers qui l’a fait descendre (193), et l’Esprit fidèle est descendu avec cela (194), sur ton cœur, pour que tu sois du nombre de avertisseurs (195), en une langue arabe très claire.﴿ Ach-Chou’arâ’ (Les Poètes), v. 192-195; La Révélation du Livre, nul doute là-dessus, émane du Seigneur de l’univers.﴿ As-Sedjda (La Prosternation), v. 2. Allâh -Puissant et Majestueux soit-Il-, c’est Lui qui a parlé avec ce Qour’ên, puis Djibrîl (Gabriel) l’a écouté de Lui et est ensuite descendu avec vers le Noble Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- qui l’a transmis à la Nation.

Le Qour’ên, honorable assistance, contient un éclairage pour les cœurs, une lumière pour les poitrines, une guérison des maladies, du bonheur pour les serviteurs et le salut ici-bas et dans l’au-delà.

Le Qour’ên, honorable assistance!, est la bonne compagnie des croyants; c’est leur compassion et la dissipation de leurs chagrins; c’est la guérison de leurs angoisses et de leurs soucis; il est aussi la base de leur bonheur et le fondement de leur réussite.; il est pour eux une paradis avancé dans cette vie mondaine. De ce fait, celui à qui Allâh -Puissant et Majestueux- aura facilité à prendre soin de ce Qour’ên: en l’étudiant et l’enseignant, et en le comprenant, le méditant et le mettant en œuvre[1], ceci est certes un signe de bienfaisance et un indice de succès. Dans ce sens, le Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui- a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Qour’ên et l’enseigne. » Aussi il suffit aux Gens du Qour’ên, comme honneur et vertu, ce qui est parvenu dans le hadith authentique de la part de Notre Prophète -prière et salut d’Allâh sur lui-, qui a dit : « Les Gens du Qour’ên, sont les alliés d’Allâh et Ses bien-aimés. » Cette annexion ou affiliation à Allâh, leur suffit comme noblesse, laquelle indique le rehaussement de leur valeur, l’élévation de leur place et la supériorité de leur statut; et elle renseigne également sur ce qu’ils ont particulièrement, et de façon exubérante, comme honneur et statut supérieur.  

Le Qour’ên, honorable assistance, Allâh -Exalté et Très-Haut- l’a fait descendre envers les serviteurs afin qu’ils le prennent comme guide, et pour qu’il soit un rappel pour eux et une réforme à leurs cœurs, tel qu’Allâh -Puissance et Majesté à Lui- a dit un Livre béni que Nous avons fait descendre vers Toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent!﴿ Sâd, v. 29. Il est ainsi un Livre de rappel, de méditation et de compréhension de ses sens. C’est pourquoi les savants -qu’Allâh -Très Haut- leur fasse miséricorde- ont fait remarqué que l’homme ne peut être des Gens du Qour’ên rien qu’en mémorisant ses lettres, ou en récitant seulement ses versets, mais, il faut comprendre ses sens et le mettre en pratique. Allâh -Très-Haut soit-Il- a dit Ceux à qui Nous avons donné le Livre, qui le récite comme il se doit﴿ El Baqara (La Vache), v. 121, les oulémas ont dit : « L’individu ne peut être un récitateur du Qour’ên, qui le réciterait de manière véritable, qu’en le lisant, en prenant soin de sa mémorisation et en s’efforçant de le comprendre et de le mettre en œuvre. »

En effet, mettre le Qour’ên en pratique est considéré comme une récitation (tilêwa), du fait qu’à la base, cette dernière est un suivi, tel qu’Allâh -Puissant et Majestueux- a dit Et par la lune quand elle suit [talêha]﴿ Ach-Chems (Le Soleil), v. 02 [tilêwa, étant synonyme de ittibê’, suivi]. Ainsi, le récitateur (têlî) du Qour’ên, est celui qui le suit. Il exécute ses ordres et évite ce qu’il a interdit. Il croit à ses nouvelles et s’efforce à se comporter avec les caractères qui y sont enjoints et à adopter ses éminentes règles de bienséance. C’est pourquoi, d’ailleurs, ‘Â’icha, la mère des croyants -qu’Allâh l’agrée-, quand on l’avait interrogée sur le comportement du Messager d’Allâh -sur lui la prière et le salut- , elle a répondu en disant: « Son comportement était conforme au Qour’ên. » C’est-à-dire, qu’il se conformait à tous les ordres, les interdictions et les règles de bienséance contenus dans le Qour’ên, et d’une façon parfaite et très accomplie; et qu’il jouissait aussi des plus hauts rangs de vertu. Ce qui lui a valu d’être un Modèle à suivre pour toute l’humanité, et un exemple pour les croyants, tel qu’Allâh -Exalté et Très-Haut- a dit En effet, vous avez dans le Messager d’Allâh un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allâh et au Jour dernier et évoque Allâh fréquemment.﴿ El Ahzêb (Les Coalisés), v. 21.

Cela étant dit, je présente mes félicitations aux honorables parents, comme je félicite également les vertueux étudiants pour ce dont Allâh -Exalté et Très-Haut- les a honorés, dans cette cité par cette mosquée, bénie, si Allâh le veut, appelée la Mosquée Aboû Youçouf -qu’Allâh lui fasse miséricorde-. Une mosquée qui s’occupe soigneusement de plusieurs aspects de réforme et de prédication, d’enseignement et de bien. Et dont figure tout justement la très grande prise en charge des enfants des musulmans, en leur apprenant le Livre d’Allâh -Puissant et Majestueux-, de même qu’en attisant leur volonté, en durcissant leur détermination et en leur faisant aimer cet apprentissage, tout en les incitant à prendre soin du Livre d’Allâh-Puissant et Très-Haut-. Qu’Allâh rétribue de la meilleure manière ceux qui s’occupent de cette mosquée, ainsi que ceux qui y travaillent, pour leurs grands efforts, leurs œuvres louables et leurs objectifs constants. Je demande à Allâh -qu’Il soit Magnifié dans Sa Transcendance-, d’accepter leurs efforts de la bonne manière et de faire qu’ils soient voués sincèrement à Lui et les rendre profitables aux gens, et de les rétribuer immensément; et de mettre aussi un bien énorme et un intérêt grandissime dans ces cercles, et qu’Il fasse qu’ils soient tous satisfaits, an par an, par la sortie d’enfants successifs qui porteront le Livre d’Allâh par la mémorisation, l’intérêt total, la maîtrise et l’apprentissage exact.

Et si j’aurai une recommandation à faire, ce serait de recommander aux personnes qui s’occupent de ces cercles, aux honorables maîtres et aux vertueux enseignants de bien prendre soin de ces enfants en les éduquant conformément au Qour’ên et en leur inculquant ses règles de bienséance, car c’est bien cela le fruit espéré. Cela parce qu’en fait si on ne s’occuperait que de leur faire mémoriser le Qour’ên, celui-ci sera peut-être une preuve contre l’homme (le mémorisateur) et non une preuve pour lui. C’est pourquoi il est des obligations immenses et des missions grandioses que ceux qui se chargent de l’apprentissage du Qour’ên, s’occupent dans le même temps d’éduquer les enfants conformément à ses règles de bienséance et ses éminentes moralités. Et c’est pour cette raison que je considère que parmi les très bons pas faits par ceux qui s’occupent de ces cercles, le fait d’avoir conçu dans les programmes d’apprentissage, la mémorisation de ce qui se rapporte aux formules de rappel prophétiques, et des règles d’éthique rapportées de la part du Noble Prophète -sur lui la prière et le salut-. Ceci afin de motiver cette jeunesse à prendre soin du rappel (adh-dhikr) et des règles de bienséance dont il appartient aux enfants de se parer.

Par ailleurs, il est également des grandes obligations incombant aux enseignants, l’incitation des enfants à la pratique de la salât (prière), de la vénérer, de bien l’accomplir et de prendre soin de ses piliers, ses conditions et ses obligations. Et, en plus de cela, les inciter aussi à la bienfaisance envers leurs parents, à réaliser leurs droits et savoir leurs mérites ainsi que tout ce qui leur est obligatoire de faire pour eux.

Enfin, il est aussi de l’obligation des enseignants de déconseiller aux enfants de commettre les actes répréhensibles (mounkarât), et d’approcher les accès des péchés ainsi que les mauvais compagnons et les appareils (machines) du mal qui sont nombreux à cette époque, et ce par souci de les préserver et de conserver intacte leur croyance, leur comportement et leurs œuvres de bienséance.

Je prie Allâh -Tout-Puissant et Majestueux- de bénir ces efforts et d’agrandir la rétribution de tous, d’augmenter, à nous tous, notre occupation du Qour’ên, en le lisant, le mémorisant, en adoptant sa bienséance et en le mettant en pratique, Il est certes, -Béni et Très-Haut- Audient et Très Proche, comme nous Lui demandons de nous accorder à nous tous davantage de guidée, de piété et de réussite; et de nous raffermir dans la vérité et dans la guidée, Il entend certes -Béni et Très-Haut- les invocations, et Il est digne d’espérance et nous suffit certes et Il est notre meilleur Garant!

Et qu’Allâh prie et salue Son serviteur et Messager, notre Prophète Mouhammed, sa famille et tous ses compagnons.

Pour lire cet article dans sa langue source, aller sur : http://al-badr.net/detail/MwV5SZbNdpxn

………………………

[1]Lire concernant toute ces notions, « L’apprentissage du Qour’ên et son enseignement », de l’Imam Ibn Badis -qu’Allâh lui fasse miséricorde-, disponible sur: http://kabyliesounna.com/?p=1409

Categories Croyance Qour’ên